Accueil


Formation ACAFC 2021 : Formation Théorique à Gonsans le Dimanche 25 avril 2021.

Formation ACAFC 2021 : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 9 mai 2021.

Formation ACAFC 2021 : Epreuves Fin de Formation des Stagiaires + Journée des adhérents et Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 6 juin 2021

JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 24 avril et 21 août 2021 à Gonsans



Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


jeudi 5 juin 2014

Attaques de troupeaux dans les Alpes : ne crie-t-on pas trop souvent au loup ?

Les attaques se multiplient sur les brebis mais la responsabilité du loup est loin d'être toujours avérée 


Sur 27 attaques dans le département, la responsabilité du loup a été écartée 11 fois par les expert

Photo Florian Launette 

Les chiffres sur les attaques de troupeaux en 2014 montrent, incontestablement, une augmentation des constats et des animaux indemnisés, par rapport à la même période en 2013 (voir l'infographie sur les secteurs dans les Alpes où les loups ont attaqué cette année).

 Cela signifie-t-il pour autant que le loup est plus présent et plus actif sur le territoire des Alpes-de-Haute-Provence ? Les statistiques ne permettent pas d'être si catégorique. Certes, le nombre total des constats réalisés passe de 17 à 27. 

 Cependant sur ces 27 attaques, dans le département, la responsabilité du loup a été écartée 11 fois par les experts. Reste 16 constats indemnisés entre le 1er janvier et le 15 mai, contre 14 l'an dernier dans le même laps de temps. Sur les faits relatifs à ce chiffre, la responsabilité du loup "ne peut pas être exclue", détaille la sous-préfète Véronique Caron. 

Autrement dit, dans certains cas, les experts ne peuvent pas déterminer avec certitude quelle bête est à l'origine du préjudice. Et ce "bénéfice du doute" permet aux éleveurs d'être indemnisés. Ainsi, cette année, les pertes de 60 animaux ont été indemnisées contre 32 l'an dernier. 

Un chiffre qui comprend les 20 brebis tuées à Larche au début du mois de mai. L'enquête concernant cette terrible attaque n'a pas permis de préciser avec une totale certitude qui en était à l'origine. À plusieurs reprises, les attaques de troupeaux ont été imputées à des chiens errants qui eux ne tuent pas toujours pour manger, à l'inverse du loup, et peuvent revenir frapper sur les lieux d'une attaque. Parfois, les experts ne parviennent pas à déterminer précisément les faits. 

Ces nuances apportées aux statistiques atténuent les résultats bruts. Même moins significative, la hausse des constats reste cependant une réalité, tout comme l'angoisse des éleveurs. Sur les constats indemnisés, l'augmentation s'élève donc à +14 %.   

Pour la sous-préfète, il est primordial de ne pas mélanger attaques de loups et attaques de chiens. "Je serai la première à monter au créneau pour défendre les éleveurs, mais un déclenchement de tir signifie systématiquement un passage devant le tribunal administratif. Il faut impérativement être crédible sur la cause des attaques", a commenté la sous-préfète Véronique Caron. 

Source : Tanguy Cohen pour laprovence.com 

2 commentaires:

  1. Parait que des fois aux environs d'octobre le gibier des montagnes serait victime de monstres sanguinaires parait qu'a leur tète il y aurait un ours grincheux

    RépondreSupprimer
  2. Grognon l'ours, GROGNON !!!!!

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL