Accueil


JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 21 août 2021 à Gonsans
Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016 Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016

lundi 22 décembre 2014

"Un dimanche é-pa-tant !!! "

"Un dimanche é-pa-tant!

Nous sommes Pat et moi, invités en ce 21 décembre 2014 sur l'A.C.C.A. de FAYMONT par Pitou et Thomas.
Dès l'arrivée à la demeure GIMENEZ, Pat me donne le conseil superstitieux du jour...
Bien nous en a pris et j'ai même ajouté une variante qui se montra plus payante encore. (Vous n'aurez pas le détail de cette cérémonie ultra ésotérique qui doit demeurer confidentielle pour perdurer ! la photo ci-dessous pourra éventuellement vous mettre sur la piste d'une partie, si je puis dire … ).

Nous entrons ensuite dans la demeure familiale où nous sommes accueillis pour le café. Pat ayant amené les croissants, ce n'est pas ce jour que nous maigrirons!!!
Le point est vite fait, il y aura au plan de chasse deux chevreuils à tirer (un brocard et un chevrillard impérativement) et 7 sangliers dont 3 adultes.
Nous nous rendons alors au rond du matin au local de chasse de l'ACCA.

La matinée se passe assez calmement, Pat a vu une bécasse et moi une chevrette à 50 m qui se dérobait. Les chiens ont pourtant bien chassé... surtout ceux de la chasse voisine, il n'y aura pas eu un coup de feu!

Nous rentrons donc le midi pour le repas servi au "lodge GIMENEZ"... De bons moments de fou-rires et d'anecdotes autour d'une bonne table... foie gras fait maison, Sauternes Sidien pour accompagner, Monts d'or Chaud, desserts de Montenois … 
C'est le ventre bien rempli, que nous nous dirigeons vers un après-midi au grand air.
Les consignes de tir sont les mêmes que le matin. Nous aurons droit à une très grande traque fractionnée en trois épisodes.
Le premier m'a permis de me dépenser un peu en montant démontant aussi vite que possible un Tree-Stand disposé à contre pente et sous une branche rebelle, avec en prime une flèche qui tombe de mon carquois une fois perché... Bref comme diraient certains: "j'ai fait mon Régis!"
La deuxième partie était fine comme une tranche de foie gras Somalien (Qui n'est pas du tout pareil à une tranche de foie gras Gimenezienne, je vous le garanti !), nous avons à peine eu le temps de nous poser avec Thomas! Toujours pas un coup de feu!

Vient la troisième partie:
Tandis que Pat et Pitou sont dans un grand talus, Thomas et moi nous nous embusquons sur le plateau qui les surplombe. Thomas me conseille "Vas vers les sapins qui sont là-bas..." 
Or, nous sommes au milieu d'une vaste sapinière... Je pense comprendre "une zone un peu plus fournie"...
Je suis alors une coulée qui m'amène au cœur de l'échangeur à bêtes Est du bois de Faymont tant les coulées y sont nombreuses et fréquentées. Chemin faisant, nous levons une bécasse.

Je me positionne au milieu des fougères au pied d'un sapin (J'ai délaissé mon TS du fait de l'obligation de mobilité) quand une forte envie d'uriner me tenaille, n'y tenant plus je me laisse aller et me vois contraint à changer de poste, je me décale alors de 10 mètres, le vent balayant favorablement la zone par rapport à la traque.
Vers 15h15, les traqueurs arrivent dans mon dos. L'un d'eux relève la bécasse, je regarde alors pour voir le bel oiseau mais "nada", au lieu de cela j'entends clairement Thomas papoter avec le traqueur.

Il a suffi d'un petit bruit inhabituel, un petit craquement quasi inaudible, le genre de bruit auquel personne de sensé ne ferait attention, pour que je tourne la tête à 180°!
Quelle ne fut pas ma surprise de voir arriver une chevrette à moins de 20 mètres... Puis un chevrillard à sa suite, là, tout va vite très vite, je sais lequel je dois tirer. Accroupis dans les fougères, je suis déjà armé, le point rouge de mon viseur ancré sur le "kids", Je vois la chevrette tourner à 90° à 12/13 mètres, le chevrillard la suit comme son ombre, je me redresse alors doucement et décoche en plein poitrail du chevrillard qui s'effondre. La chevrette part en trombe sans comprendre ce qu'il vient de se passer.
Je tremble, j'ai un mal fou à défaire le zip de ma poche contenant ma cornette... J'y arrive je sonne la mort du petit prince de "l'échangeur Est du bois de Faymont".


Thomas et le traqueur qui discutaient toujours ensemble et qui étaient 60/70 mètres derrière moi arrivent enfin, nous récupérons ma flèche et ils me congratulent longuement près du petit chevreuil inanimé. Il a été séché sur place: la flèche est passée dans le haut des deux poumons et une lame a partiellement sectionné la colonne vertébrale. Je reprends mes esprits et téléphone à Pat pour le prévenir, c'est alors qu'il m'annonce qu'il a également tiré mais sur un brocard seul et qu'il a un doute sa flèche lui semble en arrière, il décide d'attendre pour aller rechercher son animal.

Mais je lui laisse le soin de vous narrer son acte:

Pas trop d'accord avec l'endroit défini pour se poster, je demande l'autorisation de descendre dans un grand talus parsemé de gros blocs de rocher, l'endroit est sympa même si c'est clair avec le risque d'avoir des animaux se déplaçant rapidement (nous sommes les 4 archers en retour donc ce changement de poste ne posera aucun risque niveau sécurité).
J'appuie mon échelle contre un arbre et installe mon tree-stand entre 2 coulées marquées … 
Peu de temps après, j'entends un coup de trompe, serait-ce le début du dernier traque ? puis mon téléphone vibre, c'est Pitou qui m'appelle et m'annonce la réussite de Sam !!! Je jubile intérieurement … c'est trop bon !!! 
Pas le temps de savourer plus longtemps quand un mouvement plus haut que moi attire mon attention, j'identifie un petit brocard quand il est de profil, je suis armé et le suis de mon viseur mais il ne s'arrête pas, il passe ensuite derrière l'arbre, je suis obligé de lever mon arc pour passer ma flèche de l'autre coté en même temps que je me repositionne rapidement, il est alors à 13 ou 14m de profil, il marche toujours, je prends alors la décision de décocher …

La flèche vole … et comme bien souvent en cas de tir en léger déplacement, elle frappe l'animal un peu derrière, il part en courant sur 20m puis ralenti et disparait en marchant doucement derrière un rocher en remontant la pente … je me mord les doigts !!! 
Je préviens par texto de mon tir en disant que je ne corne pas en raison de la proximité supposée de l'animal.
Je démonte sans bruit mon affût puis vais voir la flèche après 10mn, il n'y a strictement aucun indice dessus … hallucinant !!! seul un gros rond de poils au sol … et là je fais la connerie de monter sur un rocher pour essayer de voir plus loin … quand je vois le brocard se relever puis s'en aller sans que je puisse assurer une 2ème flèche, il fait une 50aine de mètres puis je le vois se recoucher dans une touffe de fougère … il n'est pas bien … 
L'obscurité tombe très vite dans le bois, je préviens que j'attends au maximum et je refais une approche … J'avance quelques mètres et trouve une piste au sang relativement dense qui me rassure quelque peu …



20mn plus tard, j'approche doucement et trouve ce pauvre animal qui n'aura pas la force de se relever et qu'il faudra que j'achève … 
Ouf !!! Même si comme tout chasseur, je n'aime pas ce genre de situation … j'ai le sentiment d'avoir fait une grosse connerie en montant sur ce rocher, la poussée d'adrénaline que j'ai provoquée aura sans doute empêché cet animal de s'éteindre plus rapidement … 
Je préviens Pitou qui m'envoie un jeune chasseur de l'ACCA avec un bracelet.
La joie me revint en arrivant au parking de chasse en voyant le sourire illuminé de mon ami Sam que je congratule pour son tir parfait !!! Le team Gimenez est également aux anges … qui aurait pu imaginer un tel dénouement ? 

Sans bête au tableau cette journée aurait déjà été une belle journée... Mais là, c'est l'apothéose!!!
Dans de telles conditions: 9 chasseurs, dont 4 archers, pas un coup de feu, deux flèches tirées, et deux animaux au tapis, je me permets de l'affirmer: "un dimanche comme ça, SAM et PAT"


Merci Pitou, Thomas, et toute la famille Gimenez pour votre accueil et votre bonne humeur (avec une mention spéciale pour une histoire de 22 cm … les initiés comprendront…).

PAM et SAT"

6 commentaires:

  1. Félicitations, bande d'assassins !!!
    Mais non, je ne suis pas jaloux... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. vous êtes vraiment "couillus"
    Bravo à tous les deux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toucheme (Ami de Touchemoi qui habite l'Escouye)23 décembre 2014 à 13:41

      Et encore c'est rien par rapport à Papa Noël!!!

      Supprimer
  3. Splendide !!!
    Les Gimenez, ils n'ont jamais pensé à toucher les couilles du Père Noël avant de partir à la chasse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sa Sainteté FRANCOIS23 décembre 2014 à 21:00

      Mes services m'ont prévenu que depuis dimanche matin, des cars entiers prévus pour Lourdes sont dévoyés sur la Haute Saône et s'arrêtent devant la maison Gimenez. "Notre père de Faymont", un nouveau lieu de pèlerinage???
      J'en suis orbi étoudit!

      Supprimer
  4. Voilà un joli cadeau de noel offert par St Hubert. Le corse se joint à moi pour vous féliciter. WB

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL