Accueil


ACAFC : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 27 Mai

ACAFC : Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 10 Juin

FDC25 : JFO le samedi 18 août 2018 à Gonsans


Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


lundi 31 octobre 2016

Joyeux Anniversaire Guillaume !!!

dimanche 30 octobre 2016

Joyeux Anniversaire Djoss !!!

jeudi 20 octobre 2016

Vidéo : on aimerait bien voir ça chez nous ... inouï !!!

Et ça passe, ça passe, ça passe, ça passe, ça passe ....





dimanche 9 octobre 2016

Une gelinotte comme 1er gibier à l'arc pour Jonas

Et quel gibier !!!

Jonas, en séjour au Quebec, nous envoie cette magnifique photo d'un non moins magnifique gibier ... son premier à l'arc !!! Une superbe gelinotte !!!

- Salut Patrick ! 
Je t'envoie mes salutations du Québec où je passe un séjour exceptionnel!
Je remercie chaleureusement toute l'équipe de l'association pour leurs précieux conseils et pour le temps qu'ils ont passé à notre formation!
J'ai pu prélever mon premier gibier à l'arc et j'en suis particulièrement heureux!
Portez-vous bien
Jonas


vendredi 7 octobre 2016

William flèche un joli bouc de chamois

Après une dizaine d'affûts dans tous les secteurs de notre village, je suis allé me placer le 4 octobre vers 16h00 au Recet, dans les rochers du bois du roi, lieu de passage de belles chevrées. 

Après 2 heures d'attente, déçu de ne rien voir, pas même un écureuil ! Je décide de rentrer. 18h15, j'arrive tranquillement à l'éboulement « il y a une vingtaine d’années, 50 m environ de falaise s’était détachée de la paroi rocheuse emportant tout sur son passage » et brusquement un gros mâle chamois surgit sur ma gauche, traverse le chemin devant moi à une quinzaine de mètres et s'immobilise sur le talus à droite en me toisant.

 J'effectue doucement un demi-tour pour lui tourner le dos afin de ne pas le stresser, je retire du carquois un tube alu 22/19 muni d’une tri-lame Thunderhead 125 gr, l'encoche sur la corde et arme mon compound. 

Je me retourne lentement mais le chamois n'est plus là ! J’approche silencieusement à l'endroit où il se tenait; il est tout près en contrebas, en me voyant il effectue 2 ou 3 petits bonds sur ma droite et s'arrête derrière et entre 2 arbres proches l’un de l’autre de 2 m. 

Il est en plein travers à 15m, il me regarde et semble sûr de lui et de sa puissance pour fuir à la moindre alerte. Je distingue la tête et l'avant du corps. 3 secondes d'immobilité de l’animal me suffisent pour décocher. 

A l'impact le chamois effectue une superbe ruade en se regardant le flanc droit, l'endroit où il a été touché ! En quelques secondes il détale et disparaît de ma vue 80 ou 100m plus bas. Il est déjà tard et je n'ai pas le temps d'attendre les 20mn réglementaires. Je décide de commencer ma recherche. 

A l'anschuss, je remarque de suite que le sang jonchant sur le sol et les feuilles, est rouge vif avec des bulles d'air, c'est une flèche de poumons, il n'ira pas très loin je pense ! Je marque de mouchoirs papier les points importants. Effectivement, après 1/4 d'heure de marche difficile dans la pente, je retrouve mon chamois dans un trou au bord de la piste forestière du bas, en tombant pour mourir, la flèche s'est brisée en deux, laissant la lame et 20 cm de tube dans l'animal. 

Je le bague et le tire jusque sur le chemin, il est trop lourd pour le remonter à dos. Je le laisse sur place et le ramènerai à la nuit sur mon quad. Lorsque nous le vidons, nous remarquons que la flèche a traversé les poumons et le cœur. Ces quelques secondes de descente rapide lui ont permis de parcourir environ 150 m avec de telles blessures mortelles....incroyable !!! . Il accuse un poids de 50 kg plein.

Merci à mes amis chasseurs qui favorisent les archers jusqu’au 1er décembre pour le tir du chamois et bien sûr aux instructeurs de l’ACAFC.

La photo "un peu spéciale" de l'animal a été réalisée le lendemain matin, il était particulièrement raide.




mercredi 5 octobre 2016

Renaud récidive cette saison aux Fourrasses à Nancy avec un sanglier

C’est avec un grand plaisir que je me rends aujourd'hui à cette ouverture aux Fourrasses chez Bernard qui nous accueille pour une chasse à l'arc péri Urbaine.

Les fidèles sont là, Pierrot, qui s'est un peu fait attendre, Michel, Jérôme, Tom, Max, Frédéric, Thomas accompagné d'un jeune nouveau Simon; avec Bernard et moi ... ça fait 10.
Pas énorme pour notre type de chasse. Certes les enceintes sont petites mais quand même..
Après le casse-croute, les chefs de ligne reçoivent leurs consignes puis le rond est fait.
Convivialité et bonne humeur, le début de saison semble augurer encore de bons moments.
La première traque permet de voir du gibier, une flèche est décochée mais ne touche pas son but espéré. Pour ma part, je ne vois rien si ce n'est des promeneurs, tous avec des chiens ... sans laisse...
Enfin bref…

On déposte, ça cause sur les gibiers aperçus et on se décale pour aller le long de l'autoroute..
Ça commence à chauffer (on a le même soleil qu'Oliv en Corse, mais en mieux ;-) ). Même si le bois est moins feuillu, c'est encore dense. Mais au sol il commence à y avoir pas mal de feuilles mortes....
Jérôme me place, "bah va las bas le long de l'autoroute.." il m'indique clairement comment y aller et surtout me rappelle que la coulée est juste là, collée au fossé de l'autoroute... Je lui demande si l'on peut quand même tirer, réponse laconique: " oui, mais pas sur l'asphalte..."... Je suis bien avancé moi tiens...
C'est la troisième année que je viens, et j'ai toujours entendu dire que ce sont des postes en or. Difficiles à tenir à cause du bruit mais ça passe.
L'année dernière j'ai eu la chance de tenir quelques fois ces postes et j'y ai prélevé un renard mais point de sanglier.
Thomas aurait pu... Sauf qu'ils lui sont arrivés juste dessus, pour peu ils lui montaient dessus...
Enfin bref..
J'arrive dans la haie au bord de l'autoroute et là je me dis... Non mais même pas en rêve, tu ne tireras pas ici, il y a des baliveaux de partout, des arbres morts...
Je distingue bien la coulée principale même si elle ne me semble pas bien nette, y aurait-il moins de passage ?
Et j'en devine des secondaires sous les branches entrelacées... Génial... Et je fais comment pour manœuvrer dans ces satanées branches ? Après m'être calmé et m'être recentré sur l'affirmation des connaisseurs: "c'est un bon poste..", je prends des décisions.
Tout d'abord il est hors de question que je tire vers l'autoroute, donc je dois être sur le dernier monticule. Oui mais dans ce cas je suis collé à la coulée principale... Normalement ce n'est pas bon... Dans ce cas il faudra tirer avant...
Je choisi donc un emplacement où je ne m'écorche pas trop les mains à déblayer... Epines noires et tout le tremblement…
Je me libère donc un axe en amont de la coulée et décide d'en préparer un perpendiculairement à moi sur une des coulées secondaires au cas où ça passe moins collé à l'autoroute...
Une fois mon "poste" aménagé, je me positionne dos à l'autoroute et commence l'interminable attente...
Au fil du temps, je sursaute à chaque bâche mal arrimée des camions qui me passent dans le dos, j'espère aux moindres bruits insolites qui viennent de toute façon de la route.
Je dois me concentrer, la traque arrive de la droite, si ça arrive, ce sera par la droite, je dois rester les yeux biens ouverts et arrêter de sursauter vers ma gauche ...
Soudain, je crois apercevoir un mouvement sur ma droite, à moins de 20 mètres de moi, les branches bougent, je ne prends pas le  temps d'allumer la caméra, si ce sont des sangliers ça peut m'être fatal, j'arme donc en découvrant le groin d'un sanglier et devine que derrière il y en a d'autres. Ils ne sont pas sur la coulée principale mais sur une des secondaires qui passe sous l'entrelacs de branchage... Ils semblent bien gros! Je pense rapidement, 50-60kg et semblent tous de la même taille... Le premier dévie légèrement sur sa droite, il se présente de trois quart avant (dans mon souvenir je pensais de travers complet mais la flèche me prouvera le contraire). Le deuxième fait pareil et j'en devine d'autre derrière... ils s'arrêtent. Je pense qu'il est en train de se demander s'il n'y a pas quelque chose d'anormal. Bien sur ce n'est pas à un des deux endroits que j'ai dégagé, mais je pense qu'ils vont prendre peur et je suis déjà armé, le pin sur l'épaule du deuxième... Je trouve une trouée un peu moins encombrée dans ces amas de branchages... Je décoche. Avec le bruit de l'autoroute, je n’entends rien mais je constate, grâce à l'encoche lumineuse, que la flèche est bien allée ou je voulais, en ligne droite et ne semble pas avoir été déviée.
Les deux premiers partent en trombe perpendiculairement à l'autoroute, les deux autres font demi-tour et semblent repartir d'où ils venaient. Je me dis ça c'est bon pour Jérôme !
Je laisse mon palpitant revenir à la normal et constate que l'encoche lumineuse est bien visible à une quinzaine de mètres de moi, bien dans l'axe de mon tir. Je pense tout de suite super, si vraiment dans le pire des cas je suis passé dessous ce serait dommage mais je pense qu'elle est très bonne. J’attends quelques minutes puis je vais voir ma flèche... Elle est maculée de sang sur toute la longueur, assez rouge. Je recule pour voir à l'anschuss... RIEN... Comment ça…  Je commence à douter, une flèche de patte ? Je serais passé dans un muscle... mince… Pourtant il y a beaucoup de sang sur la flèche.  Je me décide à reculer pour me rendre compte si mon tir et la position de la flèche correspondent à l'emplacement du sanglier au moment du tir...
Mais un mouvement sur ma droite attire mon attention. Stupéfait, je vois débouler, un, puis un deuxième et un troisième sanglier pile sur la coulée principale... Il m'évitent en passant sur une secondaire, le premier file les deux autres font une boucle avant de le suivre..
Je suis tellement surpris que j'ai laissé échapper ma flèche et elle git lamentablement par terre...
Je regarde donc les trois sangliers se défiler devant moi ... à moins de deux mètres à vive allure quand même...
Dans mon souvenir j'avais l'impression que le premier était venu quasiment à mes pieds avant de bifurquer, mais la vidéo que j'avais mise en œuvre quand je suis allé sur la flèche me prouve le contraire, ils ont bien bifurqué dans le rythme et sans s'arrêter à quelques mètres de moi! C'est terrible comme l'esprit, l'imagination et le stress de ces moments-là, nous changent la perception et le souvenir…

Mais,  il n'y en a que 3... Donc le quatrième est peut être resté pas loin ... ou alors il s'est débandé, ce qui serait logique car un sanglier blessé quitte généralement la compagnie...
J'appelle Bernard pour l'informer de tout ceci... Je suis rapidement rejoint par les archers à proximité, Thomas, Simon, Jérôme et Bernard. Nous essayons de trouver la piste. Il fait chaud et il est important de retrouver l'animal rapidement...

Comme j'avais constaté, il n'y a rien à l'anschuss. Mais un peu plus loin Bernard trouve une première goutte de sang dans l'axe de fuite que j'avais indiqué. On galère encore dix bonnes minutes à en trouver une autre. Bernard décide de peigner perpendiculairement à l'autoroute jusqu'au petit chemin qui se trouve sous la ligne électrique, cela représente une vingtaine de mètres. Rien. On ausculte le chemin, rien du tout. Je suggère qu'on recherche un peu en retour, le long de la haie car finalement les sangliers s'étaient bien regroupés, si le blessé était avec, vu qu'il est parti avec le premier, dans ce cas il n'a peut-être pas pu rejoindre le groupe…
Bernard, Thomas et Simon remontent alors le long de la haie tandis que je repasse dedans pour faire de même... Quelques minutes plus tard Bernard crie: « Il est là c'est bon ! »…
Effectivement à peine 30 mètres plus loin, il git sur le flanc.
L'analyse de la flèche montre qu'elle rentre juste derrière l'épaule et ressort par les intestins devant la cuisse opposée..
L'absence de sang s'explique par le fait que les boyaux et le poumon ont bouché les orifices de la flèche.
Celle-ci a coupé les cotes en entrant et en sortant!
L’animal prélevé est une petite laie de 40kilos environ…














Le matériel: Arc Bowtech carbon Icon 70, gaucher, réglé à 63 livres, Flèches Pile driver Hunter 250  avec 3 Lames fixes: G5 Striker Magnum  et encoche lumineuse Nokturnal 
Distance du tir: environ 10-12 mètres, distance de fuite: 30 mètres

Un grand merci à Jérôme pour m'avoir si bien placé, limite en me donnant son poste, à mon fournisseur Erhart Sports pour la qualité du matériel et des conseils prodigués lors du choix et des essais, à mes formateurs de l'équipe de l'Association des Chasseurs à l'Arc de Franche Comté (ACAFC) et bien sûr, à notre Hôte et traqueur Bernard et à Pierrot le deuxième traqueur sans qui rien ne serait possible !