Accueil

Formation ACAFC : Formation théorique à Gonsans le Dimanche 30 Avril 2023
Formation ACAFC : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 14 Mai 2023
Formation ACAFC : Epreuves de fin de formation + Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 11 Juin 2023
FDC25 : JFO le samedi 29 avril et samedi 19 août 2023 à Gonsans 

Photos des Trophées ACAFC depuis juin 2022 >

jeudi 25 novembre 2021

1ère battue péri-urbaine à l'arc à Nancy pour la saison 2021-2022

 

Cette première battue aux Fourasses de la saison 2021-2022 avait un gout particulier. En effet la saison dernière avec toutes ses particularités dues à la crise sanitaire, nous avait privé des repas conviviaux et de l'ambiance générale associée. Oui Mais la première battue 2020 avait été mémorable.
Du coup forcément, l'attente était tout aussi palpable ce vendredi 1er Octobre 2021...
Mais la musique n'allait pas être aussi mélodieuse.
Les deux première traques permettaient de lever des sangliers mais peu de postés (voir aucun) ne voyaient d'animal.. pire, personne ne pouvait tirer ne serait-ce qu'une flèche...
Triste ouverture de saison.. Alors que nos fidèles arpenteurs des lieux .. Antoine et Florentin ne pouvaient que nous assurer de la présence des animaux tant leur assiduité a été couronnée de succès avec un prélèvement d'un sanglier chacun à l'affut ...


Bref. 3eme traque et nada, queue de chique. rien..


Pour moi l'année dernière a été particulière ... des tirs, des prélèvements en demie teinte (un non retrouvé, un volé et un retrouvé mais mangé par les renards).
Cette année, je me suis dit que j'utiliserais mon affut miroir.
J'ai bien un tree-stand, mais étant responsable de ligne et me trouvant souvent contre le grillage, je ne me sentais pas de le prendre avec moi.
J'ai donc décidé cette année d'utiliser cet accessoire acheté il y a quelques années..



Bien m'en a pris, même si son utilisation n'est pas si magique...
En Effet, la dernière traque arrivait à son terme... Et soudain, un sanglier déboule dans la haie à une vingtaine de mètres de moi.
Trop impulsif, je me lève en armant… Erreur, il me détecte et s'esquive, quand j'ai fini d'armer, il est dans les baliveaux en fuite… impossible de décocher !!!
Mais il s'arrête un peu plus loin... Temporise et décide de sortir à découvert en fuite par rapport à moi de biais. Je décoche une flèche mais elle doit passer devant car il prend la perpendiculaire et rentre au bois...La flèche est retrouvée ensuite sans aucune trace...
Forcément je suis sous tension, et deux animaux déboulent. Je n'ai pas encore commencé à encocher une nouvelle flèche...
Ils s'empilent devant mon affut, font demi-tour à la vue de leur reflet et déguerpissent...
J'arrive enfin à saisir une flèche, 3 sangliers arrivent à leur tour et ont la même réaction, mais ces 3 là semblent perdus, et s'arrêtent pile à l'endroit où j'avais fixé ma zone limite de tir... Il y a des baliveaux, des destructeurs de flèche...
Un se présente de travers, il ne bouge pas, écoute... J'encoche ma flèche, j'arme.... J'entraperçois un triangle de baliveau, l'épaule est juste derrière à environ 15m maxi, je sais que je peux passer dans cet espace mais je dois me décider vite. S'il repart, les deux autres vont suivre, ils sont arrêté à coté de cul.. pas tirables...


Je me souviens m'être dit pendant que j'armais : "Ne bouge pas, reste comme ça", la décoche est finalement quasiment dans la foulée... Tchoooque... Grouiiiiikk .. L'animal a pris la flèche, il est au sol, pivote autour d'un tronc pour se dégager de ce corps étranger, il grogne.. pivote.. Après quelques instants, j'ai l'impression qu'il essaie de repartir, je prends ma dague et le sers... Difficile action mais il faut abréger ses souffrances. Que d'émotions.


C'est une belle clôture de battue qui achève le travail des traqueurs, de ceux qui s'occupent du territoire. Même si l'ambiance n'a pas été vraiment au rendez-vous, l'esprit reste toujours intact de vivre un moment inoubliable, mémorable et toutefois partagé. Car sans les traqueurs, sans les habitués qui "soignent" le territoire et sans tous les postés qui font vivre la battue, rien n'est possible. Et tous ces facteurs m'ont permis ce joli prélèvement de début de saison et j'en souhaite de nombreux autre a tout le monde.   
 
A bientôt

Renaud Liehn


 

vendredi 19 novembre 2021

Battue Alsacienne ou rencontre avec un keiler

  

Battue Alsacienne ou rencontre avec un keiler

 

Je ne publiais plus mes photos de prélèvements à l’arc sur le blog de l’ACAFC, privilégiant la rédaction d’article à l’intention de notre revue fédérale : chasse à l’arc.

Dans le dernier article, qui aurait normalement déjà dû être diffusé : Pour mes 50 ans, je tirais ma révérence au monde de la chasse. Seulement, vous vous en doutez bien, quand on a une addiction, ce n’est pas si simple de s’arrêter.

Ayant tout de même réservé un séjour de chasse aux mouflons dans le Caroux, comme je le fais depuis maintenant une dizaine d’années (1), j’ai fait valider mon permis national. J’ai également repris une action dans ma chasse communale pour le bracelet de chevreuil en tir d’été. La quête de la proie que j’ai choisie est ma véritable passion. La mort de l’animal convoité est pour moi un véritable crève-cœur. Je ne sais pas si un jour le no kill sera inventé pour notre loisir, mais en attendant, mon petit appareil photo numérique qui tient dans la poche me permet d’immortaliser sur l’écran de mon ordinateur la conclusion de mes approches.

Bien qu’ayant réussi mon challenge la saison passée : à savoir prélever à l’arc les 5 espèces de grands gibiers en milieu ouvert et dans l’année, j’ai tout de même repris mes actions dans les départements du Doubs et de Haute Saône. La motivation étant avant tout, les relations humaines que j’ai pu tisser avec les équipes de ces deux territoires. Ce serait idiot de perdre de vue des personnes que j’apprécie et avec qui j’ai pu partager des moments inoubliables. En résumé, je continue à chasser, comme auparavant ; mais avec une motivation bien différente. Bien souvent mon arc est encombrant et superflu, car je sais que mon mode : « chasse » est à cet instant sur : off.

Peut-être, prendrai-je le temps de relater ma chasse d’été et ma quête des mouflons, mais pour l’instant mon esprit est torturé par une mésaventure que j’ai vécu ce week-end de Toussaint.

Si je relate cette histoire, c’est aussi et avant tout pour que vous évitiez la même erreur que moi si d’aventure vous vous trouviez dans une situation similaire. Mais revenons au début : Comment je me suis retrouvé ce samedi 30 octobre posté au sol avec mon compound et un couteau suisse, sur ce flanc de montagne dans une grande battue Alsacienne, à plus de trois heures de route de mon domicile.

Ce privilège, car c’est un privilège, je le dois à Eric. C’est un ami que j’ai en commun avec notre président Patrick. Mais cette rencontre je ne la dois pas à ce dernier. J’ai fait la connaissance d’Éric, il y maintenant bien des années. Nous pratiquons la même activité professionnelle à savoir l’apiculture. Pour l’un comme pour l’autre, c’est une véritable passion que nous vouons à notre outil de travail : l’abeille. Lui et moi avons à maintes reprises covoituré pour assister à de nombreuses réunions d’apiculture régionale. Si à l’aller, nos échanges portaient avant tout sur les stratégies à adopter vis-à-vis de nos collègues professionnels pour faire avancer notre point de vue ; au retour, nos échanges tournaient invariablement autour de la chasse, notre deuxième centre d’intérêt en commun.

Eric est le président de deux ACCA communales, mais il est également depuis peu, adjudicataire d’un lot de près de 1000 ha d’un territoire de montagne qu’il gère avec brio. Cela fait déjà un moment qu’Éric m’avait proposé de m’inviter pour me faire découvrir une facette de la chasse que je n’imaginais même pas. Cette façon d’appréhender la gestion d’un territoire empreint de la culture germanique m’a impressionné. Ici, ce n’est pas la bredouille qui est la règle, mais plutôt l’exception. Même si Eric décide bien souvent de ne pas tirer, le nombre de prélèvements qu’il a réalisés en quelques mois alors que l’apiculture l’accaparait est tout simplement bluffant ! A noter, qu’Éric tire tous types d’animaux même les plus grands avec un petit calibre de 6,35 millimètres. Même s’il se sent capable d’effectuer des tirs de longue distance à la limite des trois cents mètres, la plupart des animaux sont tirer à moins de quarante mètres, une balle dans l’oreille et restent sur place. Sa philosophie est proche de la nôtre : toujours plus près. Seul les jeunes animaux peuvent être tiré à l’affût. Pour les autres : les cervidés mâles, vieux sangliers, chamois et grand brocard c’est l’approche uniquement. Et croyez-moi, ce n’est pas chose aisée tant les dénivelés sont importants. D’après lui, ce territoire regorge de ces animaux d’exceptions dont on ne voit finalement l’image que dans les revues cynégétiques. Je crois que j’ai éveillé sa curiosité par rapport à la chasse à l’arc, et cela ne m’étonnerais pas qu’il fasse un jour le pas.

Le règlement du lot oblige Eric à effectuer quatre battues par an. Si cela ne tenait qu’à lui, il n’y en aurait même pas !

Le plan de tir de la journée : tous sangliers de moins de 50 kg, nombre illimité par chasseur. Tous chevreuils en privilégiant les jeunes si possible (il reste encore un nombre considérable de bracelets à fermer). Faons et daguets dont les dagues sont inférieures aux oreilles. C’est déjà quasi « open bar !», pour la modique somme de 50 euros au chapeau (sandwich le midi, apéritif et repas du soir dans une auberge gastronomique compris). Aller, Eric est entouré d’amis qu’il a soigneusement triés, il rajoute : « si vous identifiez un vieux sanglier mâle, vous pouvez tirer ».

Durant la battue du matin, je m’attendais à entendre des détonations en permanence. Il n’en fût rien. Quatre coups de feu furent tirés pour 3 jeunes sangliers au tableau. Par contre, le récris des chiens fût quasi continu. Les chiens de petites quêtes sont seuls tolérés. Ils lèvent le gibier, le suivent sur moins d’une centaine de mètres en jappant et reviennent aussitôt vers leur propriétaire pour poursuivre la traque. Depuis mon tree stand, j’ai pu observer un brocard encore coiffé et une chevrette échapper aux chiens et se remettent à couvert aussitôt l’arrêt des aboiements de leurs poursuivants. C’est très impressionnant ! Tout le monde a vu des animaux, mais au demeurant très peu vis-à-vis de la densité présente sur le territoire.



Après une rapide collation, j’apprends de la bouche de Didier, que sur le secteur où je vais être placé pour l’après-midi se trouve un vieux sanglier. Ce vieux mâle a pris dans l’été la fâcheuse habitude de chercher sa nourriture dans les pâtures environnantes, au grand dam de l’agriculteur du secteur. Didier m’explique qu’il a affûté le sanglier et lui a tiré une balle à un mètre dans les baliveaux. Depuis, le sanglier n’a plus jamais refait parler de lui. A n’en pas douté, il est toujours là. Je ne sais pas si c’est le genre d’histoire que l’on raconte aux invités pour leur faire vivre la chasse plus intensément, mais je suis bien enclin à le croire, car à la chasse, nul n’est mieux placé que moi pour savoir que tout peut arriver (2). Didier est l’homme de confiance et surtout un ami indéfectible d’Éric, il est sur le terrain en permanence, Didier est le capitaine de chasse, il connaît le lot à merveille pour y être minimum 1 à 2 jour par semaine. Je n’ai donc aucune raison de douter de sa parole.

Il est quinze heure trente, la traque est passée au-dessus de moi. J’ai vu deux chevreuils. Je ne suis pas mécontent de ma journée d’autant qu’elle doit se terminer dans cette auberge gastronomique flanqué au milieu de nulle part et dans laquelle j’ai très bien mangé la veille. La suite ne s’est pas passée comme prévu. J’entends une détonation, et en quelques minutes un ferme roulant arrive sur moi. Le sanglier fait face aux chiens qui se tiennent à une distance de quelques mètres de ce dernier. Le sanglier dévale lentement la pente à quelques quatre-vingt mètres de moi, je suis pour l’instant en dessous. Aucune consigne particulière n’ayant été donnée concernant ce type de situation, je quitte mon poste. Mon devoir est d’achever cet animal. Je me rapproche en suivant la courbe de niveau. Arrivé à une dizaine de mètres, le sanglier est à ma hauteur de profil. Je remarque qu’il a une patte ensanglantée. J’arme mon arc calmement, cale mon viseur sur le quart avant de son abdomen et décoche ; 65 livres de puissance, ça doit le faire.

L’erreur à ne pas commettre, et j’ai retenu la leçon : ne pas attaquer l’animal sur la même courbe de niveau. Il faut prendre le temps de monter au-dessus de sa position. Un conseil : Toujours avoir à sa ceinture un poignard ou une dague. Pour ma part, j’ai un poignard dans le sac à dos resté dans la voiture. Ce qui devait arriver arriva. Le sanglier m’a chargé ! Il a passé sa tête entre mes jambes et j’ai volé en arrière. Je me vois encore couché au sol essayant de repousser ses assauts avec mes chaussures de montagnes. J’ai fait du judo étant plus jeune, je ne sais pas si cela m’a aidé dans ce corps à corps ou l’issue sera forcément fatal pour l’un ou l’autre des protagonistes. J’ai réussi à repousser sa tête dans le sens de la pente et il est de lui-même redescendu de quelques mètres en contrebas. J’ai récupéré mon arc tombé à terre et vidé mon carquois des deux flèches restantes. Le seigneur des lieux n’est plus ! Il s’est défendu jusqu’au bout. Je le remercie de m’avoir épargné, car je sais combien sa force et sa ruse sont bien supérieures aux miennes. Elles lui ont permis d’atteindre un âge vénérable dans ces montagnes où l’hiver la neige est présente pendant de longs mois. Que par ces lignes ta mémoire ici soit honorée : Sus Scrofa cousin d’Attila.

Vous connaissez tous l’expression : « il y a eu plus de peur que de mal ». L’inverse est aussi vrai. Je dois avouer que je n’ai pas eu peur ou plutôt pas eu le temps d’avoir peur. Je n’ai pas eu mal non plus. L’adrénaline a fait son effet. Les traqueurs me rejoignent. « Il est où, il est où ? ». « Il est là, il est mort répondis-je ! ».

 Nous nous approchons, rendons hommage et prenons quelques photos tout en nous congratulant.

 



 

L’un d’eux me fait remarquer que mon pantalon est couvert de sang. Ce doit être celui du sanglier pensais-je. Quelle ne fût pas ma surprise en découvrant l’entaille que sa défense gauche à fait dans ma jambe droite lors de la charge. L’issue aurait pu être toute autre pour moi et j’en ai pris conscience. Mes partenaires également en sonnant immédiatement fin de traque et en prévenant Eric.

 


Ce dernier m’a conduit sans hésitation aux urgences de Sélesta à près d’une demi-heure de route.

 


Je n’ai pu assister à la fin de journée : goûter au fameux Baeckeoffe et profiter de la compagnie de mes compères chasseurs d’un jour. Ce n’est que partie remise. Peu importe, c’était ma journée, et elle restera gravé dans ma mémoire pour longtemps. Saint Hubert m’a gâté une fois de plus : un grand vieux sanglier de montagne de près de 90 kg vidé, dont l’empreinte d’une défense restera gravée dans ma chair, comme pour me rappeler à son souvenir !

Bonne chasse à tous.

Soyez prudent !

Patrice Cahé

 

 

(1(1)  Quand on arrête ne serait-ce qu’une année, c’est très difficile de réintégrer une équipe constituée.

(2(2)   Voir l’article : le 18 cors des monts de Gy