Accueil


JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 21 août 2021 à Gonsans
Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016 Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016

jeudi 23 mars 2017

Renaud termine bien sa saison aux Fourrasses à Nancy

Une nouvelle fois, notre Renaud a sévi lors d'une battue des Fourrasses à Nancy (battue péri-urbaine où les archers interviennent pour répondre à une problématique de dégâts dans les habitations bordant ce secteur de 350ha coincé entre l'autoroute et l'agglomération Nancéienne). Je vous laisse avec son récit où rien n'est oublié... Bravo et merci du partage.


 Et oui, après de maintes suppliques, rappels en public, mails, messages privées et autres complaintes, je viens enfin étayer les quelques photos péniblement délivré à notre Patrick à nous !

Voici le récit du prélèvement effectué lors de la chasse des Fourrasses du 03 février 2017


La journée s'annonce bien. Les températures ont remonté et il n'y a pas de pluies prévues.
Nous sommes 12 postés et quatre traqueurs et un jeune mais je ne m'attarderai pas dessus pour ne pas lui apporter de problèmes. On verra que c'est une graine de chasseur...


Les trois premières traques ne donnent rien..
La première, on voit un seul sanglier.  La deuxième en montrera deux. La troisième les jardins nous laisse sur notre faim. A peine un ou deux chevreuils de vu un renard famélique qui se dérobe et aucun A la houe retentissant...
Aucune flèche de décochée c’est rare !


Une quatrième et ultime traque est décidée.
On fait les sapins.  On me confie la ligne du retour côté aire de Villers les Nancy. Nous serons placés perpendiculairement à l’autoroute. .
Rémi prend le premier poste. En avançant, je précise que le dernier poste à prendre est le long de l’autoroute, étant chef de ligne, je devrais y aller mais c'est un emplacement réputé pour être bon. L’identique à l'opposé de la traque m’avait été favorable à l’ouverture ...


Le deuxième poste ayant été pourvu entre temps, personne ne souhaite y aller.. Du coup après avoir placé les trois autres archers, je me dirige vers ce bord d’autoroute.
On voit clairement des coulées déboucher des taillis d’épines noires.
Un petit sentier coupe la haie permettant d’accéder à la balustrade ainsi que sûrement à un petit poste électrique sur la gauche.
Devant se dresse le panneau indiquant les sorties à 2000m.



 
Qu'il serait tentant de se placer dans cette petite coupure de la haie légèrement en amont. Peut être collé à la balustrade..
Mais non, si les animaux arrivent par le buisson d’épines noires et bloquent dedans comment tirer ? Thomas a déjà été berné dans le passé par un sanglier qui n’a pas franchi un de ces buissons et à fait, au final, demi-tour...
Je décide donc de franchir le mur d épines pour me trouver un emplacement. Je distingue un tronc plus épais que les autres, bien près de l autoroute, parfait pour m'y coller.
Je joue alors du sécateur pour me frayer des fenêtres de tir.
Une sur la sortie de la coulée une autre avant. .. Mais je n'ai pas trop de possibilités, je choisis de les préparer en fonction de ma position assise car tenir debout dans ces épines est quasiment impossible sans élaguer au large.
C est bon. Je me pose donc bien en face de la coulée afin de pouvoir armer au mieux. Je suis gaucher, les animaux arriveraient en retour par ma gauche, il ne faut donc pas que je tourne le dos à l'autoroute mais plutôt me tenir à 45°..
Et j'attends. La traque est partie.. un vtt.. des passants... attirent mon œil mais ils passent sur le chemin entre le bois et ma haie.
Soudain je distingue du mouvement... deux formes rousses arrivent par la coulée en retour. Super des rouquins!
J’arme aussitôt.  Elles s'arrêtent. Elles se trouvent à environ 20m de moi sur la coulée mais impossible de tirer, les animaux sont de face et je ne les distingue pas encore bien.. J'ai le sentiment que ce sont deux animaux identiques... La suite m'apprendra que je me trompais ...
Les sangliers repartent, ils ne sont que deux, mais je vois qu'au lieu de continuer sur la coulée, ils bifurquent quelques mètres avant la sortie de celle-ci.. où j’avais préparé ma fenêtre de tir !
C'est pas vrai.. je ne vais pas me faire berner comme ca.. Ils se doutent de quelque chose... Je suis armé prêt à décocher mais je ne veux pas reproduire l'erreur du brocard où j'avais tout simplement oublié le reste de la végétation entre moi et l'animal. J'avais d'ailleurs récupéré à peine 10% de ma flèche ... Là, ils s'arrêtent, celui de derrière est derrière un buisson d'épines noires, impossible de tirer. Le premier pif avant de sortir... C'est l'occasion... Je cherche une fenêtre, je la trouve mais elle est légèrement en avant de l'épaule ... Si, ça doit être bon. Si la flèche va où je veux, il ne fera pas une grande distance. Je me calme assure ma décoche, et lâche ma flèche... Je n'entend rien de l'impact mais le sanglier démarre en trombe et fait une boucle pour repartir dans la haie... Je vois clairement l'empennage de ma flèche qui fouette l'air au dessus... Zut elle n'a pas traversé. Pourtant elle est bien allée où je voulais..


Je préviens Bernard, je lui indique 40-50 kg pas plus à mon avis ... Il est super content, ils arrivaient à la fin de la traque, il m'indique qu'ils vont remonter et sens inverse et battre la haie..
Je crois que les quelques minutes qui sont suivi ont été interminables... 


Pour vous faire patienter, je vous décris la zone de tir dans l'image suivante. Bon j'ai une caméra mais je ne l'ai activée qu'après le tir ; c'est malin .. Donc ne cherchez pas de sanglier sur la photo mais juste pour vous laisser imaginer le contexte du tir. On comprend en voyant cet enchevêtrement et en imaginant le bruit continu de l'autoroute derrière, que dès qu'on devine le gibier, il faut armer, car on a perdu l'avantage d'être alerté par le bruit de l'approche de l'animal...
M'étant déjà fait avoir à plusieurs reprises, maintenant j'arme d'abord.. puis je réfléchi après.. L'inconvénient de cette méthode, il faut l'avouer c'est que l'effet tunnel se met quand même en place .. mais bon...

 


Moins de dix minutes après Bernard me rappelle. Il est là ton sanglier, il est mort mais ce n'est pas un petit.. il fait au moins 60kg.. mais vidé !
Je m'extrait alors de la haie... et les voie à une cinquantaine de mètres de moi .... Je les rejoins et découvre le sanglier, la flèche a cassé, mais elle est bien rentée ou je pensais.
Mais les explications qui vont suivre sont tout bonnement impressionnantes...

Vincent remontait dans la haie le long de l'autoroute..., Bernard couvrait le coté gauche dans les rejets à quelques mètres de lui.. et Quentin, notre futur chasseur, remontait par le chemin au milieu.
Vincent distingue un sanglier qui semble appuyé à un arbre... par prudence il prépare sa dague et approche...arrivé à quelques mètres il constate que le sanglier est mort et repose contre le tronc de l'arbuste dans la haie... Mais il distingue quelque chose entre les pattes du sanglier qui bouge, une masse brune se lève, il ne comprend pas.. Trop tard le petit d'une trentaine de kilo jaillit de la haie, Vincent crie à Bernard "SANGLIER !!!" mais le bruit de l'autoroute couvre son cri..; Bernard aperçois alors le sanglier et décoche une flèche, au reflexe, qui va passer dans les soies supérieures de l'animal sans le toucher plus que cela.. 



Quentin sur le chemin qui voit la scène essaye de faire se retourner le sanglier de sa trajectoire pour le renvoyer aux traqueurs en agitant les bras et en courant vers le sanglier.. mais celui ci reboucle dans leur dos et file en direction opposée d'où venaient les traqueurs...
Ce sanglier a la pression et il remonte la haie jusqu'au bout où se trouve Thomas ..
Thomas lui, est en train de ranger son bardas, il a eu l'info comme quoi un sanglier avait été fléché et comme plus rien ne se passait...
La boule brune lui déboule à quelques mètres, il se dit c'est le sanglier de Renaud; il doit être blessé il faut que j'essaie ... Il décoche mais la flèche passe derrière...
Il apprendra par la suite que ce sanglier n'était pas blessé. Thomas est content de ne pas l'avoir touché car d'ordinaire il n'aurait pas risqué un tir comme ça ..
On retrouvera ma pointe au début de la tête du sanglier, celui ci a fait une énorme hémorragie, des artères avaient bien été sectionnées..

 




Une partie du groupe, je pense que les autres sont déjà à une partie importante de la journée.. l'apéro ;-)
 
Matériel  Arc Bowtech carbon Icon 70, gaucher, réglé à 63 livres, Flèches Pile driver Hunter 250 avec 3 Lames fixes: G5 Striker Magnum
Distance du tir: une dizaine de mètres maxi, distance de fuite 50 - 60 mètres.


Renaud Liehn
 

2 commentaires:

  1. Félicitations !
    Et merci pour ce beau récit...
    Cordialement, ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bravo RENAUD, tu restes le père des Fourasses !

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL