Accueil


JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 21 août 2021 à Gonsans
Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016 Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016

lundi 27 juillet 2020

Un beau brocard d'été pour David et un tout aussi beau récit

Attrape-moi si tu peux ! 

Voilà un mois et demi que mon ACCA m’a offert l’immense privilège de me confier 2 bracelets pour le tir d’été, un pour le brocard et un pour le sanglier. Un mois et demi que j’ai plaisir à m’essayer à voir, à entendre ou à augurer quelque gibier qui voudrait bien ne serait-ce que croiser ma route. Chemin faisant j’apprends, à mes dépens, des essais infructueux de l’usage trop précoce de l’appeau, d’un placement trop en amont ou trop en aval des reliefs, d’une position à « mauvais vent », des bruits que j’occasionne en essayant d’apprivoiser mon tree-stand auto grimpant. Parcourant ainsi mon terrain de chasse à la façon d’un pachyderme dans un magasin de porcelaine, je m’extasie cependant de la qualité des instants passés loin du tumulte de la vie mondaine et de son quotidien, de la différence du mode de chasse à l’approche et à l’affût en opposition avec la battue pendant laquelle la sérénité des lieux est troublée par la voix des chiens meneurs. Alors je passe de longs moments avec moi-même et étant donné que nous sommes plusieurs dans ma tête, on ne s’ennuie pas ... et puis j’ai bon espoir car comme le dit Hugo : « Le calme, c’est la tenaille du bourreau ». 

Les jours se suivent et se ressemblent jusqu’à ce que je me fasse aboyer sans voir, que j’entende sans me faire aboyer et sans rien voir non plus. Mes tentatives se prolongent jusqu’à la nuit et comme le dit un de mes ami Québécois : « rien qu’à voir, on voit bien qu’dans l’noir on ne voit rien. Quand j’ai vu qu’ j’ voyais plus, je voyais bien que j’voyais rien. » (Essayez avec l’accent, ça vaut des points). 

Et puis il y a ce vendredi 11 ou je décide de me rendre à une place que j’avais identifiée et considérée comme étant peut-être un bon poste pour un affût. Navigant à travers la pampa Haut-Doubsienne par une voie inexplorée jusqu’alors pour me rendre à l’endroit de mon choix, je suis interpellé par une place jouxtant d’anciens chemins de débardage dont on percevait encore à peine les ornières recouvertes par la végétation ambiante et dense du moment. L’espace est plat, clairsemé. Composés de feuillus et de conifères, quelques arbres morts jonchent le sol et le soleil arrose partiellement les lieux au travers des branchages. Une légère brise effleure mon flanc gauche pour parfaire le tableau. 

Un détail attire un peu plus mon attention. Je constate que non loin de là, les agents forestiers ont posé des grillages de protection autour des jeunes arbustes afin de prévenir des dégâts occasionnés par la faune locale. Je me propose alors d’évaluer la situation un peu plus en détail. Après un rapide tour d’horizon, je jette mon dévolu sur un arbre depuis lequel j’imagine avoir de bons angles de tir et peu de coupes lors de mon ascension. À peine ai-je posé mon tree-stand au sol que des craquements éveillent ma curiosité. Je lève la tête et vois à 30 m devant moi un beau brocard sortir des fourrés. Je me cache tranquillement derrière mon assise et décroche gentiment mon arme, j’enfile mon décocheur, encoche ma flèche alors que mon rythme cardiaque s’accélère. Lorsque je refais surface, l’animal a disparu. M’a-t-il vu, entendu, senti ? Est-il encore proche mais hors de ma vue ? Je n’en ai aucune idée. J’essaie de percevoir un quelconque signe, une branche qui bouge, un bruit .... Mais rien. J’entreprends alors une approche en direction du dernier indice visuel que j’ai en mémoire. Les feuilles et brindilles craquent sous mes pas et à ce moment j’imagine que ma tentative est quelque peu ubuesque. Au fur et à mesure que j’avance, je me redresse sans aucune conviction que ma démarche se solde par un succès. Ma posture complètement défaussée, je commence à apprécier la déconvenue quand j’entends le larron s’échapper à 10 m de moi dans un brouhaha ahurissant : branche qui claque, aboiements etc. Cette fois c’est sûr, la séance est levée.

Paradoxalement, je reste sur ma faim et dans un même temps je suis repu de l’intensité du moment passé et d’un contact avéré. Je reprends mes esprits et qu’à cela ne tienne, j’observe les environs et repère un autre arbre potentiellement mieux exposé dans l’éventualité où je me tiendrais de nouveau aux aguets en ces lieux. Seul hic, quelques travaux d’élagage s’imposent. Foutu pour foutu, je m’improvise paysagiste et m’installe. Durant l’attente, je m’interroge sur le bien-fondé de mon entreprise et questionne le Pat 

qui m’informe image à l’appui qu’il vient à l’instant de prélever un jeune brocard. Je suis heureux pour lui et espère que cette issue sera la mienne la fois prochaine. Le crépuscule venu, je quitte mon poste bredouille mais avec un vif espoir pour la suite. 

Le mardi suivant, je réitère l’exercice mais cette fois-ci un peu plus tôt. À peu près vers la même heure et le vent donnant à l’opposé, j’entends les craquements significatifs d’un animal à proximité. Après un examen approfondi des alentours, j’aperçois un chevreuil à une cinquantaine de mètres. Impossible de dire s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle car les branches cachent en partie l’animal. Une tentative d’appel au Butollo le rapproche quelque peu mais sans avantage aucun pour ma part. Une tentative d’amorce de trop aura raison de mes espoirs naissants. 

Le samedi 18 juillet, une journée radieuse s’annonce et le devoir familial m’appelle pour ma première sortie en ville post-confinement. Je remise alors mes aspirations à giboyer dans les profondeurs de mes désirs refoulés. La journée passe, chacun des miens vaque à ses occupations citadines respectives : amis, shopping etc. Arpentant les rues à la façon d’un bagnard, je me rends compte que la frénésie des foules consommatrices de biens et de valeurs périssables ne m’avaient pas manqué. Je pense alors en mon fort intérieur à quel point je serais mieux en communion avec la nature qui m’attend. Grâce du ciel, notre escapade s’abrège à l’approche des 15h et j’entrevois avec enthousiasme une nouvelle opportunité de prendre ma revanche sur mon brocard.

De retour au bercail, je me prépare avec hâte sous les regards et commentaires espiègles de mes proches qui me comparent à un enfant une veille de fête. Je vérifie mon matériel sur un œillet de feuille A4 à 10 m et comme un signe du destin : Bullseye... devant les applaudissements du public en présence. « Il ne me reste plus qu’à faire la même ce soir ! » leur dis-je d’un air amusé et satisfait. « Priez pour moi quand même » ajoutais-je avant de prendre la route. Arrivé sur le parking de chasse, je me dirige vers le lieu de mes déboires passés. Les pluies des jours précédents ont insonorisé le bruit de mes pas sur le sol que je foule avec ardeur et précaution pour finalement être prêt, posté et flèche encochée à 18h00. Une fois sur les lieux et compte tenu de mes dernières expériences infructueuses, je m’interroge sur l’emplacement à occuper : le premier pour la première ou un autre, peut-être plus approprié, pour la deuxième ou encore comme le disais Devos : « On a toujours tort d’essayer d’avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu’ils n’ont pas tort ».

Je vous ai dit qu’on était plusieurs dans ma tête. À tort ou à raison et comme on ne change pas une équipe qui gagne, je m’installe sur l’arbre que j’avais préalablement préparé. À l’heure fatidique, je suis opérationnel. Le temps passe, un léger vent haletant m’apaise, il fait beau, bon et la seule situation m’épanouit. Vers 19h30, la quiétude du sous-bois est troublée par les sonorités singulières de mes constatations passées. Je me relève silencieux, inanimé et le cœur bouillonnant quand je vois poindre à 30 m une paire de bois qui s’approche de mon affût. Quelques instants plus tard, je l’observe dans son entièreté, derrière un arbre, se délectant avec insouciance de diverses feuilles fraîches. J’arme alors mon arc en essayant de faire preuve d’une infinie délicatesse et dirige mes efforts vers la direction de sortie que je convoite. Après plusieurs minutes, commençant à saturer, les tremblements de mon bras en tension m’alertent quant à une mauvaise issue de tir. Je désarme alors et tente de reprendre mes esprits lorsque la créature décide d’orienter ses ambitions à l’opposé de mes pronostiques. Je profite d’être hors de son champ de vision pour réarmer mon arme, il contourne les feuillus et s’approche, candide, pour finalement échoir à environ 15 m de ma tour de guet.

J’ajuste mes repères tandis que mon cœur résonne dans ma cage thoracique tel un taiko, et lorsqu’aucun doute ne subsiste plus sur l’aboutissement de mon tir, je décoche. Dans sa course effrénée, la flèche sectionne la colonne vertébrale au niveau de l’encolure et ressort de la victime au niveau de l’aine. La bête accuse le coup avec stupeur et s’effondre sous l’impact. Alors que la mort arrive inéluctablement, le martyr dans son incompréhension tante dans un ultime effort d’échapper à son destin en essayant de fuir sur les membres qui lui obéissent encore quelques secondes seulement. Il s’allonge finalement sur le flanc, attendant le trépas. J’observe son souffle s’amenuir et lui rend hommage dans son dernier soupir.

Je remercie mon seigneur, je sanglote, je suis heureux. Vive le tir d’été !

 






13 commentaires:

  1. Encore une foid Waidmannsheil David au plaisir de chasser
    Ensemble
    Le Grandbadinguet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci BenJ, ce fut un plaisir de tirer avec toi dimanche dernier et j’imagine qu’il en serait de même et même mieux pour une belle partie de chasse.
      A bientôt.
      David

      Supprimer
    2. Euh, on parle bien toujours d'archerie, pour dimanche dernier, n'est-ce pas ? :))

      Supprimer
    3. Momo n’a pas un esprit mal tourné, il a simplement une imagination sexy......du moins selon lui ;-) mdrrrrrrr

      Supprimer
  2. Félicitations David,et superbe récit!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Le choses n’ont de valeur que lorsqu’elle sont partagées. Heureux que le récit vous plaise.
      David

      Supprimer
  3. Superbe récit et très belle action de chasse !
    Félicitations !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Momo ! T’es enseignements et tes conseils font toujours partie intégrante de mes réussites !
      A plus
      David

      Supprimer
  4. Félicitations David, superbe action relatée d' un magnifique récit; on s'y croirait

    RépondreSupprimer
  5. Merci William mais sauf erreur de ma part il s’agissait d’un brocard 🤣🤣
    Toutes plaisanterie à part, ton commentaire me va droit au cœur.

    RépondreSupprimer
  6. WAIDMANN'S HEILL!
    C'est plaisant de savoir que du Brut coulera toujours aux entraînements!
    Merci pour ce beau récit et bravo pour ce beau tir de récolte.
    SAM

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL