Accueil


JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 21 août 2021 à Gonsans
Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016 Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016

samedi 29 septembre 2018

1er sanglier à l'arc, la fin d'une malédiction pour Sam

Premier Sanglier à l'arc, la fin d'une malédiction avec ma bête noire

Samedi 22 Septembre, je monte à Laviron pour faire mon tour à la chasse. Il fait beau, je suis de très bonne humeur car en plus de bénéficier de ce joli droit de chasse, j'ai commencé, cette même semaine, l'activité professionnelle qui faisait l'objet de ma convoitise la plus idéale...
Bref, il fait beau, je suis comblé de joie et tous les voyants sont au vert (je devrais plutôt dire au camo PREDATOR!). Pour la première fois de la saison mon fiston restera au lit. Le bien surnommé marcassin a lui aussi droit à un jour de répit.
Je passe comme à mon habitude boire le café chez ma maternelle (qui malgré ses 85 printemps et des sens de la vue et de l'ouïe plutôt défaillants) est prête à 8 heures pétantes pour jardiner et occuper cette belle journée autour de la demeure familiale qu'elle entretient avec cœur.
Je traîne un peu mon vague à l'âme une demi heure à discuter avec elle, les chasseurs du village ne sont pas, il est vrai d'ordinaire, des acharnés du rond précoce le matin, mais ce matin là...
C'était sans compter sur la mauvaise idée qu'un vil sanglier solitaire assez foncé de pelage avait eu d'aller narguer deux agriculteurs au levé du jour en jouant de son boutoir dans leurs champs respectifs, aux vues de tous et surtout de deux paysans (Miens parentés!) qui se sont empressés de demander à mes confrères de Saint HUBERT pour lui régler son compte.
Bien entendu quand j'arrive à notre rendez-vous de chasse c'est l’effervescence... D'autant que la bête noire a choisi de traîner là où les faisans ont été lâchées pour les chasseurs aux chiens d'arrêt. Je n'ai pas le temps de boire le traditionnel jus du matin, je signe la feuille sous la pression du chef de battue et je choisis (ce qui est un luxe suprême quand on est archer!) d'aller me placer dans un secteur connu pour être une zone de fuite du grand gibier chassé dans ce secteur marécageux nommé l'ODOSOU.
Je vais me poster à pied depuis le rendez-vous de chasse, mon poste est situé à 20 m d'un chemin qui fait un virage 400 m en dessous de notre lieu de départ de chasse.
Je m'équipe: ajustement de la tenue CAMOLEON, serrage correct du bracelet du décocheur, allumage du point rouge, vérification de la flèche puis je finis de me placer dans un secteur assez clair bordant des taillis et épais rejets de drageons de frênes qui abondent au dessus du marais de l'ODOSOU.
Les heures passent, quand à passé 11 heures des aboiements de chiens faisant ferme me tirent de ma léthargie. Souvent, je suis l'heureuse victime de moments d'évasions ou je laisse divaguer mes pensées... mais là ça ne rigole plus, de plus les chiens semblent avoir levé l'animal qui semble chercher le vent pour décamper... Il a bien senti que le bois est enceint de gens qui ne lui veulent pas que de bonnes intentions.
Il est environ 11 heures et quart, j'entends craquer en dessous de moi... Je crains un moment que la maligne bête ne choisisse de passer les postes en revue pour sortir nez au vent là ou personne ne sera posté...(Eh,... c'est la stratégie payante pour sa vie après tout!)
D'un seul coup les bruits se rapprochent et je distingue une ombre foncée monter à 40 m de moi pour sortir de l'enceinte le vent dans le dos là ou personne n'est placé... Miraculeusement les petits chiens de Mimi et Jean redoublent de voix et le sanglier semble vouloir leur jouer un dernier pied de nez dans la traque. Il remonte alors droit sur moi en bondissant dans les ronces. Nez au vent, il vient pour s'arrêter à environ 8 m de mon poste. Animal seul imposant, il ne peut que s'agir du mâle vu par mes cousins agriculteurs, je sais que j'ai le droit de le tirer sans soucis. Il est arrêté de face, mais je suis déjà armé et concentré sur son anatomie, il semble écouter les chiens puis décide de tourner sa physionomie d'un petit quart de tour me laissant profiter de la vision idyllique de sa cage thoracique...
A ce moment là les choses partent très vite... En fait, c'est surtout ma flèche (poussée par les 68 livres de puissance de mon arc) qui part très vite du repose flèche pour arriver à 234 pieds/secondes (soit environ 280 kilomètres/heures) dans son corps. le craquement net m'indique que de la côte a été coupée au passage. Furieux le sanglier tourne sur lui même pour retirer ce corps étranger qui dépasse un peu de son buste. Je prends une deuxième flèche mais je n'aurai pas le temps d'armer mon arc une deuxième fois. Les chiens se rapprochent, le sanglier qui laisse son sang gicler sur la végétation sur 1 m de haut tente dans une dernière ruade d'échapper à nos  précieux et fidèles auxiliaires à quatre pattes. Il fait 15 m puis se couche dans un petit épais 7 m en dessous de mon poste. Les chiens sont imperturbables dans leur quête. J'essaye de les arrêter pour limiter le risque de le faire relever, mais il y a trop de chiens, trop d'odeur, trop d'enthousiasme,... Si bien que débordé par les chiens ceux ci marquent le ferme à l'endroit ou le sanglier s'est arrêté. Par prudence, j'appelle Gillou, chasseur posté non loin de moi avec son fusil pour qu'il vienne abréger les souffrances de ce sanglier au ferme. il le servira d'une balle en pleine tête à bout portant. Le coin du ferme étant particulièrement sale (Il m'aurait été difficile de tirer une flèche sûre dans des baliveaux), l'animal ayant une flèche dotée d'une lame tranchante comme un rasoir (représente un risque pour les chiens au ferme), je préfère que les choses soient terminées au plus vite. Pour le sanglier, pour les chiens et pour nous autres aussi.
Ainsi, la matinée se termina. je reçu les chaleureuses et sincères félicitations de mes collègues et amis chasseurs "à feu". Une fois de plus, ils eurent l'occasion d'apprécier la redoutable efficacité de notre arme y compris en battue sur un ragot de 56 kilos.
La flèche équipée d'une tri-lame EXODUS 125 grains entre derrière l'épaule gauche du sanglier coupe 3 côtes, puis traverse un poumon en coupant de grosses artères, un lobe du foie pour se ficher dans le fémur du gigot droit en laissant sur son passage un trou qui n'a rien à envier à celui d'une Brenneke.
Je remercie encore une fois l'ensemble des membres de l'ACCA de LAVIRON pour leur amical enthousiasme à cet événement.
Non seulement ce sanglier (qui était alors ma "bête noire" durant près de vingt ans!) est mon premier à l'arc, mais c'est aussi le premier qui fut tué à l'arc sur cette commune. La fin de matinée et le début d'après midi fut un bon moment de partage et de convivialité comme seule la chasse sait en procurer.
En St HUBERT et St SEBASTIEN.
Pour Titouan (malheureux) absent, cette fois ci! Mais ce n'est que partie remise...

vendredi 28 septembre 2018

Peste porcine : une longue lettre ouverte du président Willy Schraen pour les chasseurs de France




lundi 10 septembre 2018

La chasse à l'arc et l'ACAFC ont eu les honneurs de la presse avec l'Est Républicain

 Pour ceux qui n'ont pas pu lire l'Est Républicain d'hier...





samedi 8 septembre 2018

Bonne ouverture 2018-2019 à toutes et à tous

 Que Saint Hubert et Saint Sébastien soient avec vous pour ce jour d'ouverture ainsi que pour toute la saison.

Juste mon petit rappel habituel : pour ceux qui auront le bonheur de flécher cette saison, pensez bien à faire honneur à votre gibier et à la corparation des archers en faisant des photos de qualité qui mettront en valeur votre capture et vous donneront des souvenirs inoubliables...

 

jeudi 6 septembre 2018

Nouveautés pour l'ouverture 2018 : du tout camo chez Camoleon

La boutique du site Camoleon.fr 

En plus des nombreuses références de tenues vestimentaires à base d'orange fluo, Camoleon propose désormais la veste à franges "Lomont" qui est entièrement composée de bandes de tissu de couleur camouflage (Realtree, Mossy Oak etc...)  

Veste de camouflage à franges  "Lomont"


 



"Vercors" un gilet sans manche avec les mêmes caractéristiques est également proposé

Gilet sans manche à franges "Vercors"





Pour finir, l'élément qui complétera avec efficacité votre veste ou gilet, et qui permettra de déstructurer le haut de votre corps, le chapeau à franges "Le Hohneck"

Chapeau à franges "Le Hohneck"


 D'autres créations sont en phase d'élaboration ou de test actuellement. Elles seront proposées dans quelques semaines ou mois après leur validation sur le terrain.