Accueil


ACAFC : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 27 Mai

ACAFC : Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 10 Juin

FDC25 : JFO le samedi 18 août 2018 à Gonsans


Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


samedi 21 juillet 2018

Samedi 21 juillet : entraînement ACAFC






  ----------------------------------------------------------
POLE MANDEURE

Samedi 21Juillet


Pas d'entrainement ce WE à Mandeure en raison de la météo qui est plus qu'incertaine ...



Pour appeler Pat.
Port : 06 71 79 61 02

----------------------------------------------------------

POLE JURA (Dôle)




Pour appeler Cyril.
Port : 06 38 20 65 85
 
-----------------------------------------------------------
A l'attention de tous ceux qui veulent venir s'entraîner, quelque soit le pôle d'entraînement :  pour des questions d'assurance et de responsabilités, pensez à vous acquitter de votre cotisation 2018 si ce n'est pas encore fait.

vendredi 13 juillet 2018

Samedi 14 juillet : entraînements ACAFC






  ----------------------------------------------------------
POLE MANDEURE

Samedi 14 Juillet


Pas d'entrainement ce WE à Mandeure, vous serez tranquille pour regarder le défilé samedi et le match dimanche.
Bonne Fête Nationale !!!




Pour appeler Pat.
Port : 06 71 79 61 02

----------------------------------------------------------

POLE JURA (Dôle)




Pour appeler Cyril.
Port : 06 38 20 65 85
 
-----------------------------------------------------------
A l'attention de tous ceux qui veulent venir s'entraîner, quelque soit le pôle d'entraînement :  pour des questions d'assurance et de responsabilités, pensez à vous acquitter de votre cotisation 2018 si ce n'est pas encore fait.

mardi 10 juillet 2018

Le "Fantôme du Grand Bois" le 6 Juillet 2018, Laviron




Le "Fantôme du Grand Bois" le 6 Juillet 2018, Laviron.

Il s'agit de ma 5ème sortie cette année 2018 et toujours sur cette partie du territoire où de petites haies jouxtent notre "Grand bois". J'arrive assez tôt en place et suis prêt à 18h00 pile.
Le match de l'équipe de France gagné au Mondial étant tout juste terminé, au loin des clameurs et klaxons détournent par leur inhabituelle fréquence de cette paisible localité les hôtes de ses bois…
Je chemine donc sous couvert de ce vacarme lointain en direction de mon arbre.

Arrivé sur place, tout ayant été soigneusement check-listé au préalable, rien ne me manque et je suis en place pour quelques heures d'affût. Quelques heures de bonheur complet à faire partie du sauvage. 


Comme le secteur a reçu quelques averses les jours précédents, l'herbe coupée est de nouveau fraiche et bien verte. La fraicheur relative portée par ces averses entre deux épisodes (Très) chauds facilitera, j'en suis convaincu, la sortie des capréolidés. 


J'ai repéré un beau pépère qui semblait boiter de l'antérieur gauche et deux jeunes brocards chamailleurs qui n'arrêtent pas de se poursuivre dans l'épais derrière moi. Puis, il y a un fantôme: un brocard qui n'a rien d'extraordinaire d'ailleurs il porte 6 mais de loin on dirait qu'il ne porte pas d'andouillers (comme si il était, selon l'expression consacrée: assassin!)

Peut-être ravale t-il, peut-être a-t-il connu une période de disette pendant la refaite des bois (gel trop prolongé possible sur ce secteur plutôt en hivernage…)
Les minutes passent et je repense à Chris qui a fléché avec maestria un trophée atypique (chevreuil licorne fort en diamètre) fin Juin… Toujours précoce ce Chris…

Je me demande ou peut bien être ce boiteux et les jeunes que j'appelle désormais Tic et Tac tant ils me font penser aux écureuils de Walt Disney qui se bagarrent tout le temps… Le temps serait quasiment idéal pour un début de rut. Un ami, Benjamin, m'avait relaté sa soirée deux semaines auparavant avec des scènes de poursuites. Le réchauffement climatique aurait-il une incidence sur la précocité de la pousse des plantes et donc sur les cycles reproductifs des espèces sauvages??? J'en suis presque convaincu! Très peu de renards vus en ce début de chasse d'été… Là encore une autre bizarrerie que je n'explique pas tant ce lieu est propice à les voir s'affairer à chasser les mulots après les fenaisons… Je regarde les ramiers voler de branches en branches tout près de moi en roucoulant de plus en plus fort, les buses et milans tournoyer dans les thermiques, les passereaux qui viennent jusqu'à se poser sur la tenue de camouflage 3D que je porte sur moi…

Pris dans mes divagations et pensées, je ne vois pas le temps passer, cependant le jour commence à décliner, il est 20h30… Je ne vois et n'entends pas la moindre présence de chevreuil. Absolument immobile, assis dans mon arbre depuis mon arrivée à 18h00, je me laisse aller à changer de position à la vitesse d'un gastéropode lent qui glisserait (mal) sur une feuille de papier de verre. Je me dis également qu'il pourrait être judicieux de sortir l'appeau pour jouer mes premières notes d'amour aux vues des circonstances énoncées ci avant (données climato-météo-biotopiques favorables à un déclenchement précoce du rut!)

Je me donne un objectif appel vers 21h si je ne vois rien.
Mon poste est situé à coté d'une coulée et de nombreuses couchettes et zones de frottis et régalis jonchent la surface environnante. Je sais que ce coin est très apprécié des chevreuils…
20h56, rien de nouveau. Je décide alors de tenter une première série d'appels. Mon buttolo exprime 3 "piouuuuuuuuuu" langoureux à souhait… chaque cri de 2 secondes est interrompu par un silence de 5 à 6 secondes.
Le résultat dépasse rapidement mes espoirs car j'entends dans la lisière qui m'est perpendiculaire des bruits de pas et des grognements sourds. Pas des grognements de sangliers mais des grognements typiques pour ceux qui ont pu avoir la chance de voir en vrai la parade amoureuse de Monsieur Brocard et Mademoiselle Chevrette…

Il est là tout près mais il n'est pas du genre à se faire berner par la première venue et il reste en lisière pour observer quelle gourgandine peut trainer le secteur. Il s'agit du "Fantôme du Grand Bois"!
Il finit alors par sortir du bois à une trentaine de mètres de mon arbre et, ne voyant personne, profite de la manne verte pour se remplir la panse.
Je retente un coup de buttolo, mon cœur et mon corps sont entièrement tendus vers cet animal qui semble snober complètement ce nouvel appel. Que nenni, il s'en va tranquillement rejoignant la lisière pour de nouveau observer et faire des allées et venues en mode silencieuses. (Seuls ses grognements ponctuels et quelques délicats bruits de végétaux trahiront sa présence, ça puis là!) L'heure avance et la nuit se fait de plus en plus pressante de prendre la place au jour. Je décide au moment ou il semble être au plus proche de moi dans le bois de l'appeler de nouveau au buttolo… Alors à ce moment là, c'est la sérénade, il me la joue façon Orignal dans la lisière en s'approchant de mon poste, il tape des pates en marchant et cherche des effluves de chevrettes en chaleur, je continue d'appeler (de moins en moins fort) il est à moins de 20 mètres quand je décide de lâcher l'appeau pour préparer mon tir…
Il continue et arrive face à la coulée, j'arme les 68 livres de mon arc à poulie.
Je le suis avec mon viseur. Il va me venir pleine face… Il est dans le secteur ou j'avais repéré préalablement les distances exactes au télémètre.

Il est légèrement de 3/4 avant la tête basse à 13 mètres, je suis à 4 mètres en haut dans mon arbre et je fixe ma visée sur sa colonne vertébrale dans l'aplomb de la cage thoracique.
Un craquement terrible, la flèche est partie et s'est fichée dans la colonne visée mais quelques centimètres en arrière les membres postérieurs sont défaits et l'hémoglobine gicle, deux secondes plus tard et son dernier râle déchire le crépuscule. Il n'aura pas fait deux mètres. Il est tombé là et meurt quasi immédiatement.



J'avais déjà remis une flèche sur mon arc voyant la première atteinte plus arrière que visée mais non, il n'y aura pas besoin d'un deuxième tir.

Pris dans une buck-fever* terrible, j'en ai le cerveau bouillonnant de ce moment étrange que seuls connaissent les chasseurs entre tristesse et soulagement, des tremblements nerveux m'obligent à reprendre la position assise et ne m'autoriseront de redescendre de mon arbre qu'après 5 "bonnes" minutes de cette transe quasi mystique qui nous met en relation le sauvage et le civilisé, la vie et la mort, tout ne fait qu'un.
Nous, chasseurs, sommes comme ce brocard que des mortels, mais qui accomplissent notre tâche de mortel prédateur et lui en proie morte s'est offert à moi. L'herbe s'est offerte à lui, la terre s'est offerte à l'herbe de même, des résidus de nos corps s'offriront tôt ou tard à cette terre…
La boucle de la vie qui est ainsi faite, est bouclée.
Bouclé aussi sera le bracelet apposé à l'animal dans le plus grand respect pour ce qu'il nous apporte de convivialité à venir. La dernière bouchée lui est offerte.

A mon fils:
Ce soir, je serai rentré tard mon Titou et tu te seras endormi sans moi.
Aussi, je voyais, en me retournant dans ce champ lors de mon retour vers la civilisation, mes pas fantomatiques, dans la rosée du soir, précédant les tiens…
Je te le souhaite en St Hubert et St Sébastien aussi, je t'offre ce trophée pour que tu puisses, toi aussi communier avec la Nature dans ce qu'elle peut nous offrir de plus beau.

Samuel




* Buck-fever: Forte émotion vécue lors d'un acte de chasse par le chasseur qui tire un animal. Souvent très présente les premières années de pratique, cette émotion n'est plus perceptible si l'animal ciblé n'est plus analysé comme un être vivant, mais comme un score. Tout chasseur doit vivre cette émotion (à des échelles plus ou moins sensibles) or cette absence devient symptomatique d'une altération des sentiments de l'homme prédateur qui peut alors être préjudiciable à son comportement éthique ! (c'est typiquement, la réflexion: "il risque plus que moi!" ou encore "tout ce qui vole à la casserole, tout ce qui court au four!" qu'il convient de reprendre dans la bouche de certains pseudos chasseurs au même titre que les calomnieuses nominations de cochon, verrat ou truie pour des sangliers!)
 

vendredi 6 juillet 2018

Samedi 7 juillet : entrainement ACAFC

 A l'attention de tous ceux qui veulent venir s'entraîner, quelque soit le pôle d'entraînement :  pour des questions d'assurance et de responsabilités, pensez à vous acquitter de votre cotisation 2018 si ce n'est pas encore fait.



  ----------------------------------------------------------
POLE MANDEURE

Samedi 7 Juillet


Exellente et chaude météo à Mandeure pour l'entraînement de ce samedi.



Merci de dire qui sera présent. 
A Samedi, 14h30 à la combe à Momo



Pour appeler Pat.
Port : 06 71 79 61 02

----------------------------------------------------------

POLE JURA (Dôle)





 
Samedi 7 Juillet

Entraînement ce samedi matin à 8h00 sur site ou rdv sur le parking NETTO à Foucherans à 7h50.

Merci de dire qui sera présent. 

Pour appeler Cyril.
Port : 06 38 20 65 85
 
-----------------------------------------------------------
A l'attention de tous ceux qui veulent venir s'entraîner, quelque soit le pôle d'entraînement :  pour des questions d'assurance et de responsabilités, pensez à vous acquitter de votre cotisation 2018 si ce n'est pas encore fait.