Accueil


ACAFC : Formation Théorique 2019 à Gonsans le Dimanche 28 avril 2019.

ACAFC : Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 9 Juin 2019

FDC25 : Journée Formation Obligatoire le samedi 27 avril 2019 à Gonsans


Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


vendredi 15 mars 2019

Samedi 16 mars : Entrainements ACAFC

 A l'attention de tous ceux qui veulent venir s'entraîner, quelque soit le pôle d'entraînement :  pour des questions d'assurance et de responsabilités, pensez à vous acquitter de votre cotisation 2019 si ce n'est pas encore fait.



  ----------------------------------------------------------
POLE MANDEURE

Samedi 16 mars


Exellente météo annoncée à Mandeure pour l'entraînement de ce samedi.


Merci de dire qui sera présent (en commentant cet article). 
A Samedi, 14h30 à la combe à Momo

Si des stagiaires 2019 sont présents (qui ne connaissent pas le site d'entraînement), merci de me prévenir par téléphone afin que l'on se donne rdv sur le parking du Super U à Mandeure.



Pour appeler Pat.
Port : 06 71 79 61 02

----------------------------------------------------------

POLE JURA (Dôle)




Pour appeler Cyril.
Port : 06 38 20 65 85
 
-----------------------------------------------------------
A l'attention de tous ceux qui veulent venir s'entraîner, quelque soit le pôle d'entraînement :  pour des questions d'assurance et de responsabilités, pensez à vous acquitter de votre cotisation 2018 si ce n'est pas encore fait.

vendredi 1 mars 2019

1er gibier à l'arc d'Eric, futur stagiaire 2019

 Dimanche 24 février c’est mon dernier weekend de chasse de la saison.
Le rendez-vous se situe au bar-restaurant LA CLAIRIERE à FRANCHEVILLE (21) à 8h00 pour une journée en battue.
Seront également présents 7 autres membres de l'ACAFC.

Après les formalités administratives et le briefing, départ à 9h00 pour la première traque, 9h30 je suis sur un poste qui est en début battue, je ne vois qu’un renard qui passe à 50 mètres

12h00 retour au bar-restaurant pour le débriefing et la pause déjeuner.
15h00 départ pour la deuxième battue (pause déjeuner un peu longue), 15h30 je suis sur un poste en fin de traque qui est le long d’un chemin avec pas mal de visibilité, je me positionne derrière un gros chêne.

16h30 j’entends du bruit dans les feuilles et les buissons qui sont sur ma gauche à une cinquantaine de mètres, puis j’aperçois une chevrette qui sort en trottinant à environ 25 mètres.

Je ne bouge pas puis lorsqu’elle passe derrière un arbre, j’arme mon arc et attends, mais soudain elle change de direction et vient droit sur moi, à 10 mètres elle s’arrête et me regarde.
Cela fait 3 ou 4 secondes que je l’ai dans mon viseur, elle ne bouge plus, je lâche ma flèche qui l’atteint entre les 2 épaules, elle tombe sur place. 
J’ai les jambes en coton, la 5éme flèche de la saison est la bonne. 

Je m’étais fixé un objectif de tirer au moins une flèche cette saison, j’en tiré 5 et prélevé une chevrette de 22 Kg, je suis aux anges pour cette première saison à l’arc.

Eric Giamberini


jeudi 7 février 2019

Un beau mouflon espagnol pour Luc et son équipe d'archers Belges


6 octobre 2018
 
Bonjour

J'étais sur une chasse de 7 jours à Acornland, en Espagne (c'est à environ 100 km de Madrid) (https://www.acornlandhunts.com/), avec d'autres membres de la Flemish Bowhunting Association (FBA) ... C'est au même endroit où j'ai fléché l'année dernière, un bélier de mouflon et un cerf 14 cors puis un sanglier en février 2018.

Cette fois encore, j’ai approché plusieurs fois de très beaux cerfs, en plein rut à cette période, mais j'ai raté un 18 cors situé à 20 mètres. Quelque chose dont je me souviendrai longtemps, c'est sûr ...

Le dernier jour de la chasse, en fin d'après-midi, il faisait de 35 °C, sol super sec. Avec mon ami Gonzalo, l'un des propriétaires de la chasse, nous sommes partis pour une séance d’approche/affût... après 2 heures n'ayant pas vu un animal, nous sommes arrivés à une pente raide située sur le côté à l'ombre de la montagne. J'ai dit à Gonzalo que les animaux pourraient bien être là car c'est l'endroit le plus frais des alentours.... Comme il faisait chaud, on a commencé à escalader la colline très lentement, à petits pas, en s'arrêtant souvent pour jumeler les animaux... 

A un certain moment, je montre un animal à 20 mètres devant nous... Gonzalo a pris ses jumelles et l'animal l'a vu et s’est enfui... un bélier mouflon ! Nous étions donc au bon endroit... nous n'avons pas bougé, en comptant sur notre camouflage pendant environ 20 minutes... puis nous avons vu le bélier manger à environ 60 mètres à gauche de l'endroit où nous étions debout.... 

L’approche/affût sera payant, nous l'espèrons … nous restons là et quelques minutes plus tard, un jeune bélier de mouflon traverse la piste à 35 mètres.... en direction d’un buisson et arrivé à 5 mètres de lui, l'arrière-arrière-grand-père de tous les béliers mouflon de la région est sorti des buissons.... un animal fantastique... Gonzalo ne l'avait jamais vu avant... vraiment un animal magnifique... les deux animaux se promenaient autour du premier puis le vieux bélier a chassé le jeune bélier dans les buissons... 

Scène fantastique, mais pas l'occasion de tirer... Nous laissons les animaux s’en aller tranquillement avant de nous déplacer de notre place.... en fait, au total c’était un groupe d'environ 10 mouflons.. 

Tandis que le soleil a commencé, nous avons poursuivi notre ascension vers le sommet de la colline quand soudain nous avons entendu un super fort  "Bang!!! ...... Bang!!! ..... Bang!!!..  "Deux mouflon mâles se disputaient derrière un grand rocher.... nous avons lentement avancé dans la direction quand soudain les deux mouflons sont venus en courant en descente vers nous, l’un derrière l'autre... Ils nous sont passés à pleine vitesse à environ 15 mètres, mais aucun ne nous a vu et ils ont de nouveau disparu derrière le rocher pour continuer à se battre... 

Nous avons approché de 10 mètres quand une nouvelle fois, les deux béliers mouflon se sont poursuivis dans notre direction... 

J’ai voulu armer mon arc, mais ma flèche s'est coincée dans le camouflage de Gonzalo.... J'ai eu besoin de bouger un peu pour détacher ma lame de chasse de ses vêtements et les deux mouflons ont vu le mouvement et se sont brusquement arrêtés à 14 mètres de nous ... 

C'était ma chance ! Mon armement terminé, j’avais le premier mouflon bien en vue.... Comme le jour tombait, le mouflon n'a pas bien vu ce qui se passait, j'ai tiré... un son typique d’un impact au thorax s’est fait entendre .... les deux mouflons se sont enfuis... J'ai vu le bélier grimper sur un rocher, puis entendu tomber après 3 secondes... à nouveau courir ensuite et à nouveau un bruit de chute avant le silence complet... 8 secondes max au total depuis le coup...  Je n'ai pas vu où il est tombé, mais je pourrais localiser l'endroit exactement en écoutant juste le son où il est tombé... L'adrénaline se précipita dans mes veines.... quelle rencontre, quelles émotions.... 

Nous nous sommes assis et avons attendu environ 20 minutes... d'abord pour laisser les émotions descendre un peu.. Enfin, après 6 jours de marche et d’affût dans la chaleur... fantastique....

Après environ 10 minutes, j'ai entendu un animal marchant lentement dans la forêt environ 80 mètres en face de nous, et 30 mètres à gauche de l'endroit où j'ai entendu la chute du mouflon..... la peur m'a pris... Et si j’avais seulement blessé cet animal ? 5 minutes plus tard, j'ai entendu à notre gauche, très très lentement marcher dans la forêt... trop sombre pour voir... et je pourrais parfaitement imaginer un mouflon blessé essayant de faire son chemin à travers la forêt... la crainte que j’aie blessé l'animal m'a vraiment parcouru...

Gonzalo, qui n'a pas entendu a commencé à rire et m'a dit que j’entendais des fantômes.... un peu plus tard, je l'ai entendu encore plus près... encore.. marcher lentement, très lentement .... Gonzalo ne pouvait pas le croire... il m'a dit qu'il a vu l’impact, qu’il était bon.
Nous n'avons pas pu attendre plus et lentement, nous sommes allés à l’anschuss pour chercher des indices et chercher la flèche....
Nous avons trouvé la flèche immédiatement, couverte de sang.... cela nous a rassurés.... nous avons trouvé du sang sur le sol mais comme il faisait de plus en plus sombre, nous avons décidé d'appeler un chien de sang pour aider à la recherche de l'animal.... 

Alors que nous étions debout là , j'ai entendu à nouveau marcher devant nous... j'ai donc dit à Gonzalo que je voudrais aller chercher mon arc mais 4 mètres plus loin, j'ai entendu quelque chose juste avant moi... J'ai demandé à Gonzalo d’éclairer avec sa lampe de poche et 8 mètres avant moi, il y avait un mouflon majestueux debout... en parfaite santé... 

C'était l'autre mouflon qui était revenu pour chercher son rival et pour continuer son combat... J'ai été soulagé, très soulagé que ce n'était pas un mouflon blessé et en même temps je pensais, damné, si j'avais mon arc avec moi, j'aurais pu tirer une seconde fois ! Quoi qu'il en soit, il a heureusement couru loin dans la nuit... 

Le mouflon que j'ai fléché a couru en demi-cercle avant de tomber à environ 80 mètres en face de moi... Lorsque le chien est arrivé et a commencé à suivre la piste, je ne pouvais pas attendre et je suis allé tout droit vers l'endroit où j'ai entendu la dernière chute. Là, il était couché, exactement où je l'ai entendu tomber... un beau bélier mouflon, une flèche parfaite dans le thorax. 

Une montée d’émotions super fortes, de la joie et le soulagement se sont précipités à travers mon corps et mon esprit. 

Quelle journée, quelle chasse... mes copains de chasse de Flandre qui étaient également à la chasse sont arrivés sur place pour féliciter, prendre des photos et nous aider à déplacer le mouflon....

Une expérience fantastique, un merveilleux souvenir et une super chasse avec mes amis...

Luc



























Le dernier jour de la chasse, en fin d’après-midi, il faisait 35 ° C, un terrain très sec, je suis parti avec mon ami Gonzalo, l’un des propriétaires de la chasse, pour une promenade et une balade ... au bout de deux heures. après avoir vu un animal, nous sommes arrivés sur une colline escarpée et, comme il se trouvait du côté de l'ombre de la montagne, j'ai dit à Gonzalo que les animaux intelligents étaient peut-être là, car c'est l'endroit le plus frais qui soit ... nous avons commencé à gravir la colline très lentement, en parlant à petits pas, en nous arrêtant souvent devant un verre pour animaux ... à un moment donné, je dirige un animal à 20 mètres devant nous ... Gonzalo a pris ses jumelles et l'animal a vu loin ... un mouflon ram! Nous étions donc au bon endroit ... nous n'avons pas bougé, nous nous sommes appuyés sur notre camouflage pendant environ 20 minutes ... puis nous avons vu le bélier en train de manger à environ 60 mètres à gauche de l'endroit où nous nous trouvions ... est clair qu'il vaut la peine de rester au même endroit pendant une promenade au même endroit car quelques minutes plus tard, un jeune bélier mouflon traversait la piste à 35 mètres .... il marchait vers les buissons et lorsqu'il était à 5 mètres L'arrière-arrière-grand-père de tous les mouflons de la région est sorti des buissons ... quel animal étonnant ... Gonzalo, ne l'avait jamais vu auparavant ... un animal magnifique ... les deux animaux se promenaient les uns et les autres et le vieux bélier ont pourchassé le jeune bélier dans les buissons ... fantastique à voir mais aucune occasion de tirer ... Nous laissons les animaux tranquillement procéder avant de quitter notre endroit ... impressionnant à voir, ça était au total un groupe d'environ 10 mouflons .. alors que le soleil commençait à se coucher, nous avons continué notre voyage vers le sommet de la colline quand tout à coup nous avons entendu une super fort "bang !!! ...... bang !!! ..... bang !!! .." Deux mâles mouflons se battaient derrière un gros rocher .... nous avancâmes lentement dans la direction lorsque soudainement les deux des mouflons sont descendus vers nous, courant derrière l'un l'autre ... Ils nous ont dépassés à toute vitesse à une quinzaine de mètres, ne nous ont pas vus et ont de nouveau disparu derrière le rocher pour continuer à se battre ... Nous nous sommes encore approchés de 10 mètres Les béliers mouflons ont commencé à courir les uns derrière les autres dans notre direction ... Alors que je voulais tirer mon arc, ma flèche est restée coincée dans le camouflage de Gonzalo .... alors que je devais me déplacer un peu pour détacher la tête large de ses vêtements, mouflon ram vit le mouvement et s’arrêta brusquement à 14 mètres de nous ... C’était ma chance! J'ai eu droit à un tirage au sort complet et le premier mouflon était en vue ... À l'aube, le mouflon n'a pas très bien compris ce qui se passait et s'est mis à plat ventre vers moi ... J'ai eu ma vue sur le mouflon et j'ai tiré. ... Le coup semblait bien et donnait le son typique de frapper un thorax ... Le mouflon et le mouflon se sont échappés ... J'ai vu le bélier courir sur un rocher, je l'ai entendu tomber après 3 secondes ... je l'ai entendu courir un peu plus loin, tombez et ensuite silence complet ... 8 secondes maximum au total depuis le tir ... Je ne voyais pas où il était tombé, mais je pouvais localiser l'endroit exactement en écoutant simplement le son où il était tombé ... L'adrénaline me parcourait les veines… quelle rencontre, quelles émotions…
Nous nous sommes assis et avons attendu environ 20 minutes ... d'abord pour laisser les émotions se calmer un peu ... enfin, après 6 jours de marche et de chasse dans la chaleur ... fantastique ... après environ 10 minutes, j'ai entendu un animal marcher lentement dans la forêt à environ 80 mètres devant nous et à 30 mètres à gauche de l'endroit où j'ai entendu le mouflon tomber ..... La peur m'a envahi ... Et si je blessais l'animal? 5 minutes plus tard, j'entendis à notre gauche, marcher très très lentement dans la forêt ... trop sombre pour voir..et je pouvais parfaitement imaginer un mouflon blessé essayant de se frayer un chemin à travers la forêt ... peur d'être blessé l'animal m'a vraiment eu ... Gonzalo qui ne m'a pas entendu s'est mis à rire et m'a dit que je voyais des fantômes ... un peu plus tard, je l’entendis encore plus près ... encore ... lentement, très lentement ... Gonzalo n'arrivait pas à y croire ... il m'a dit qu'il avait vu le tir était bon, je savais que je l'avais parfaitement en vue, le son de l'impact ressemblait à du thorax ... nous ne pouvions plus attendre et sommes allés lentement vers l'endroit où j'ai tiré sur l'animal pour rechercher des traces de sang et pour rechercher la flèche ... Nous avons trouvé la flèche immédiatement, couverte de sang ... alors, bien sûr, j'ai eu un bon tir ... nous avons trouvé un peu de sang par terre alors décidé, surtout que dans l'intervalle il faisait complètement noir, d'appeler un chien sanglant pour rechercher l'animal ... alors que nous étions là, je

mardi 1 janvier 2019

Bonne année et meilleurs voeux pour 2019



lundi 10 décembre 2018

7 ans que j’attendais ce moment ...


Recevoir un message d'un ami, adhérent ACAFC qui vient de prélever son premier gibier à l'arc me procure toujours une joie incommensurable … mais celui de ce dimanche avait une saveur particulière tant c'était mérité, j'en aurais pleuré de bonheur !!! Encore toutes mes félicitations Pitou !!!
Je vous laisse avec le récit de sa première réussite avec l'espoir qu'il y en ait de nombreuses par la suite ...

 Pat

7 ans que j’attendais ce moment

Voulant changer de mode de chasse, mon fils m’a proposé un challenge " - allons chasser à l’arc". Suite à ses conseils et à ses recherches d’une association, nous avons débuté la chasse à l’arc.

Après une adhésion auprès de l’ACAFC et la formation qu’elle organise, j’ai commencé à chasser à l’arc en 2011 et pendant 7 ans, je n’ai rien prélevé…. Mais aujourd’hui 9 décembre 2018, après des mois d’espoir et de persévérance, j’ai réussi mon défi !

Partant me poster, j’aperçois 3 chevreuils à environ 120 mètres. Je tourne à droite pour aller me placer sur le fossé de périmètre d'une grande parcelle de douglas de notre ACCA de Faymont (70).

Arrivé à mon poste, je m’équipe du vêtement fluo Camoléon confectionné par Sandrine.

A peine mon arc préparé, j’entends les chiens qui viennent dans ma direction, et devant eux, une chevrette arrive en pleine course juste droit devant moi à 40 mètres. Elle s’arrête à 25 mètres, tourne ensuite sur ma gauche et s’arrête de nouveau à 20 mètres. Et là, elle commence à descendre en ma direction à 15 mètres, je décide d'armer mon arc, un Matthews TRIAX réglé à 62 livres …elle s’arrête de nouveau, continue de descendre et s’arrête à nouveau à environ 12 mètres (16 pas) en plein travers : je décide, sans trop réfléchir (contrairement aux autres occasions que j’avais eues), de lâcher ma flèche.

Qu'elles ne furent pas mon émotion et ma montée d’adrénaline en entendant le bruit de la flèche traverser et ressortir de l’autre côté de ce magnifique animal…

Qu'elle ne fut pas ma satisfaction de voir cette chevrette accuser la flèche puis tomber à genoux et glisser sur environ 10 mètres et rendre son dernier souffle quasiment instantanément. 

Ma joie était immense d’avoir, au bout de 7 ans, réussi à prélever un animal, mais aussi ma tristesse d’avoir enlevé la vie à cette magnifique chevrette de 24kg; dur paradoxe….

Mon premier coup de téléphone fut pour mon fils Thomas car c’est grâce à lui, à ses conseils et à sa ténacité que j’ai continué à chasser à l’arc : je lui dédie ce premier trophée.

Je remercie l’association des chasseurs à l’arc de Franche-Comté et surtout son président Patrick Morel pour ses conseils, je lui ai envoyé la toute première photo de mon premier animal prélevé.

Un grand MERCI à tous

Pitou