Accueil


Formation ACAFC 2021 : Formation Théorique à Gonsans le Dimanche 25 avril 2021.

Formation ACAFC 2021 : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 9 mai 2021.

Formation ACAFC 2021 : Epreuves Fin de Formation des Stagiaires + Journée des adhérents et Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 6 juin 2021

JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 24 avril et 21 août 2021 à Gonsans



Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


dimanche 12 juillet 2015

1er gibier à l'arc pour Renaud avec un joli récit très détaillé

Ce lundi 6 juillet 2015 restera une date importante pour moi.
Le prélèvement de mon premier renard et c'est vraiment le premier vu que je n'en n'ai pas à la carabine à mon tableau de chasse..
Je me mets en route pour rejoindre mon tree stand pour la première fois de la saison.

Je l'ai posé début d'après-midi sous un soleil de plomb à un endroit où j'ai loupé un renard, de dos, un peu surpris, j'ai du décocher trop vite et je l'ai frôlé sur le coté droit..
Etant déjà retourné sur ce point, je pense que je n'arrive pas à approcher assez silencieusement et surtout rester discret suffisamment longtemps pour que les animaux arrivent à portée efficace de tir. C’est pourquoi j'ai décidé de poster mon tree stand à cet endroit.

Je pars donc sous l’œil fâché de madame, qui supporte de moins en moins mes sorties quasi quotidiennes à l’affût. Mais oui comment voulez vous que j’opère mon premier prélèvement en restant à la maison ? Elle a du mal à comprendre que je préfère me percher dans un arbre à attendre deux trois heures au lieu de regarder la dernière série américaine (oui bon je l’avoue j’en regarde) ou mieux.. de regarder l’amour est dans le pré.. (là, je suis sur que vous me comprenez…) !
Bien sur, par manque de chance (et de communication je l’avoue),  le repas est pris tard alors que je souhaitais être sur place à 20h30. De plus, je sais que je dois d’abord bricoler un peu pour remettre un des écrous de mon siège que j’ai remarqué manquant en le posant. Et de plus, j’ai retiré les deux premiers brins de mon échelle car, bien que je me trouve au bout d’une voie sans issue, j’ai réussi à me faire voir en installant le siège  par une voiture pleine de jeunes en quête d’eau pour faire trempette et un cycliste ! J’étais donc un peu inquiet de retrouver ou non mon tree stand…

Après avoir posé la voiture à environ 500 mètres de mon affût et claudiqué cahin-caha, je parviens ENFIN à être prêt vers 21h20! Arc prêt, carquois retiré et accessible en cas de seconde flèche à tirer… petite caméra de front ok.. Postérieur calé sur le siège.. Excitation qui retombe.

Il ne me faut pas longtemps pour voir les premiers mouvements… d’habitude ils bougeaient vers 22h, là, vers 21h45, je vois le premier (trait rouge sur l’image générale, je l’avais frôlé quelques semaines avant) mais il ne sort pas du long de la haie comme il faisait avant, au contraire, il arrive de la profondeur du champ et reviens vers moi .. enfin vers la haie…
Quasiment dans le même temps, un autre compère sort de la haie perpendiculaire à la mienne (trait violet) et suit un cheminement parallèle à ma haie… il va muloter et me faire mariner pendant au moins quarante minutes.



Le premier semble pourtant être bon car il reprend la direction du chemin, mais comme s’il se souvenait, il fait l’équerre à environ 25m de moi (au niveau du panneau). De toute façon je ne pouvais pas le tirer comme ça à cause de brindilles que je n’avais pas pensé à dégager… j’arme un peu plus tard au cas où il revienne vers moi mais non, il continue en mulotant de temps en temps en s’éloignant de moi.

Je reviens au repos et me concentre sur le deuxième qui pendant ce temps c’est rapproché de la haie. J’ai un doute, les deux qui s’éloignent de moi en même temps, aurais-je fait un bruit de trop, m’ont-ils perçus ? Mais comment... Je pense qu’il va continuer la haie pour revenir au chemin et ensuite repartir vers le terrier présumé … mais non, il refait un crochet et reviens à nouveau vers moi. Ça devient vraiment bon.. Je me prépare mais vers où va-t-il aller ? C’est important car j’ai des branches de part et d’autre... Quel coté choisir ?
Rebelotte, il re-bifurque me laissant douter... S’il continue dans cette direction il sera bientôt trop loin par rapport à ma distance de confort… il est maintenant sorti de l’angle des branchages, s’il s’arrête, je peux tirer.  J’arme. Il s’arrête, visiblement intéressé par quelque chose dans un trou, pas à cause de mon armement, c’est bon ça…

Je vise, me calme, décoche… Tchaccc… un bruit d’os …. Il bascule, se débat… semble s’extraire de quelque chose (la flèche je suppose), part difficilement sur la gauche, puis… plus rien. L’obscurité commence à s’étendre et je le distingue difficilement. Par précaution, j’encoche une flèche tout en gardant un œil dessus… Je ne vois rien bouger (enfin je crois, c’est terrible ce que chaque touffe d’herbe se ressemble, est il bien là ou je pense l’avoir vu s’arrêter ?)… Je met cinq bonne minutes à me rappeler que Hôo miracle, je suis équipé d’une paire de jumelles… et oui, c’est pas beau ça ?
Enfin bref, je jumelle, il est bien là. Immobile… Ruse ou pas ? Je ne pense pas car la visée, le bruit, me semble confirmer un impact à la cage thoracique.. donc certainement poumons, voir cœur, bien que j’étais un peu trois quart arrière…
Je patiente... franchement j’ai cru avoir attendu au moins vingt minutes… mais en fait, je descends au bout de dix minutes (merci le time code de la caméra qui est totalement inopérante au niveau de l’image. Je n’ai de ma décoche qu’un sombre plan pixélisé de noir.. allez au moins, j’ai le son de ma décoche LOL).. J’ai au préalable descendu l’arc avec mes flèches, et m’approche avec une flèche encochée… Je ne vois pas grand chose mais il est bien là, un coup de petite lampe et quelques pic avec le bout de ma flèche me confirment qu’il a bien rendu son dernier souffle.
C’est un beau mâle. Le pelage est parfois dégarni, reste de gale ?
L’atteinte se trouve derrière les cotes et ressort derrière l’épaule opposée. Ma flèche est fichée au sol à 2 mètres de là.. Du sang rouge sombre dessus.

Atteinte confirmée foie, poumon. Distance de fuite : deux mètres. A l’aide du Bowtech Justice Gaucher, prêté par Mike Barrow (Archasse, merci Michel), réglé à 57 livres, flèche Carbon Express  Pile Hunter Driver 250, lame Montec G5 125 gr.



Renaud

5 commentaires:

  1. Ben tu sais bien....12 juillet 2015 à 10:10

    Docteur Renaud, mister Renard...Ben oui c'est là le problème, il mulotait...Entre 10 et 14 000 par an. Et là, il mulote plus...Une vie prise pour rien...Heureusement, le monde agricole a les solutions pour les rongeurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha bah tiens elle est bonne celle là. En plus y'a pas un petit "oulalal il est tout mignon pourquoi tu lui a fait du mal ?' Lol redescend de chez les Bisounours.
      Nous n'avons quasiement aucun lievre sur le territoire, les lachers de faisans et autre tentatives de réintroduction de petit gibier se soldent d'echecs cuisants... et les balades sur notre toute petite commune nous permettent de voir a chaque fois le goupil et sa progéniture de sortie.
      Je suis aussi piégeur et en plus je lis, par exemple, qu'il est toujours sur la liste des nuisible. Donc sans remords!

      Supprimer
  2. Une méthode de désinformation que ne renieraient pas les associations "écologistes" les plus virulentes ... 14000 rongeur par an ! soit 38 par jours / 365 jours par an.
    Sachant que le renard consomme 50% de fruits en été et automne ...
    Que l'on se restreigne sur les zones infestées du Haut Doubs, passe encore ... même si les études ont prouvées que le renard n'avait strictement aucune influence lors de la montée ou d'un pic de population de campagnol.
    Laissons un jeune archer savourer sa première réussite au lieu de le dégoutter avec des arguments qui n'ont pas lieu d'être dans 90% du territoire.
    Bravo Renaud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le père speak-ass12 juillet 2015 à 12:50

      "Sachant que le renard consomme 50% de fruits en été et automne ..."
      Il devrait donc être retiré de la liste des nuisibles! Si il se nourrit de fruit de la sorte, sa chair s'en trouverait-elle parfumée comme celle des grives qui l'automne investissent alors les vignes?

      Supprimer
  3. Ben tu sais bien....15 juillet 2015 à 08:03

    Nous n'avons quasiement aucun lievre sur le territoire, les lachers de faisans et autre tentatives de réintroduction de petit gibier se soldent d'echecs cuisants... et les balades sur notre toute petite commune nous permettent de voir a chaque fois le goupil et sa progéniture de sortie.
    Je suis aussi piégeur et en plus je lis, par exemple, qu'il est toujours sur la liste des nuisible.

    Ca c'est du pipot demande aux cultos de changer leurs pratiques et tu en auras...

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL