Accueil


ACAFC : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 27 Mai

ACAFC : Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 10 Juin

FDC25 : JFO le samedi 18 août 2018 à Gonsans


Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


samedi 27 septembre 2014

Gorges de Lanrivain, sauvetage d'un cerf

Dimanche, une douzaine de sapeurs-pompiers ont sauvé un cerf coincé dans les eaux des gorges de Toul Goulic, à Lanrivain. Son sauvetage a duré plusieurs heures.

Les sauveteurs du groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (Grimp) ont installé une tyrolienne pour évacuer le cerf.
DR
 
Une douzaine de sapeurs-pompiers étaient mobilisés.
Ouest-France

 
Le cerf était coincé entre des grosses pierres dans plus d'un mètre d'eau.
Ouest-France

 
Les gorges de Toul Goulic sont difficiles d'accès.
DR

 
L'intervention des sauveteurs a duré toute l'après-midi, dimanche.
DR

 
Un vétérinaire a endormi le cerf avant de pouvoir l'extraire des gorges.
DR

 
Le cerf a été remis en liberté dans une prairie vers 17 h.
DR

 
Affaibli après plusieurs heures passées dans l'eau, le cerf s'est réveillé progressivement.
DR


 Source : Ouest-France.fr

vendredi 26 septembre 2014

Haute-Saône : le braconnier de M6 démasqué et condanné

Un homme de 55 ans a été condamné hier à dix mois de prison avec sursis et 982 € d’amende pour une affaire de braconnage hors du commun.



Un homme de 55 ans a été condamné hier à dix mois de prison avec sursis et 982 € d’amende pour une affaire de braconnage hors du commun. Le tribunal correctionnel de Vesoul lui a aussi interdit de passer son permis de chasser pendant trois ans. 

 C’est un reportage sur M6, diffusé en mars 2013 dans « Enquête exclusive », qui a conduit cet habitant d’Exincourt devant la justice. Consacré au braconnage, le reportage montrait le travail des gardes de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Il mettait aussi en scène un braconnier qui racontait ses méthodes, mais pas seulement : il s’est laissé filmer en train d’abattre un chevreuil de nuit, à l’aide d’un projecteur et d’une carabine 22 long rifle. « C’était particulièrement cruel », raconte le président du tribunal, Patrick Baud. « Le chevreuil vivait encore et a redressé la tête. » 

Après la diffusion de l’émission, une enquête a été ouverte. Elle a permis d’établir où le sujet avait été tourné : à Saint-Ferjeux (Haute-Saône, près de Villersexel) et à Geney et Sainte-Marie (Doubs). Les investigations ont aussi permis d’identifier le braconnier filmé par M6, déjà condamné à deux reprises par le passé et bien connu pour ce genre de faits. « Dans la bande-son du reportage, vous faites du prosélytisme », lui reproche le juge. « Vous dites que vous faites ça comme si vous fumiez une cigarette. » « À qui profite le crime ? » Comment l’homme en est-il arrivé là ? « M6 m’a forcé », lance-t-il pour se défendre. « La journaliste dit aux enquêteurs que vous avez pris l’initiative de leur montrer comment le braconnage se pratiquait », lui oppose le président du tribunal. Gilles Lartilley, l’avocat du prévenu, n’est pas du même avis : « La journaliste confirme qu’à sa demande, il a accepté de l’emmener sur un acte de chasse. » 

 Le défenseur n’est pas tendre avec les auteurs du reportage, absents à l’audience. Son client aurait d’abord refusé de participer à l’émission, mais il aurait été relancé à plusieurs reprises. Quand il a accepté, la journaliste et le cameraman ont passé une demi-journée avec lui. « Ils lui ont expliqué qu’il leur fallait des images », affirme Gilles Lartilley. « Il a eu droit à un lavage de cerveau : il ne risquait rien puisqu’il serait flouté, que l’émission allait dénoncer le braconnage et que la chaîne disposait d’une armée d’avocats compétents. Ils lui ont même dit qu’ils lui fourniraient un véhicule, une carabine, un projecteur et un chauffeur. 

Et ils ont pris rendez-vous pour le dimanche suivant. » Conclusion de l’avocat : « À qui profite le crime ? Qu’a rapporté un tel reportage diffusé sur une chaîne nationale ? Je me sens un peu isolé à la barre… » « Chacun se fera sa propre idée du contexte dans lequel se sont déroulés les faits », tranche le président Patrick Baud. « Il vous reste le droit de porter plainte contre M6 si tout s’est déroulé comme vous le dites. » 
L’avocat, qui a évité à son client la peine de deux mois de prison ferme requise par le parquet, devrait en rester là. 

 Guillaume MINAUX pour l'EstRépublicain.fr

mercredi 17 septembre 2014

Test : carcasse de cerf électrifiée et ours

Des chercheurs ont voulu savoir si une carcasse de chevreuil électrifiée aurait un effet dissuasif sur les ours. On y voit clairement que même après quelques choques, les ours s'y approchent toujours et finiront par atteindre leurs fins.
           

mardi 16 septembre 2014

FDC25 : Rencontres Saint Hubert : une première pour les archers !


Cette année, les rencontres Saint Hubert se dérouleront le dimanche 28 septembre à Foucherans. 

Pensez à vous inscrire rapidement auprès de Monsieur Garcia (coordonnées disponibles à la FDC 25).

Une première cette année, les chasseurs à l'arc souhaitant se présenter avec leur chien sont conviés à venir faire preuve d'adresse et ainsi ouvrir les rencontres à un éventail encore plus grand de pratiquants.

Alors amis archers, bon entraînement!

Jean-Luc et son fils Hugo y participeront, il serait bien que d'autres le fasse également. N'hésitez pas à poser des questions à Jean-Luc si besoin.

vendredi 12 septembre 2014

Le chacal est présent en France ?





"Canis aureus - golden jackal" by Вых Пыхманн - Own

Des chacals en France?

Le préfet de la Drôme aurait été informé aujourd'hui, par un syndicat agricole du département, de la présence de «meutes de chacals dorés». 
Des «épisodes de prédation» sont évoqués. L'espèce aurait été observée également dans les Alpes-Maritimes. «Il faut regarder la queue de tout renard "haut sur pattes" qui ne "coule" pas comme un renard» nous est-il indiqué. 

Il y a cinq ans, un représentant du service fédéral pour l'environnement observait que le chacal (Canis aureus) est «pour l'instant, encore éloigné d'environ 200 km de la Suisse.» D'autres sources signalent sa présence en Suisse depuis 2011. 

En 2009, une personnalité de l'associatif écolo, ancien haut fonctionnaire, évoqua l'arrivé probable du chacal doré en France. Notre correspondant commente ainsi la carte ci-dessous: « Comme le nuage de Tchernobyl, le chacal doré ne s'arrête pas aux frontières. surtout si on lui donne un coup de main. 

Suivez les pointillés… il y a 2 ans déjà… »

Source : Plaisir de la Chasse


Source : Plaisir de la Chasse via Facebook

Aire de répartition du chacal
























Source ; Wikipédia

Joyeux Anniversaire Jean-Jacques

JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!



mercredi 10 septembre 2014

FDC25 : Cerf, 3 soirées à ne pas manquer

CERF : TROIS SOIRÉES A NE PAS MANQUER !


© Photo : Sophie Martineau

Amis chasseurs,

Dans le cadre des animations proposées en complément de l’exposition « Sacré cerf », installée à la salle de la Damassine de Vandoncourt du 16 juillet au 28 septembre, la Fédération Départementale des Chasseurs du Doubs,  en partenariat avec Pays de Montbéliard Agglomération organise  trois soirées à ne pas manquer :



- Vendredi 12 septembre à 20h00 : Projection d'un film exceptionnel consacré au Cerf intitulé " Cerf moi Fort " en présence de son réalisateur Jean-Paul GROSSIN, cinéaste animalier français reconnu. Rendez-vous à 20h à la salle de "la Colo", route du Pont Sarrazin 25230 Vandoncourt. Projection suivie d'échanges avec la salle et verre de l'amitié. ENTREE GRATUITE



- Vendredi 19 septembre à 20h00 : soirée-débat sur la présence du cerf en Franche-Comté et son retour dans le Haut-Doubs. Pour répondre à vos questions seront présents des professionnels de l'Office National des Forêts, la Fédération  Départementale des Chasseurs et l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Rendez-vous à 20h à la Damassine, 23 rue des aiges 25230 VANDONCOURT. ENTREE GRATUITE

- Vendredi 26 septembre à partir de 16h30 : Visite de l'exposition " Sacré Cerf " puis sortie sur le terrain pour écouter le brame du Cerf dans la région de Montbéliard. ANIMATION GRATUITE (dans la limite des places disponibles). Repas tiré du sac. RDV à la Damassine, 23 rue des aiges, 25230 VANDONCOURT à 16h30.

Nous vous attendons nombreux. Parlez-en autour de vous. L'occasion ne se représentera pas.

Merci

Bien cordialement

Votre Fédération

lundi 8 septembre 2014

Lozère : première battue au loup

Tireurs et rabatteurs sont intervenus à Chaudeyrac sous le contrôle de l'Office national de la faune sauvage.

En juillet, Guillaume Lambert avait rencontré les éleveurs à Arzenc-de-Randon.
CAROLINE GAILLARD

Le préfet de la Lozère a décidé de prendre un arrêté de tir de prélèvement après que les agriculteurs ont mis au préalable en place des tirs de défense et des mesures de protection. Les attaques ont cependant perduré. Sous le contrôle technique de l'ONCFS, une série de mesures viennent de voir le jour.

"Nous avons d'abord mené trois nuits de suite, dès le 28 août, date à laquelle le préfet a pris son arrêté et sur les quatre communes concernées - Châteauneuf-de-Randon, Arzenc-de-Randon, Chaudeyrac et Pierrefiche - des actions avec des sources lumineuses et avec possibilité de tirer sur l'animal, mais on ne l'a pas vu", explique Jean-Vincent Llinares, chef de service à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage. Deux équipes composées d'un conducteur, d'une personne qui éclaire à droite et une autre à gauche sont ainsi intervenues sur plusieurs circuits dans l'espoir de rencontrer le loup. Sans succès.
  
"En concertation étroite avec les agriculteurs"
 
Jean-Vincent Llinares, ONCFS Ce jeudi 4 septembre à 8 heures du matin, une battue a été organisée à Chaudeyrac, au lieu-dit Villeneuve. "La décision sur le choix du lieu s'est faite en concertation étroite avec les agriculteurs concernés en fonction des éléments et des observations que nous avions sur un animal qui aurait été vu", souligne encore Jean-Vincent Llinares.
Ce sont ainsi quelque 35 tireurs - tous ont reçu une formation spécifique sur les battues de prélèvement - et une trentaine de rabatteurs qui se sont retrouvés sur le terrain. "Les tireurs étaient postés sur des endroits préétablis alors que les rabatteurs traquaient le secteur", explique le chef de service.
Tout s'est effectué sous le contrôle technique des lieutenants de louveterie dans le plus grand respect des règles de sécurité : vérification des permis pour les tireurs, port de gilets, installation de panneaux sur les routes et chemins… "Le loup est toujours en mouvement. Dans les Alpes, les hommes ont eu les plus grandes difficultés à en rencontrer malgré des meutes constituées.
Le rabatteur est le système qui nous paraît le plus approprié", conclut Jean-Vincent Llinares qui annonce d'autres actions, battues et affûts nocturnes.

FORMATION : 160 chasseurs

Si quelque 160 chasseurs ont déjà reçu une formation spécifique pour les battues de prélèvement, d’autres vont suivre.
"Il va y avoir trois séances rapidement d’ici début octobre à Châteauneuf, à la fédération de chasse à Mende et à Aumont-Aubrac. Ces formations passent notamment par une explication biologique du loup, les règles de sécurité et la façon dont les choses se présentent", détaille Jean-Vincent Llinares.
En 2015, d’autres formations sont envisagées sur le secteur des Cévennes.

Source : Véronique Bonacchi pour midilibre.fr