Accueil


Formation ACAFC 2021 : Formation Théorique à Gonsans le Dimanche 25 avril 2021.

Formation ACAFC 2021 : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 9 mai 2021.

Formation ACAFC 2021 : Epreuves Fin de Formation des Stagiaires + Journée des adhérents et Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 6 juin 2021

JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 24 avril et 21 août 2021 à Gonsans



Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


mardi 21 juin 2016

Haute-Saône : l’incroyable rumeur d’un ours en liberté

 Source : lesrepublicain.fr

Une habitante de Provenchère dit avoir aperçu un ours se balader dans un champ, samedi. Elle ne serait pas la seule à l’avoir vu. Tout aurait commencé au mois d’avril…

René Mathieu a pris cette photo avec son téléphone portable. Pour l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, la qualité n’est pas suffisamment bonne pour exploiter l’image, mais Ludovic Bonnot voit plusieurs éléments qui ne collent pas avec la silhouette d’un ours. Photo DR
René Mathieu a pris cette photo avec son téléphone portable. Pour l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, la qualité n’est pas suffisamment bonne pour exploiter l’image, mais Ludovic Bonnot voit plusieurs éléments qui ne collent pas avec la silhouette d’un ours. Photo DR

«C’était trois fois plus gros qu’un sanglier, ça avait la couleur d’un chevreuil, et la démarche d’un ours. Si ce n’en était pas un, je ne vois pas ce que ça pourrait être. » Stéphanie, une habitante de Provenchère, en Haute-Saône, était chez elle lorsqu’elle a aperçu l’animal, samedi matin, vers 9 h. « J’étais au téléphone, je regardais par la baie vitrée, elle donne sur des champs en pente qui sont entourés par les bois. Je l’ai vu en train de courir, il descendait le champ. » Sur le moment, cette jeune maman n’est pas certaine de ce qu’elle vient de voir. « J’étais un peu scotchée, j’ai continué de discuter. Puis je suis allée frapper chez mon voisin, il est chasseur. Je n’ai pas parlé d’ours, je ne voulais pas qu’on me prenne pour une folle, mais ma voisine, la première, l’a évoqué. Une collègue à elle lui avait parlé d’une histoire dans le secteur. »

 

Vu pour la première fois en avril

Après avoir un peu hésité, Stéphanie a fini par contacter le maire qui a, à son tour, prévenu la gendarmerie. Dans la soirée, un message de prudence est envoyé sur les portables des habitants. « Je n’aurais pas transmis le message si je ne croyais pas Stéphanie », explique Cécile, la conseillère municipale à l’origine du message. « Il vaut mieux être prudent. Dans la commune, nous avons beaucoup de coureurs. Surtout, à proximité du champ en question, il y a une cabane dans laquelle les enfants de la commune se retrouvent. »
D’après plusieurs rumeurs, l’ours aurait aussi été aperçu dans plusieurs communes voisines. En réalité, l’affaire semble avoir débuté en avril à Fleurey-lès-Faverney, à cinq kilomètres de Provenchère, d’après les témoignages recueillis. René Mathieu serait le premier à l’avoir vu.
C’était au début du mois d’avril. L’homme, âgé de 65 ans, est propriétaire d’une partie de l’ancienne carrière, qu’il a reconverti en parcours d’entraînement pour son club de tir à l’arc. « C’était en début d’après-midi, je venais m’entraîner. J’ai vu une masse sur la roche qui surplombe la carrière. J’ai d’abord cru que c’était quelqu’un qui observait le coin avec des jumelles. Puis il s’est tourné et j’ai vu son museau, j’ai tout de suite pensé à un ours. Il était à 100 mètres de moi, debout, très grand. J’étais abasourdi, et le temps que je pense à faire une photo, il s’était remis sur ses quatre pattes et commençait à s’éloigner. » René n’a aucun doute : « J’ai chassé pendant 25 ans, je sais reconnaître les animaux. »
Le maire, Franck Tisserand, a lui aussi pris son témoignage très au sérieux. « C’est quelqu’un de fiable. » La gendarmerie est appelée, de même que l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). « Les agents n’ont pas trouvé de trace, ce qui n’est pas surprenant, on est sur un caillou ici », relate l’élu. « Ils n’ont pas trouvé de poils non plus. On l’a cherché une partie de la nuit, sans le retrouver », reprend le retraité, qui assure que l’ours a depuis été signalé à la Goulotte, tout près de là. « Il a traversé devant la voiture d’une dame qui partait au travail. »

« Rien de probant »

À l’ONCFS, on se montre beaucoup plus prudent… « La photo n’est pas suffisamment de qualité pour qu’on l’exploite », répond Ludovic Bonnot, chef du service inter-départemental de Haute-Saône. « On l’a transmise à des centres nationaux plus spécialisés sur l’ours, mais nous n’avons rien de probant. D’autre part, nous avons installé plusieurs pièges photos pendant une semaine qui n’ont rien donné. On ne peut s’appuyer sur rien pour dire qu’il s’agit d’un ours. Nous n’avons eu aucune plainte pour des dégâts dans des champs ou sur des ruches par exemple. S’il s’agit vraiment d’un ours, ça ne peut pas être un animal sauvage, mais plutôt un animal qui s’est échappé, mais là encore, nous n’avons eu aucun signalement de ce type. » Ludovic Bonnot se rapprochera ce lundi de la gendarmerie de Port-sur-Saône, qui s’est déplacée au domicile de Stéphanie. « On ira voir sur place, avec la pluie qui est tombée ces dernières semaines, si l’animal est si gros que ça, il y aura forcément des traces. » Ce qui est certain, c’est que dans les environs, la rumeur n’est pas près de s’éteindre…

Laurie MARSOT, avec notre correspondant local Etienne COLIN

Aucun commentaire:

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Publier un commentaire

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL