Accueil


JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 21 août 2021 à Gonsans
Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016 Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016

vendredi 14 novembre 2014

Le Brocard Des Hautes Alpes

Le Brocard Des Hautes Alpes 

C’est cette année le 5ème séjour au sein de ce domaine si particulier et si attendue qu’est la chasse de Chaudun. L’occasion de se couper du monde et de se ressourcer en courant les bois et les torrents durant 6 jours dans une nature magnifique et de se retrouver le soir entre barbus pour échanger et partager notre bien modeste repas, le tout arrosé d’un vulgaire vin de messe à dégouter un jeune séminariste. 

Cette année les conditions sont encore plus spartiates, avec l’explosion de la chaudière quelques jours avant notre arrivée ce qui nous prive du confort de l’eau chaude et du chauffage dans les chambres. Mais heureusement, …. Il a fait très beau ! Ces conditions exceptionnelles en température et ensoleillement, ne nous sont guère favorables pour la chasse, les animaux sont perchés dans les pelouses au dessus de l’étage de forêt et la moindre tentative d’approche en milieu découvert s’avère délicate. De plus les animaux paraissent très en alerte. Serait ce notre seule présence ? 

… Après deux jours de ce constat, il est décidé que l’un de nous ferait bouger les animaux, (un chien courant issu de Montenois) pendant que les autres se placeraient assez haut en forêt pour espérer une rencontre. Je décide de rester comme la veille dans le lit du torrent mais de changer de versant. Une chevrette me sortira de mes pensées dans la matinée, puis un mouflon mâle viendra partager mon déjeuner à moins de 10 m quelques minutes. L’occasion est belle mais nous n’avons qu’un seul bracelet et ce n’est que le début du séjour. Simon reste prioritaire. Mon invité partira donc sans payer l’addition mais l’instant reste délicieux, (voir sans être vu !) . Ne m’accuser pas pour autant de voyeurisme ! 

Des éboulis entendus m’informent que ça bouge en haut, mais rien ne descend dans l’étage inférieur. Vers 13h 30, j’entends du bruit au dessus de moi venant de la gauche, je me retourne et je distingue une chevrette qui dépasse un petit éperon rocheux pour descendre et passer le lit d’un petit torrent à sec. Elle est suivie de quelques mètres par un deuxième chevreuil qui s’arrête et semble m’observer. C’est un brocard, il est magnifique. La chevrette continue, passe le petit torrent et remonte de l’autre côté puis s’arrête également juste au dessus de mon affût, masquée par un épicéa. Le brocard reprend son chemin et emboite le pas à sa dulcinée. Il passe derrière un arbre avant de passer le petit relief du ruisseau. 

L’arc est armé, il continue et hésite dans l’amoncellement de cailloux charriés par d’anciennes crues. Il est à environ 17 m, de profil, très légèrement décalé. Le doigt appuie sur le décocheur : Tchouff ! clalc ! Tout le monde démarre, la chevrette descend en trombe pour faire l’équerre à 1 mètre de moi, tandis que le mâle continue sur sa même courbe de niveau pour disparaître derrière des gros épicéas à une trentaine de mètres. 

La chevrette continue sa course seule…Le silence revient mais j’entends comme un sifflement ou plutôt un chuintement. C’est mon brocard qui respire. Il réapparait de l’autre côté des grands arbres et semble vouloir descendre. La démarche semble maladroite, La coordination des mouvements étrange, Le dénivelé lui donne un peu de vitesse mais celle ci l’entraine vers une culbute dont il ne se relèvera pas. La forêt résonne de son dernier râle et le silence reprend ses droits. C’est à ce moment pour moi toujours le même sentiment de joie et de mélancolie. 

Je reprends mes esprits, et essaye de joindre les autres car nous n’avons qu’un seul bracelet de chevreuil. Je vais récupérer ma flèche qui est coincée toute droite dans les cailloux. Je redescends et commence à ranger mes affaires dans le sac à dos. Il est 14 heures, je me dirige vers mon animal en même temps que j'informe aux autres que le bracelet de chevreuilest bouclé, je vais entamer la BDS et renter au gîte. 

Je me retrouve seul à seul avec mon brocard, je le caresse et lui rends les honneurs. Il est vraiment magnifique ! C’est une tête bizarre. Il me faut maintenant le préparer, pour prendre le chemin du retour. A la découpe, la Rage a traversé l’arrière des deux poumons et avec le décalage entamé le début de l’estomac et le foie. 




La fin du séjour nous apportera à tous encore d’autres émotions que certains vous conteront peut être, mais nous confirmera que nous n’étions pas seuls sur ce domaine magnifique. 


Avec l’émotion j’en ai oublié les abats sur une pierre et Christian n’a pas pu nous régaler avec ses talents de cuisiner les griottes de chevreuil mais je suis sur qu’ils n’ont pas été perdus pour tout le monde … 

Lionel C. (dit Yop) 

3 commentaires:

  1. C'est bien cool, tout ça...
    Bien content pour toi !
    Félicitations !!!

    RépondreSupprimer
  2. beebop a loup là!!!14 novembre 2014 à 21:29

    Le retour de "rage against the brocard"...

    RépondreSupprimer
  3. Tres beau recit,tellement bien raconte que l,on si croirait .FELICITATION

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL