Accueil


JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 21 août 2021 à Gonsans
Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016 Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016

lundi 24 novembre 2014

Danse avec les loups, le remake ...



En réponse au récit du brocard de Yop, mon voisin de chambre à Gap, je vais vous faire partager une rencontre magique que j’ai fait dans ces merveilleuses montagnes.

C'est mon quatrième séjour à Gap, dans ce paradis de la chasse.

Comme Yop vous l'a déjà raconté, ce séjour ne s'annonçait pas sous les meilleurs auspices, la chaudière à gaz du refuge ayant rendu l'âme la semaine précédente.

Par bonheur, la météo clémente a bien facilité les choses et rendu le séjour plus supportable.

En contrepartie, les journées très chaudes ne facilitent pas la chasse à l'affut, car les animaux ne bougent pas beaucoup dans la journée.

Après discussion pour cet avant dernier jour de chasse, décision est prise de chasser une deuxième fois dans la partie haute du domaine : les bois du Chapitre. La première journée dans ce lieu avait été couronnée par la vue de nombreux animaux.



Après une bonne marche d’approche dans une nature magnifique, toute l'équipe est en place, je pars avec Yop pour reprendre le même poste qu'il y a deux jours. 


Pendant ce temps-là, Pat, "grand courant" du jour, prendra le chemin des crêtes pour redescendre contre nous en pirschant en espérant déranger quelques animaux dans notre direction.  

 

Une grande forêt de feuillus avec quelques sapins le tout clairsemé dans une pente de terrain  régulière, beau paysage mais peu d'obstacle au sol pour dissimuler un affut.

Un gros tronc de sapin tombé perpendiculaire à la pente contre un autre arbre et le seul emplacement propice pour un poste.


Yop part à trois cent mètres un peu en contre-bas afin de chercher lui aussi un emplacement propice.

Je m'installe donc au sol derrière ce tronc en aménageant un peu les lieux avec un parapluie d’arbre pour boucher un angle dans la partie haute et une toile camo ferme le dispositif du coté bas de la pente.

Tout est en place depuis sept heures du matin, et, contrairement au premier jour, pas grand-chose ne bouge.

La surveillance de ce poste en milieu de pente n'est pas facile, les animaux peuvent arriver sur 380°.

Vers neuf heures, j'aperçois un mouvement à deux cent mètres sur la même courbe de niveau, je pense dans un premier temps qu'il s'agit d'une chevrée de mouflons, des brebis avec les agneaux comme déjà vu à cet endroit il y a deux jours.



Les animaux sont en file indienne assez rapprochés les uns des autres, j'ai mon arc en main, on ne sait jamais, il peut peut-être y avoir quelques mâles mouflons aux alentours.

Ils continuent de monter en oblique dans la pente du sous-bois, mais quelque chose

ne va pas, le troisième de la petite bande n'est pas de la même couleur beige claire que les autres, il est brun beaucoup plus foncé quand soudain j'aperçois les queues noires des premiers, ce ne sont pas des mouflons mais des loups !


Christian en avait déjà aperçu un le premier jour … là, il doit y en avoir sept ou huit.  

Je pose aussitôt mon arc, me penche derrière mon abrit pour saisir mon appareil photo qui est dans mon sac à dos posé au sol.

Quand je reprends ma position d'observation par-dessus le tronc d'arbre qui me sert de cache, je ne retrouve pas les loups où je pensais … ils auraient dû continuer de monter dans la même direction et s'éloigner de moi dans la partie haute de la pente.

En fait, la meute a changé de direction, elle s’est scindée en deux parties,  un petit groupe se déplace maintenant perpendiculaire à mon poste et commence à s'espacer les uns des autres, je prends quelques photos, mais plus de troncs d'arbres que de loups sur les clichés. L'autre partie du groupe est en train de redescendre la pente et progresse aussi sur une même courbe de pente mais cent cinquante mètres en dessous de moi.

Dans un premier temps, je ne comprends pas ce changement de direction, un contournement ?

J'ai quand même réussi à prendre quelques photos pendant la séparation du groupe.



Au-dessus de mon poste à ma gauche dans la pente à une distance de 200 m en diagonale, une partie de foret est beaucoup plus claire, et il y a une zone sans arbre.

Je cale le zoom de mon appareil photo au maxi dans cette partie en espérant prendre un ou deux beaux clichés.

Mais aucun loup ne passe à cet endroit … plus rien ne bouge dans la partie haute...

Je regarde dans le bas de la pente à l’endroit où j'avais aperçu la deuxième partie de la meute … et là, même constat, plus d'animaux dans le bas de la pente.



Des morceaux de puzzle commencent à se mettre en place dans ma tête, il y a trois ou quatre loups au-dessus de moi à 100 ou 150 mètres, espacés les uns des autres.

Dans la partie basse, il y a aussi le même nombre de loups en position et plus personne ne bouge.

Cela ressemble furieusement à une technique de chasse que les prédateurs qui chassent en groupe utilisent : la tenaille…

Il ne manque plus que le dernier morceau du puzzle pour que tout cela fonctionne, un petit temps où rien ne se passe, me faisant douter de mon scénario mais la pièce manquante ne tarde pas à se mettre en place, à ma droite du bas de la pente, se dessine une silhouette qui se dirige droit sur moi, pas de doute, c'est bien un loup plutôt la louve dominante de la meute, qui est maintenant à moins de dix mètres…

Un frisson parcourt le long de ma colonne vertébrale comme pour hérisser une quelconque crinière, un vestige de lointains ancêtres ?

Je passe en un instant du statut de chasseur prédateur à celui de proie potentielle !!!



Des idées un peu confuses se bousculent dans ma tête … que faire ? prendre mon arc, mais, il est au sol à deux mètres de moi, de plus, il faut que je me baisse pour le ramasser, mauvaise idée…

Se mettre à courir mais où ? vers les autres loups en embuscade ? mauvaise idée…

Grimper dans un arbre mais le plus proche fait 60 cm de diamètre et n'a aucune branche avant trois mètres de haut … mauvaise idée...

Prendre mon couteau de chasse pour me défendre mais comme il ne fait pas chaud en place au poste, il y a deux ou trois couches de vêtements avant de l'atteindre … mauvaise idée...

La louve est maintenant à six mètres de moi, et mon seul rempart est un filet de camouflage !!!

Elle arrête son approche et commence à me fixer, on se regarde les yeux dans les yeux ... une dizaine de secondes, le temps suspend son court et tout ce qui se trouve aux alentours à disparu dans son regard magnifique, elle n'a pas une attitude menaçante. Elle incline un peu la tête à droite et à gauche comme pour mieux sonder cette chose bizarre qu’elle a vu bouger dans ce buisson derrière cet arbre couché. 


Je reprends un peu mes esprits et me dit qu'il faut que j'immortalise cette rencontre magique, mon appareil photo est pendu à mon cou, je le prend tout doucement et le monte par dessus le filet de camouflage qui nous sépare, fait une première photo à main levée.

La louve n’a pas bougé, j’incline un peu mon appareil pour voir le cadrage de l’image sans trop la quitter des yeux, et là, je m’aperçois que la photo est floue.

Je remonte mon appareil et appuie à mi-course sur le déclencheur pour faire la mise au point.

Le zoom du boitier fait un aller et retour pour la mise au point avec un petit bruit de moteur. Tout est fini, la louve vient de faire volte-face et s’enfuit.


Instantanément, tous les animaux en place en haut et en bas de ma position font de même, se rejoignent et fonce vers le bas de la pente dans la position de Yop qui voyant arriver les loups, se dit lui aussi c’est l’heure du repas…

La journée se termine au refuge autour d’un bon repas où chacun raconte sa petite histoire du jour, je vous fait grâce du récit de mes errances de ma nuit mouvementée, qui cela dit, ont bien fait rire le reste de la petite équipe le matin au déjeuner. 



Thierry D.        

2 commentaires:

  1. Merci pour la remise en mémoire de ce bon moment!!! Et surtout les rigolades du lendemain!
    SAM

    RépondreSupprimer
  2. Fantastique ! Inoubliable !!!

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL