Accueil


ACAFC : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 27 Mai

ACAFC : Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 10 Juin

FDC25 : JFO le samedi 18 août 2018 à Gonsans


Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


jeudi 25 février 2016

Environnement : la forêt menacée par les bêtes sauvages

 Source : Francetvinfo.fr

La prolifération de millions de chevreuils et de cerfs met actuellement les arbres des forêts françaises en danger. Explications avec France 2.

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/environnement-la-foret-menacee-par-les-betes-sauvages_1316559.html
 

Depuis 30 ans, chevreuils et cerfs se multiplient dans les forêts françaises. À tel point que les 70 000 hectares du massif vosgien sont menacés. Les animaux sont en effet tellement nombreux qu'ils ne trouvent plus suffisamment de nourriture et s'attaquent aux jeunes arbres. Dans ces conditions, la forêt ne peut pas se régénérer. Alors, les forestiers ont choisi de clôturer des espaces d'un ou deux hectares, le temps que la forêt reparte. Mais une fois les clôtures retirées, les arbres adultes sont à nouveau menacés. Les champignons envahissent les troncs écorcés par les cerfs, le cœur des arbres pourrit alors sur pied. Le bois n'est même plus utilisable pour la construction.

Trouver le juste milieu

Les forestiers aimeraient que les chasseurs abattent plus d'animaux sauvages, mais ils ne sont pas forcément d'accord. "La forêt a un rôle de production, mais elle n'a pas qu'un rôle de production. Elle a aussi un rôle d'accueil de la faune sauvage et je pense que le plus difficile, et ça fait des années que ça dure, c'est de trouver le juste milieu", commente Didier Wollenschlaeger, chasseur. Alors, certains propriétaires ont décidé de protéger eux-mêmes leurs arbres.

 

lundi 22 février 2016

Des parlementaires Suisses veulent inscrire le loup parmi les espèces pouvant être chassées

  Source : ferus.fr

 
Photo © Anthony Kohler


Le 4 février 2016, une commission de l’environnement du Parlement suisse a recommandé d’accepter, contre l’avis du gouvernement, une motion proposant d’autoriser la chasse au loup, toute l’année, sans période de protection et sans limites. Cette motion, qui doit encore être soumise au parlement, s’appuie sur le fait que « les agriculteurs et, de plus en plus, les chasseurs » pâtiraient de la présence du loup en Suisse. Le texte précise que « Vu les importantes populations de loups que l’on trouve notamment en Europe de l’Est, on ne comprend pas pourquoi la Suisse devrait s’accommoder de nuisances considérables ».
Cette motion n’est ni plus ni moins qu’un blanc-seing pour une nouvelle extermination du loup en Suisse. Il faut absolument que le Parlement refuse de suivre l’avis de cette commission sous influence des lobbies d’éleveurs, et respecte les traités internationaux en laissant au loup son statut d’espèce indigène, rare et en danger, et donc protégée.
Ces dernières années, la présence d’environ trente à quarante loups a été attestée en Suisse. Quelle menace, quelles nuisances ! A titre de comparaison, il y avait plus de 400’000 moutons en Suisse en 2014… et approximativement 15’000 chasseurs disposant d’un permis.
Le loup est une espèce protégée en Suisse au titre de la Convention de Berne sur la protection des espèces menacées. L’acceptation de cette motion impliquerait le fait de résilier cette convention internationale. Magnifique image pour le pays dont la capitale a donné son nom à cette Convention.

De plus, des mesures draconiennes sont déjà en vigueur pour autoriser la mise à mort de loups qui feraient des dégâts aux troupeaux jugés insupportables. Ces mesures ont encore été renforcées dernièrement, permettant de facto de limiter – voire de réduire à néant – les possibilités d’implantation de meutes sur le territoire suisse. Cette motion ne laisse donc même pas aux mesures actuelles la chance d’être mises à l’épreuve, et vise directement la survie de l’espèce en Suisse.

En signant cette pétition, vous demandez au Conseil des Etats de suivre l’avis du Conseil Fédéral et de ne pas accepter cet incroyable et scandaleux retour en arrière dans la protection de ce grand prédateur. Vous enverrez également un signal à Doris Leuthard, Ministre de l’Environnement, pour lui indiquer que vous vous opposez aux pressions exercées par le parlement pour encore durcir la législation existante.

Texte de Colin Bissegger.
 

dimanche 21 février 2016

Reportage sur l'ACCA de Chaux-Neuve (25)

Source : france5tv.fr

L'écusson de l'association (ancienne version) bien en vue sur l'épaule de Sylvain dans ce reportage sur l'ACCA de Chaux-Neuve.  

samedi 20 février 2016

St Didier au Mont-d'Or : des promeneuses attaquées par un chevreuil très agressif



  Source : France3-RhoneAlpes.fr

St Didier au Mont-d'Or : des promeneuses attaquées par un chevreuil très agressif

Elles n'imaginaient pas qu'un animal aussi attendrissant puisse se révéler d'une telle agressivité. Un groupe d'amies a été attaqué dimanche lors d'une promenade dans les Monts d'Or. Elles croyaient avoir à faire à une biche. C'était en fait un petit chevreuil très sauvage...    





C'est une histoire étonnante mais authentique.Celle d'amies qui choisissent les Monts d'Or pour leur promenade du dimanche. Elles cheminent paisiblement sur un sentier forestier, pas très loin de la route qui conduit à St Didier au mont d'Or jusqu'à ce que...

Les quatre femmes distinguent au loin un petit animal qu'elles croient reconnaître : "Une biche" au comportement étrange. Curieusement, l'animal se rapproche d'elles au lieu de prendre la fuite. Elles s'arrêtent, interdites. Le spectacle est plutôt attendrissant. Mais bien vite, il va les tétaniser de peur. Car l'animal qu'elles croyaient inoffensif va les charger et se révèler d'une redoutable agressivité.

Caroline Cabanis raconte la scène... 



Des promeneuses attaquées par un jeune chevreuil très agressif

Caroline Cabanis raconte comment elle et ses amies ont été attaquées par un jeune chevreuil très agressif .. 

"Nous,on n'avait pas peur, on ne bougeait pas du tout. Mais quand la bête est arrivée, elle s'est jetée sur nous. Elle m'a roué de coups de cornes, de coups de tête. Je tenais ses cornes par les mains. Elle n'arrêtait pas de s'acharner contre moi. J'ai cru ma dernière heure arriver."

Le corps à corps va durer un bon quart d'heure. Les femmes, à bout de force, ne savent plus quoi faire pour calmer l'animal. Décontenancées par son comportement, elles comprennent enfin qu'elles ont à faire à un chevreuil sauvage, très sauvage. Profitant d'un bref répit, elles prennent la fuite avant que l'animal ne revienne à la charge. Elles s'en sortiront finalement avec des entorses et des contusions mais surtout une grande frayeur...  

Les chasseurs ne sont pas surpris de cette agressivité. Elle s'expliquerait par l'absorption d'une substance psychotrope,la bourdelle,qui modifierait le comportement animal. Une chance pour ces promeneuses, l'animal n'avait pas développé ses bois définitifs, qui auraient pu les blesser bien plus sérieusement.      
 


St Didier au Mont d'Or : des promeneuses attaquées par un chevreuil très sauvage

Des promeneuses parties faire leur promenade dominicale dans les Monts d 'Or ont été sauvagement attaquées par un petit chevreuil devenu très agressif. 
Intervenants :
1) Caroline Cabanis
2) Didier Dailly - ingénieur cynégétique - Fédération chasseurs du Rhône
Reportage : Jean Perrier - Patrick Perrel - Montage Valérie Bonnier    

 

vendredi 19 février 2016

Immense battue au-dessus de Grenoble


Source : ledauphine.com

Une battue au sanglier regroupait plus de 100 personnes ce matin sur les hauteurs de Grenoble, au Rachais (massif de la Chartreuse). L'enjeu : "prélever" des bêtes pour limiter leur impact notamment dans les jardins des habitations des communes de La Tronche et Saint-Martin-le-Vinoux. Les explications du lieutenant de louveterie Philippe Caterino.

VIGNY Jean-Benoît 


chasse par ledauphinelib

jeudi 18 février 2016

Vosges : un cerf pris au piège sauvé par des chasseurs de Cornimont


Source : vosgesmatin.fr

Et non, le gibier ne tombe pas forcément sous les balles des chasseurs. La preuve en est. Jeudi dernier, un lieutenant de louveterie, aidé de ses amis, a rendu la liberté à un cerf pris au piège à Cornimont.

 
Le cerf était pris au piège au niveau du dégrilleur d’une micro-centrale électrique de Cornimont. Photo DR

 CORNIMONT

jean-Jacques Claude, lieutenant de louveterie, a été appelé en fin de semaine dernière. Pour venir en aide à un cerf retenu prisonnier dans un dégrilleur d’une micro-centrale électrique à Cornimont. 
« Je suis arrivé à midi avec un de mes collègues de chasse », explique le lieutenant. « On ne savait pas comment s’y prendre. L’animal était tétanisé et nous morts de trouille. C’était un gros cerf. » Jean-Jacques Claude avait tout de même pris le soin de s’armer au cas où le sauvetage tournerait au vinaigre.
« On a usé de beaucoup de patience. On parlait et caressait l’animal », poursuit Jean-Jacques Claude. « Arnault, le fils de mon ami Serge Remy a tout d’abord arrêté le dégrilleur ». Pendant que Serge tenait les bois du cervidé, le lieutenant s’est muni d’un ustensile magique : un balai de cantonnier.

« Un beau cerf d’avenir »

Le fils Remy a monté le dégrilleur centimètre par centimètre pendant que les deux autres hommes ouvraient les portes de la micro-centrale pour enfin libérer le roi de la forêt au bout d’une heure d’efforts. « Il a tout d’abord refusé de partir parce qu’il y avait trop de pente ».
C’est donc comme Monsieur tout le monde que le cerf a retrouvé la liberté. C’est-à-dire en empruntant les marches une à une d’un escalier situé à proximité. « Il est ensuite parti à toute vitesse en direction du domaine de la Vierge en face de la maison de retraite counehette », ajoute le chasseur. « Il n’était pas blessé. J’avais un doute sur sa patte arrière droite ». Finalement, l’animal s’en sort juste avec les sabots arrières un peu abîmés. « C’était un beau cerf d’avenir d’environ trois-quatre ans ». Un cerf prometteur disent les chasseurs et qui devrait vivre sereinement durant les prochaines années dans son environnement.

Laurence MUNIER
 

mercredi 17 février 2016

Un loup dans le massif du Donon, côté mosellan



Source : dna.fr
 
Le loup est en Moselle, c’est une certitude. Un cliché a été pris le 30 janvier par un piège photographique à Walscheid dans le massif du Donon. Et deux attaques de troupeaux à proximité font l’objet d’enquêtes approfondies.
 
Un loup surpris dans le massif du Donon- Moselle PHOTO CROC

 
On le savait dans le massif vosgien et peut-être au sud de la Meuse. Mais le loup ne connaît pas les frontières et poursuit discrètement sa progression en territoire lorrain. Le voilà désormais en Moselle. Et ailleurs qu’au parc de Sainte-Croix.
Un piège photographique a capturé l’image d’un loup le 30 janvier à 21 h 13, dans le massif du Donon, à Walscheid. Le cliché émane d’un des appareils installés par le CROC (Centre de recherche et d’observation sur les carnivores) dans le cadre d’une opération de recensement du lynx. Ces pièges se déclenchent automatiquement à chaque mouvement. À intervalles réguliers, les agents de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) relèvent les cartes mémoire et font le tri dans les photos. Le 9 février, alors qu’ils cherchaient Van Gogh, nom donné à un lynx emblématique du massif du Donon disparu des écrans radar depuis longtemps, c’est avec stupéfaction qu’ils ont découvert un loup. Le document a été analysé par la cellule spécialisée du Cnera (Centre national d’études et de recherches appliquées) à Gerstheim. « Silhouette de type lupoïde. Présence d’un masque labial blanc. Oreilles courtes et peu pointues. Pelage contrasté avec partie dorsale gris foncé et flancs plus clairs présentant un dégradé régulier des couleurs. Queue portée tombante plaquée à la croupe. Présence d’un liseré noir sur les membres antérieurs. Tous les critères phénotypiques relevés sur la photo sont caractéristiques de l’espèce Canis lupus », est-il écrit dans le rapport.

Déjà des attaques de troupeaux

Dans le même temps, une attaque d’ovins a été constatée le 12 février à Métairies-Saint-Quirin, soit à une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau de Walscheid. Deux brebis ont été tuées, une autre blessée et une quatrième est égarée. « Ne faites surtout pas de conclusions hâtives. Notre troupeau fait parfois l’objet d’attaques de gros chiens. L’enquête démarre tout juste et il est prématuré d’affirmer qu’il s’agit du loup », prévient Laurent Appel, éleveur prudent. Mais Jean Kugler, directeur départemental des territoires de Moselle, se montre plus affirmatif : « D’après les premiers éléments, il y a une forte probabilité qu’il s’agisse du loup. Nous en aurons la confirmation en début de semaine prochaine. » Une autre attaque, survenue quelques jours plus tôt chez un éleveur de la même commune, a aussi été signalée à la gendarmerie. Un témoin a par ailleurs fait part d’une observation visuelle le 26 janvier à Abreschviller. La première, mais certainement pas la dernière dans ce massif du Donon où l’espèce protégée a tout pour vivre heureuse.

Philippe MARQUE
 

mardi 16 février 2016

Fin de saison de chasse : la fédération du Jura vous accompagne !


Fin de saison de chasse : la fédé vous accompagne !


CPU et carnet bécasse 2015-2016 : des nouveautés sur leur retourDepuis quelques années, dans le cadre d'un projet national, la Fédération a incité les chasseurs à saisir individuellement leur tableau de chasse grâce au Carnet de Prélèvement Universel (CPU) qui avait été initié par la Fédération Nationale des Chasseurs. Ce carnet a trouvé son utilité avec l'obligation pour les bécassiers de noter chaque bécasse prélevée sur un carnet (Carnet de Prélèvement Bécasse - CPB). Toutefois, le CPU n'ayant pas donné les résultats escomptés (taux de retour insuffisants…), la Fédération a décidé de le remplacer par une déclaration globale du tableau de chasse par territoire de chasse (ACCA, chasse privée ou lot domanial). Cette mission incombe dorénavant au Conseil d'Administration de votre association. C'est à chaque Président d'association qu'il appartiendra de saisir sur l'espace adhérent avant le 1er avril 2016 le tableau de chasse de votre association pour la saison écoulée. Ainsi, chaque détenteur devra compléter son tableau de chasse via le site Internet de la Fédération et son espace adhérent grâce à ses codes d'accès.
NB : Concernant la bécasse, la loi imposant le retour du carnet individuel, les bécassiers doivent toutefois continuer à retourner leur carnet " papier " à la Fédération. Le mieux est de le rendre au Président qui pourra transférer l'ensemble à la Fédération, en attendant une évolution nationale de ce système.

Fermeture de la chasse aux migrateursVous vous posez des questions sur les dates de fermeture de la chasse aux migrateurs ? Vous trouverez les dates à retenir dans le tableau téléchargeable en cliquant ici et sur notre site Internet, rubrique " Documents utiles à télécharger - Année cynégétique 2015/2016 ".

Formation chasse à l'arc 2016L'Association des Chasseurs à l'Arc de Franche-Comté, pour la vingtième année,  dispensera à partir de mars 2016, une nouvelle session de sa formation complémentaire de chasse à l'arc. Elle permettra de faire de vous de bons débutants en vous donnant les connaissances de base pour ce mode de chasse. Retrouvez la description de la formation en téléchargeant le document ici.

Concours de meutes sur chevreuil à Evans
Les 20 et 21 février 2016, à Evans (Jura), un concours de meutes dans la voie du chevreuil est organisé par l'AFACCC du Jura et le GIC de la forêt d'Arne. L'occasion de vivre la finale bi-départementale avec la Loire, et d'assister à une présentation de meutes et des fanfares des trompes de chasse de Chaux.
Buvette sur place et repas sur réservation au 06 76 36 27 78 ou au 06 35 22 55 48.


Votre Fédération départementale des chasseurs du Jura
Horaires d'ouverture :
Lundi-jeudi : 8h30-12h - 13h30-17h30
Vendredi : 8h30-12h - 13h30-17h

Maison de la nature et de la faune sauvage
Fédération des chasseurs du Jura
Route de la Fontaine salée
39140 ARLAY
Tél : 03 84 85 19 19

dimanche 14 février 2016

Formation ACAFC 2016 et JFO FDC25 : les dates

Formation ACAFC 2016

- Formation Théorique en salle, le dimanche 24 avril 2016 à Gonsans. 

- Assemblée Générale et Épreuves de fin de formation, le dimanche 5 juin 2016.

Formation FDC25 : 

- Journée de Formation Obligatoire, le samedi 28 mai 2016 à Gonsans. (pour les non-membres ACAFC, voir détails ici)


mardi 2 février 2016

Un magnifique sanglier pour Luc à Champlitte


Le récit à mis longtemps à me parvenir, mais pour Luc notre Belge préféré, écrire un texte en Français demande beaucoup d'efforts. Mais le résultat est très réussi et reflète bien les émotions de l'action de chasse.  
Toutes mes félicitations Luc, pour le sanglier et le récit ... et s'il reste un peu de Champagne, tu sais qu'il y a des amateurs à l'ACAFC ... 


Champlitte, 29 Novembre 2015, le propriétaire de l'entreprise de mon client m'invite sur sa chasse... 

Avec un autre archer, on était posté juste en bout d'une forêt triangulaire... en allant vers notre poste... à gauche du chemin une prairie, à droite la forêt... on ne voyait pas de coulées sur la partie où on pouvait nous poster… après 200 mètres, enfin plusieurs coulées proches l'une de l'autre...... l'autre archer me dit qu'il voulait se poster là ... je montais encore un peu et voyais qu'au bout du bois,  il y avait des rocher qui, avec la route formait un entonnoir.. et de l'autre côté de la route, il y avait aussi une petite forêt..  
Comme mon instructeur et ami Jean Badet m'a dit pour essayer d’anticiper les mouvements du gibier, il fallait se mettre à sa place, donc si je suis un animal, je traverserais la route là car c’est l’endroit où la distance à découvert est la plus faible... en plus, l'entonnoir triangulaire forçait les animaux à passer là.. je me posais devant un endroit où les arbustes derrière moi formaient le rideau le plus dense.

Après une heure, j'entendais arriver un animal sur ma droite... j'armais et un énorme sanglier, vraiment énorme me passait à 8 mètre... juste de l'autre côté de la rue, derrière les arbustes, il y avait apparemment une coulée... le sanglier me sentait pas, le vent venait du bon côté et il a continué sa route... il a traversé à 25 mètres de moi, à ma gauche… et là que j’ai vraiment vu sa taille énorme ... la première fois dans ma vie que je voyais un sanglier si grand... mon cœur était sans doute à 140 ! :-) .....

Une demi-heure après, j'entendais une autre animal approcher...cette fois avec moins de bruit...c'était une chevrette...elle ne courrait pas trop vite et a ralenti à côté de la route à 25 mètres à gauche de moi.. Elle était très nerveuse et avait visiblement peur de traverser la route.... j'avais armé avant et je l'avais bien dans mon viseur, mais comme la distance était 25 mètres, la distance maximale pour moi, et comme elle n'était pas tranquille, je n'ai pas tiré et hop, elle a sauté et traversé la route… jolie à voir…

Deux minutes après, j'entendais de loin à droite un autre animal arriver... il suivit la même coulée que le premier sanglier…
Je l'entendais arriver de loin… j'ai armé... le l'ai suivi dans mon viseur... il est passé à 8 mètres devant moi, en courant en dans les arbustes...je pensais qu'il voulait traverser la route au même endroit où le premier sanglier a traversé mais il est retourné et de nouveau est passé devant moi à 8 mètres... il me ne voyait pas..... il a voulu traverser la route à 17m de moi.... il m’a vu et il est arrêté et s’est baissait un peu… et hop, je l'ai tiré... j’ai vu le point de l'impact de la flèche dans l'animal....et la réaction de l'animal… tout comme en « slow motion ».
Le sanglier a traversé la route, à couru vers le bois une 60aine de mètres plus loin et il a disparu... Je suis allé toute suite vers l'endroit où je l'avais tiré et je trouvais toute suite sur la route beaucoup de sang...aussi dans le champ, je pouvais suivre la piste de sang sans problème... il avait deux pistes de sang, un mètre entre les deux... jusqu'au bord de la forêt... l'autre archer a tout vu et est arrivé aussi et on a décidé de ne pas aller dans la forêt....
j'avais, juste après le tir, averti le maître de chasse de mon tir et il est venu avec des chiens et des fusils.... ils ont lâché les chiens au bord de la forêt mais il retournaient déjà après 2 minutes... alors nous sommes allé dans le forêt et aussi là, on pouvait suivre la piste de sang sans problème... du sang partout, contre les arbres, sur le sol.. et là, après seulement 20 mètre, invisible par le coté de la forêt, le sanglier était étendu au sol...  

Les chasseurs à fusils étaient étonnés… ils m’ont félicité ... on a pris quelques photos rapidement avant de sortir le sanglier de la forêt et le charger dans le 4x4 qui était arrivé...
Tous étaient étonnés de trouver un sanglier d'une telle taille si proche de l'endroit où je l'avais tiré et encore plus étonnés de voir une telle piste de sang et la quantité de sang partout dans le bois…

Après que l'animal est chargé sur le 4x4, je suis retourné vers l'endroit où j'avais tiré le sanglier…  j'ai retrouvé ma flèche... elle a traversé l'animal, et était dans le sol pleine de sang rouge...


Le soir, en ouvrant l'animal,  ils étaient encore une fois étonnés car ils ont constaté que ma flèche avait traversé le cœur en plein milieu.... le sanglier accusait 87 Kg sur la balance...



Une journée magnifique, le patron était super content que j'aie tiré.... et, comme c'était le premier sanglier tiré à Champlitte à l'arc depuis le moyen-age, on va l'arroser la prochaine fois avec du Champagne.

Une journée magique et inoubliable...

J'ai utilisé un Bowtech Experience 65 livres, Easton axis realtree 300 avec des G5 Striker Magnum (un petit conseil de Patrick, notre président bien-aimé).

Cordialement,
Luc Krols