Accueil


Formation ACAFC 2021 : Formation Théorique à Gonsans le Dimanche 25 avril 2021.

Formation ACAFC 2021 : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 9 mai 2021.

Formation ACAFC 2021 : Epreuves Fin de Formation des Stagiaires + Journée des adhérents et Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 6 juin 2021

JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 24 avril et 21 août 2021 à Gonsans



Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


dimanche 6 septembre 2015

Le cerf est revenu dans le Haut-Doubs

Par l'estrepublicain.fr 

C’est bientôt la saison du brame. Le cerf est arrivé ou revenu dans le Haut-Doubs, tranquillement, naturellement. Et c’est fascinant.

Un grand cerf photographié à proximité de Chaux-Neuve, sur les hauteurs du Doubs. Photo : fédération de chasse du Doubs

Il faut écouter Patrick Salvi parler du cerf. D’abord en technicien. Et puis en passionné.
Il est lieutenant de louveterie, les seuls fonctionnaires bénévoles qui interviennent par arrêté préfectoral, notamment sur les animaux nuisibles.
Mais il est aussi chasseur et grand passionné par tout ce qui concerne les animaux et la nature.
« Pourquoi j’aime les cerfs… C’est le roi de la forêt. Il est beau comme un cheval. Et puis il est malin comme aucun autre animal. Il vous a vu bien avant que vous n’arriviez sur sa place… Je suis resté des centaines d’heures, la nuit à essayer de l’apercevoir. Et j’en vois ! »
Et c’est ça qui est nouveau dans le Haut-Doubs. Le cerf était jusqu’ici seulement un animal de passage dans la partie doubienne du massif du Jura. On a retrouvé une rare photo d’un cerf tué par des chasseurs juste après guerre près de Chaux-Neuve. Et puis il y a une dizaine d’années, on a commencé à apercevoir quelques hardes sur les hauteurs de Mouthe. On dit, au village, que certains habitants des hauteurs auraient du mal à dormir sur les alpages en période de brame.
«On a vu des cerfs à Levier, à Pontarlier, sur les hauteurs… Ils sont à peu près une cinquantaine entre Chaux-Neuve et Métabief »
« Les cerfs arrivent petit à petit depuis environ dix ans », explique Patrick Salvi. « On sait maintenant qu’ils s’installent. Leur territoire est assez élargi. On en a vus à Levier, à Pontarlier, sur les hauteurs… Ils sont à peu près une cinquantaine entre Chaux-Neuve et Métabief ».
Mais le cerf bouge, la horde se déplace. Au printemps, c’est à supposer que les hordes viennent s’installer dans les forêts comtoises du Jura mais aussi du Doubs maintenant.
« C’est un phénomène naturel. Les cerfs ont largement de quoi manger ici sans trop abîmer la forêt et il y a assez d’espace pour qu’ils soient tranquilles. Et puis il y a cette période du brame qui est totalement fascinante. Les grands mâles solitaires toute l’année réintègrent la harde pour couvrir les femelles. Ils tentent aussi d’appeler les femelles des autres hardes Et puis parfois un jeune freluquet tente sa chance. Il se fait généralement assez vite raccompagner. Le grand mâle est parfois chahuté par deux ou trois jeunes. Il se met dans un état incroyable, il bave, il transpire, il est capable de perdre jusqu’à 20 % de son poids ce qui n’est pas rien pour une bête de 200 kg ».
Et puis un jour le grand cerf se fait à son tour « raccompagner » par les jeunes. Il a perdu. Il s’en va, laissant aux autres, aux plus vigoureux, le destin de sa race. « Et là on ne sait pas très bien ce qu’il devient », dit Patrick Salvi. « Il finit sa vie en solitaire. Le cerf ne fait pas partie de la harde qui est conduite par la biche meneuse. C’est elle qui commande. Oui c’est comme une société matriarcale ».
L’arrivée du cerf dans le Haut-Doubs est observée de très près par les naturalistes, les chasseurs qui disposent désormais d’une vingtaine de bracelets et les techniciens cynégétiques. Un programme interreg associant la France et la Suisse s’est déroulé pendant trois ans pour tenter de piéger les animaux, les endormir les baguer et les suivre pour connaître leurs mouvements. L’étude s’est terminée à la fin de l’année dernière. Elle prolongeait un précédent travail de suivi mené entre 2006 et 2008. « Mais si les cerfs sont très nombreux dans l’Ain, dans la partie Suisse jusqu’à Genève et dans le Jura, il est beaucoup plus compliqué de les piéger dans le Doubs. Hélas, il n’a pas été possible de baguer ceux du Doubs malgré les centaines de tentative. Dans le Doubs, même avec de nombreuses observations permettant de le connaître mieux, le cerf garde un peu de son mystère ».
Les études intéressent également le monde sylvicole, inquiet de ce retour pour les dégâts occasionnés aux arbres. Mais les études cette fois-ci très précises montrent que le risque est très limité.
« Pour autant, nous sommes contraints de réguler cette population par un plan de chasse précis », explique David Clerc, technicien à la fédération de chasse du Doubs et grand spécialiste du cerf. « Il s’agit d’éviter la prolifération. Des bracelets sont délivrés aux associations de Mouthe et de Villedieu depuis 2010. On fait évoluer leur nombre en fonction des comptages ».
Cette évolution naturelle de la population cervidée provient aussi tout simplement de la nécessité de gagner d’autres territoires favorables puisque les populations sont en hausse permanente sur le massif jurassien. Et tout simplement parce qu’il n’y a pas d’autre prédateur que le loup pour un animal aussi puissant. Le lynx ne s’en prend pas aux cerfs, hormis quelques cas très particuliers.

«Un moment particulier»

Dans le Haut-Doubs, la période du brame du cerf est aujourd’hui devenue une sortie incontournable à la tombée de la nuit. Une véritable attraction qui attire de plus en plus d’amateurs, fins naturalistes comme curieux, bardés d’appareils photos, de caméras et de portables. « Il vaut mieux les laisser tranquilles », dit Patrick Salvi. « Vraiment. C’est un moment particulier pour eux. On voit maintenant des gens s’approcher, essayer de les prendre en photo ou de les filmer. Mais ça dérange tout. Une fois, il m’est arrivé de me faire charger avec mon épouse. Le grand mâle nous a raccompagnés nous aussi. Il n’y a pas eu de problème, mais c’est quand même impressionnant et il peut se produire des accidents ».
Il y a deux ans la fédération de chasse et le centre permanent d’initiation à l’environnement avaient conjointement organisé des sessions d’écoute sur des postes fixes, à distance des aires de brame. Ces opérations pourraient être reconduites.
« Mais il est tout à fait possible de profiter du brame en lisière des chemins, sans s’aventurer dans la forêt », explique David Clerc. « Les amateurs doivent rester à distance pour ne pas tout perturber ».
À distance, donc, le spectacle sonore est une expérience étonnante sur les hauteurs de Mouthe. Les longs cris rauques et remplis d’espoirs du grand cerf résonnent dans les vallées et à travers les bosquets, ils font vibrer toute la forêt. Et puis lorsque l’oreille s’affine et s’habitue au silence de la nuit, on peut deviner d’autres brames plus lointains. Il est possible que les cerfs appellent les biches. C’est le « brame de langueur », presque mélancolique, une sorte d’appel langoureux et traînant. Il y a aussi le « brame de défi », un cri plus court et plus aigu destiné aux autres mâles. Et puis il y a le brame de présence, un cri très court, destiné à tous ceux qui veulent bien entendre.
Quand c’est l’heure de la bagarre, il arrive d’entendre le choc des bois qui se cognent. Les luttes sont généralement d’intimidation mais il arrive que certains cerfs soient blessés ou même tués lors de ces affrontements.
Le cerf est en rut pendant environ un mois. Et les périodes de rut sont généralement plus précoces quand l’été a été favorable. Une période qui couvre celle des chaleurs des femelles qui, elles durent seulement une demi-journée. Un grand mâle peut couvrir entre 10 et 20 biches, dans sa harde ou au sein des hardes voisines.
Et puis quand vient la fin du brame, le cerf épuisé quitte à nouveau son groupe pour aller se refaire une santé avant l’hiver et reprendre du poids. Et c’est d’ailleurs un moment où ils trouvent la nourriture en grande quantité avec les herbacées et les glands à profusion.
« Pour moi, c’est une passion », dit Patrick Salvi. « J’en rêve la nuit. Il m’arrive de rester des nuits entières à les pister, pour le simple plaisir de les apercevoir. La nuit dernière, j’en ai observé onze au total. Je suis rentré à quatre heures du matin. Ils sont tellement plus malins que nous. Ils apparaissent, disparaissent, d’une façon majestueuse. Quand un grand cerf perd ses bois, il a tellement honte qu’il se cache au plus profond des forêts. C’est très difficile d’apercevoir un mâle sans bois ou au moment de la repousse. Et puis tout à coup ils réapparaissent, superbes, avec tous leurs bois. C’est magique ».

Didier FOHR pour l'estrepublicain.fr 




1 commentaire:

  1. vous êtes en retard. L'espèce cerf est présente depuis plus de deux ans sur le plateau de Trévillers, Les animaux ont migré (c'est à la mode) depuis la Suisse voisine et ce sans papiers, ce qui est intolérable ! qu'attend la garderie pour reconduire ces intrus à la frontière ?
    françois

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL