Accueil


Formation ACAFC 2021 : Formation Théorique à Gonsans le Dimanche 25 avril 2021.

Formation ACAFC 2021 : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 9 mai 2021.

Formation ACAFC 2021 : Epreuves Fin de Formation des Stagiaires + Journée des adhérents et Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 6 juin 2021

JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 24 avril et 21 août 2021 à Gonsans



Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


mercredi 12 août 2015

1er sanglier pour Yop : 1 an plus tard


Un an plus tard…



Le 03 août 2014, Saint Hubert me permit de prélever mon premier brocard d’été à l’arc sur l’ ACCA d’ Issans, dans une haie en bordure d’une coupe épaisse, le reste de la saison m’apporta  encore de belles émotions.



 Cette année, je porte mon attention sur un champ de céréales  qui borde la même coupe épaisse avec  des traces de présence de sangliers et des observations lors d’affuts  le soir sur un mirador de battue qui domine la culture . J’en profite pour partager ces sorties avec la plus jeune de mes filles ce qui nous permit de jumeler chevrettes , chevrillards, renard , brocard et sangliers à travers les coulées de blés couchés, le tout agrémenté de superbes couchers de soleil.







Cet observatoire, s’il s’avère être un magnifique point de vue, n’est pas très propice à un prélèvement à l’arc car les chances de voir des animaux lors de leurs déplacements, passer à distance de tir sont très faibles. 
Plus tard, les céréales ont été récoltées et le couvert laisse place à un champ d’éteules. Le gibier sort mais reste à la lisière ce cette coupe épaisse. Je décide donc de placer un tree stand au même endroit que l’année dernière …

Et c’est tout naturellement, que je me retrouve 365 jours après , perché sur le même  arbre dans cette même petite haie de bois claire entre la même belle remise et un champs de maïs en contrebas qui s’élève malgré la chaleur estivale.



J’arrive en poste ce lundi 03 août à 18h 30, je suis dans la dernière semaine de boulot avant les vacances  et je bosse en journée continue ce qui me permet de sortir tôt. Il fait chaud, même très chaud et le déplacement  à pied de la voiture à la chaise d’affut , habillé en arbre, me fait vite considérer ma chute de rein comme un chéneau après une pluie diluvienne. 



Les deux premières heures s’écoulent entre méditation existentielle et méditation  existentielle : Le calme plat ! Et si les tintinophiles trouvent ça bien , il y a des moments où  on peut trouver ça long !


20 h 45, un petit bruit venant de la zone épaisse me sort de ma béatitude pensive. Ça semble marcher en lisière, c’est discret mais présent. Très rapidement une silhouette se dessine sous les branches basses. Une masse grisâtre s’avance prudemment. Je me redresse le plus discrètement possible et arme l’arc mais aussitôt l’animal stoppe pour émettre un grognement reconnaissable : sanglier !

puis en 2 à 3 foulées l’animal  apparaît  dans la zone claire : une laie de 60 à 70kg bien grise en poils courts , suivie presque instantanément par une première bête rousse . Elle stoppe à une dizaine de mètres de mon arbre. Un deuxième puis un troisième petit sanglier rentrent dans la haie. Le deuxième s’arrête à 8 mètres sur un ¾ arrière , la flèche est partie. 


Un couinement , puis l’animal part en trombe en direction du maïs. Une petite dépression du terrain me fait perdre le contact visuel au bout de 30 mètres. Une quatrième bête rousse débouche dans le clair. La laie «  rouffle « un coup , regroupe ses petits et part en direction de fuite de l’animal fléché. 


Elle disparaît dans la même zone semble se diriger dans le maïs puis réapparait pour retraverser la haie et rentrer dans la zone épaisse. Une succession de grognements et de soufflements se fait entendre et la laie revient en lisière et avance jusqu’à la flèche plantée en terre. Elle viendra pour ainsi dire poser son groin contre le projectile pour finalement s’éclipser  dans le bois avec sa progéniture dans un concert , manifestation de son mécontentement .

Le calme revient entrecoupé de battements dans ma poitrine . 20 minutes plus tard, je redescends de mon perchoir pour retrouver ma flèche . Une rapide inspection du tube confirme une atteinte traversante et du sang au sol atteste de la blessure. Je me retire doucement prévient par téléphone mon président du tir . 

Je le rejoins au parking et après quelques échanges sur l’action de chasse nous revenons sur mes pas jusqu’à l’anschuss.  Nous suivons la piste abondante facilement pour retrouver le petit sanglier 40 mètres plus loin à la lisière opposé à proximité du maïs . La lame est rentrée au dessus du cuissot sous la colonne pour ressortir de l’autre côté à l’arrière du foie ( à la découpe la lame coupe un rein et l’aorte abdominale ). le bracelet est apposé et les honneurs sont rendus à cette bête rousse qui est  pour moi la première de son espèce prélevée à l’arc.





Rendez vous est pris pour le 03 août 2016 qui tombera un mercredi ….

Yop 

4 commentaires:

  1. Un chevreuil en 2014 à issant = 1 chevreuil à Gap
    Un sanglier à issant = 1 sanglier à Gap

    RépondreSupprimer
  2. Partant de ce principe, ça va être compliqué pour lui de flécher un cerf à Gap ... :-)

    RépondreSupprimer
  3. Félicitations Yop ;-)
    (Sandrine)

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL