Accueil


Formation ACAFC 2021 : Formation Théorique à Gonsans le Dimanche 25 avril 2021.

Formation ACAFC 2021 : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 9 mai 2021.

Formation ACAFC 2021 : Epreuves Fin de Formation des Stagiaires + Journée des adhérents et Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 6 juin 2021

JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 24 avril et 21 août 2021 à Gonsans



Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


mercredi 9 décembre 2020

Chasse et nature dans le Jura : un dimanche sous haute surveillance

 https://actu.fr/faits-divers/chasse-et-nature-dans-le-jura-un-dimanche-sous-haute-surveillance_37938914.html

 

Chasse et nature dans le Jura : un dimanche sous haute surveillance

Une opération interservices de contrôle de la chasse et autres utilisateurs de la nature a été menée ce dimanche 6 décembre 2020. Plusieurs infractions ont été verbalisées.

Le briefing des agents avant le opérations de contrôle, dimanche 6 décembre 2020 à Lons-le-Saunier

Le briefing des agents avant les opérations de contrôle, dimanche 6 décembre 2020 à Lons-le-Saunier (©Voix du Jura)

Une opération inter-services organisée par l’Office français de la biodiversité (OFB) et la Direction départementale des territoires (DDT) du Jura a été conduite sur l’ensemble du département, ce dimanche 6 décembre 2020. Elle a mobilisé 24 agents des différents services (OFB, DDT, Office National des Forêts et gendarmerie) chargés de vérifier la « sécurité à la chasse »  et de contrôler tous les usagers de la nature.

Aller au contact des usagers de la nature

« La sécurité à la chasse concerne les chasseurs et les autres utilisateurs de la nature. Les règles préventives doivent être respectées sans aucun relâchement afin que chacun puisse fréquenter des espaces naturels communs en toute quiétude », explique Bertrand Brohon, chef du service eau – risques – environnement – forêt à la DDT du Jura. « Les effectifs mobilisés étaient organisés en équipes inter-services avec pour mission de parcourir une zone prédéfinie. Les équipes sont allées au contact des chasseurs et des usagers de la nature pour engager le dialogue, informer sur les actes et comportements à éviter et éventuellement sur les enjeux de la biodiversité. »

Les objectifs principaux de l’opération, tenue en lien avec les services du Procureur de la République de Lons-le-Saunier, étaient cependant de contrôler l’application des mesures de sécurité et le respect de la réglementation à la chasse, bien sûr ; mais aussi le respect par tous de la nature et des sites (circulation forestière, espèces protégées, abandons de déchets). Les gendarmes étaient aussi chargés de veiller à l’application des règles sanitaires imposées dans la lutte contre la covid-19.

Une dizaine d’infractions relevées

Au total, 159 chasseurs ont été contrôlés, dont 69 étaient en activité de chasse. Deux procès-verbaux à 135 € ont alors été distribués, l’un pour non-déchargement d’arme à l’approche d’un tiers, l’autre pour non-respect du panneautage.

Quatorze cabanes de chasse ont été visitées et dans l’une d’entre elles, à Château-Chalon, les agents sont tombés sur sept chasseurs en train de se restaurer en dépit de l’interdiction prévue dans les arrêtés préfectoraux de dérogation. Il y a donc eu de la prune au dessert, chacun de ces chasseurs étant reparti avec son topic à 135 €, servi par la gendarmerie.

Enfin, diverses infractions environnementales ont été relevées : entreposage de déchets verts sur la commune de Doucier, infraction qui demande une vérification des agents avant sanction ; et brûlage de déchets plastiques sur une exploitation agricole, qui là aussi a valu une amende de 135 € à son responsable pour non-respect de l’arrêté préfectoral sur l’usage du feu. L’infraction sera en outre signalée à la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

 

mardi 8 décembre 2020

Richard sur Terre : Chasseurs : Il faut que les choses changent !

mercredi 2 décembre 2020

Joyeux Anniversaire Pitou !!! 60 ans !!!

 




lundi 16 novembre 2020

France 2 : Journal 13h00 Édition du lundi 16 novembre 2020

FRANCE 2 - Journal 13h00 

Édition du lundi 16 novembre 2020

Interview de Jean-Maurice BOILLON Président de la FDC25 concernant : "Dérogations de chasse qui font polémiques" 

- 👉à 22min15 ! 

 : https://www.france.tv/.../2064361-edition-du-lundi-16...


jeudi 12 novembre 2020

Joyeux Anniversaire Benjamin !!! 30 ans !!!

 




vendredi 6 novembre 2020

Haute-Saône : reprise des actions de chasse permettant la régulation de la faune sauvage susceptible d’occasionner des dégâts

 


Chères chasseresses, chers chasseurs,

La France est soumise à une nouvelle période de confinement depuis le 30 octobre 2020, ceci afin de lutter contre la propagation du Covid-19. Pour autant, certaines activités d’intérêt général doivent être conservées.

Le maintien de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique, et la limitation des dégâts causés aux cultures, aux forêts et aux biens relèvent de l’intérêt général.

Ainsi, suite à la note du ministère de la transition écologique du 31 octobre 2020 et l’arrêté préfectoral du 5 novembre 2020, des actions de chasse permettant la régulation de la faune sauvage susceptible d’occasionner des dégâts sont permises dans notre département.

Il s’agit de la chasse du grand gibier (sanglier, chevreuil, cerf et chamois) et des espèces classées ESOD. En cette période de crise sanitaire, il convient de rappeler que, malheureusement, la chasse loisir et conviviale ne peut plus être pratiquée. Les espèces n’étant pas susceptibles d’occasionner des dégâts ne pourront donc pas être chassées durant le confinement et toutes activités conviviales de type repas de chasse doivent être proscrites.

Vous trouverez, en suivant les liens ci-dessous, 4 documents :

L’arrêté préfectoral du 5 novembre 2020 ;

Une fiche explicative pour remplir l’attestation ;

L’attestation de déplacement dérogatoire ;

Un modèle, pour les responsables de territoires, autorisant les actions de localisation de gibier : faire le pied.

Vous retrouverez également l’ensemble de ces documents dans la rubrique Téléchargements, fichier Arrêtés=>Chasse et Covid 19

 

Ces actions de chasse devront être réalisées dans le plus grand respect des modalités sanitaires fixées par l’arrêté préfectoral du 5 novembre 2020.

J’en appelle donc à votre plus grande prudence et à votre responsabilité si vous participez à ces activités cynégétiques pendant cette période de confinement.

 

Amitiés en St Hubert.

Michel DORMOY

Président

Fédération Départementale des Chasseurs de Haute-Saône

10 rue de Verdun, 70000 Noidans-lès-Vesoul

Tél : 03 84 97 13 53

Territoire de Belfort : La reprise de la chasse validée pour le Week-End

 

 


LA REPRISE DE LA CHASSE VALIDEE POUR CE WEEK END

 

Nous avons travaillé sans relâche depuis le confinement, avec Monsieur le Préfet et ses services pour vous permettre de chasser en cette période de restriction.

 

Je vous informe de la signature ce jour par Monsieur le Préfet d’un arrêté autorisant la chasse en battue et à l’affût du grand gibier (chevreuils, cerfs, chamois, daims et sangliers), mettant clairement en avant notre rôle dans la régulation de ces espèces qui est donc une mission d’intérêt général. Tous les gibiers faisans, bécasse, lapin, lièvre etc sont interdits en battue (pour les postés et les traqueurs) ou en chasse individuelle.

 

Je tiens à remercier la FNC, Monsieur le Préfet et plus particulièrement les services de la DDT pour leur réactivité ainsi que tous les membres de la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage qui ont bien voulu valider nos propositions pour la reprise de la chasse et le personnel fédéral, à juste titre fortement sollicité.

 

Monsieur le Préfet nous a largement rappelé la gravité de la situation sanitaire en France et plus particulièrement dans notre département où le nombre de cas de patients malades de la COVID 19 est très préoccupant.

 

Nos vies, notre santé et celles de notre entourage doivent être votre priorité et vous devez faire en sorte de tout mettre en œuvre pour la préserver en respectant strictement les consignes sanitaires que vous connaissez toutes et tous, dont certaines sont plus particulièrement précisées dans l’arrêté préfectoral consultable sur le site internet de la fédération. www.fdc90.fr

 

Lors de la clôture de la CDCFS, Monsieur le Préfet, m’a demandé de transmettre ses remerciements aux chasseurs Terrifortains pour leur prochain investissement dans la régulation du grand gibier ce que je fais par ce présent courrier.

 

Rappel des règles générales :

Le port du masque est obligatoire

Chaque participant apportera son propre stylo

Interdiction d’entrer dans les chalets de chasse à plus d’une personne à la fois

Gel hydroalcoolique à disposition

Aucunes salutations physiques

Aucune personne non titulaire du permis de chasser ne sera autorisée à participer à la chasse

Les regroupements festifs (moments de convivialité) avant, pendant ou après l’action de chasse (café, repas ...) sont interdits.

Être porteur de l’attestation de déplacement dérogatoire avec pour motif « participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative », en précisant le territoire de chasse sur lequel vous vous rendez.

Une contrainte supplémentaire vous sera demandée. Il s’agit de la traçabilité des participants. Nous vous demanderons d’inscrire lors de votre signature sur le carnet de battue (ou sur le carnet à souche de l’invité), votre numéro de téléphone, ceci dans le but de pouvoir vous joindre rapidement en cas de contact avec une personne positive COVID 19. Les autres règles d’organisation et sanitaire sont précisées dans l’arrêté préfectoral.

Conscient des contraintes lourdes qui vous sont imposées, je me permet d’insister pour que TOUTES les mesures sanitaires soient respectées, pour éviter de retrouver sur les réseaux sociaux des photos de moments de convivialité tant appréciés dans notre activité. Si cela devait arriver Monsieur le Préfet pourrait nous retirer la dérogation accordée sans aucun retour en arrière possible avec tout ce qui en découle.

Prenez soin de vous, de vos collègues de chasse de vos proches et chassez, prélevez (notamment sans restriction pour les sangliers) en espérant des jours meilleurs rapidement.

Sachant pouvoir compter sur vous, je vous prie de croire, Chers Chasseurs Terrifortains, en l’assurance de ma considération en Saint Hubert

« Que la chasse vous soit favorable »

Le Président

Daniel KITTLER

 

 

Jura : réouverture de la chasse le 7 novembre

 


 

DÉROGATION PRÉFECTORALE POUR LA CHASSE DU CERF, SANGLIER, CHEVREUIL EN PÉRIODE DE CONFINEMENT :

RÉOUVERTURE LE 07 NOVEMBRE

 

Par décret du 28 octobre 2020 jusqu’au 1er décembre minimum, toutes les opérations de chasse sont interdites pendant la durée du confinement.


Conformément à la circulaire du Ministère de la Transition Écologique adressée le 31 octobre aux préfets, et à la consultation de la CDCFS, un arrêté préfectoral dérogatoire permet la chasse du grand gibier (cerf élaphe, chevreuil et sanglier) dans le respect des mesures liées à la lutte contre la Covid-19.


L' Arrêté Préfectoral est disponible en téléchargement ci-dessous.

 

ATTENTION : Cet arrêté sera suspendu s’il n’est pas respecté par tous et partout.



LES MODALITÉS PRATIQUES


LA CHASSE


La chasse à l’affût et la chasse en battue sont autorisées sans restriction de durée et d’éloignement de son domicile autres que celles imposées par le schéma de gestion cynégétique du Jura sus-visé, pour les espèces cerf, chevreuil et sanglier jusqu’à la fin de la période de confinement.


Seuls sont autorisés à pratiquer le tir à l'affût (hors ou en réserve), les chasseurs ayant participé aux journées de formation organisées sous la responsabilité de la FDCJ, ou en possession d'une attestation délivrée par la Fédération, ou accompagnés d'un chasseur  titulaire d'une attestation de formation à la chasse à l'approche ou à l’affût délivrée par la FDCJ.


Les déplacements afin de récupérer les chiens en fin de battue sont autorisés, conformément aux prescriptions du SDGC, dans les mêmes conditions sanitaires.


La recherche des animaux blessés à l’aide de chien de sang est autorisée dans les mêmes conditions.


La destruction des espèces d’animaux susceptibles d’occasionner des dégâts (ASOD) peut continuer à être mise en œuvre dans les conditions de l’arrêté du 3 juillet 2019 en application de l’article R 427-6 du code de l’environnement.


- Pour se rendre sur le territoire de chasse, les chasseurs devront être munis d’une copie de l’arrêté ainsi que d’une attestation de déplacement dérogatoire indiquant une participation à une mission d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative  (en téléchargement ci-dessous).


La chasse à l’approche est interdite.

La chasse du petit gibier et des migrateurs est interdite

Tous les modes de Vènerie sont interdits


LA PRÉVENTION DES DÉGÂTS


La pose et dépose de clôture est autorisée sous réserve des conditions suivantes :


- Les personnes en charge de la pose doivent être porteuses du présent arrêté et de l’attestation de déplacement dérogatoire indiquant une participation à une mission d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative  (en téléchargement ci-dessous).


L’agrainage est interdit.



LES CONSIGNES SANITAIRES SPÉCIFIQUES


De manière générale, les mesures liées à la lutte contre la Covid-19 doivent impérativement être respectées :


- Port du masque, distances de rigueur et mesures barrières obligatoires dès qu'il y a plusieurs personnes "regroupées".


- Gel hydro alcoolique à dispositions des participants.


- Les consignes sanitaires sont délivrées en  extérieur par le responsable de la battue en même temps que les consignes de sécurité. Le port du masque est obligatoire.


- Pour les battues, le détenteur ou délégataire du droit de chasse devra tenir un carnet de battue identifiant nominativement chaque participant avec son adresse et son numéro de téléphone.


- Les opérations de tir à l’affût et en battue sont réalisées dans le cadre strict des mesures barrières (masques, distance,...).


- Lors des déplacements, deux personnes par véhicule léger sont tolérées à condition qu’elles soient équipées de masques et qu’elles observent la distance minimale de séparation de 1 mètre.


Les rendez-vous dans les cabanes de chasse et repas pris en commun sont interdits.


- Pour l'éviscération et la découpe de la venaison, veiller à porter le masque et au respect strict des gestes barrière et de distanciation.


Il convient de vous rappeler que toute personne ayant été déclarée "cas contact" devra s'abstenir de participer à toute battue dans l'attente des résultats de son test.


Toute personne déclarée positive au COVID quelques jours après la battue devra impérativement le signaler à son responsable de chasse.



LE COMPORTEMENT DU CHASSEUR


Adopter un comportement à la hauteur de la dérogation obtenue et être irréprochable et très respectueux du protocole : aucun écart ne sera toléré.


Attention à l’image qui sera véhiculée, veillez à limiter la circulation  de véhicule dans les villages, alors que la majorité des personnes sont confinées. Pour cela, limiter les traques, privilégier la journée continue, limiter les déplacements au maximum.


Promouvoir la discrétion, et prévoir une pression de chasse et un nombre de participants suffisant pour la réalisation de prélèvements. S’entraider entre détenteur pour augmenter le potentiel de prélèvement.


Rappeler aux participants que la dérogation est prise au titre de l’intérêt général, pour la réalisation des plans de chasse et limiter les dégâts et qu’elle impose un résultat.


Des indicateurs de résultats seront demandés par la DDT, il est impératif de déclarer les prélèvements dans les 48h pour rendre compte au Préfet de la situation après chaque journée de chasse.



FOIRE AUX QUESTIONS


Comment obtenir mon attestation de déplacement dérogatoire indiquant une participation à une mission d’intérêt général ?

En cliquant sur le bouton ci dessous, vous avez la possiblité de faire votre attestation numérique ou la télécharger pour l'imprimer. (cochez la case n°8)


Déplacement chasseur d’une autre région qui vient dans le jura : exemple chasseur d’une commune de l’Ain ou plus loin Lyon ? est-ce possible ?  

Oui, à condition d’être porteur de la dérogation (déplacement pour mission d’intérêt général), d’indiquer la destination et d’être muni de la copie de l’arrêté préfectoral.


Port du masque au poste ? ou uniquement en présence de personne en allant se poster ?

C’est l’application de la règle générale, le port du masque est obligatoire en présence de toute personne.


Comment procéder à l’inscription et au signature du carnet de battue ?

La signature est faite par le responsable de battue pour les personnes participantes ou par chacun des chasseurs s’ils disposent d’un stylo individuel.


Comment procéder avec un chasseur qui n’adopte pas les gestes barrières, ou le port du masque ?

Le responsable de la battue doit procéder à l’exclusion immédiate de ce chasseur.

Avant de vous déplacer, munissez vous des documents obligatoires ci-dessous

Arrêté préfectoral

lundi 19 octobre 2020

Une éterle au tradi par Olivier

 

Lundi 12 octobre, 16h30 il fait frais mais sec, assez lumineux après un weekend météo très mitigé et je décide de retenter, pour la douzième fois cette saison, une sortie "chamois".

 Notre territoire de chasse, à Saint-Georges-Armont, est divisé par le passage de l'autoroute. Chaque partie est fréquentée par des populations de chamois, à priori séparées par un pont mais nous sommes certains que quelques mâles vagabonds vont et viennent de chaque côté.

Cette année deux bracelets nous sont attribués : un éterlou/éterle vers le village et les monts auxquels il s'adosse et un mâle plus bas, vers le Doubs. Avec Xavier, mon compagnon de chasse à l'arc, nous avons équipé ces deux zones de tree-stands et échelles (bien sûr après moult observations, débats et cogitations comme tous chasseurs à l'arc qui essaient d'établir des stratégies gagnantes).

 

Mais jusqu'à ce jour les chamois sont remarquablement absents. Je fais néanmoins une sortie "mémorable" début octobre, en bas, sur une échelle. Ce soir-là, à cause du vent d'ouest qui m'est défavorable, et que je n'ai pas assez pris en compte, une compagnie entière me donne une bonne leçon d'humilité en m'éventant. Une vieille femelle vient à quelques mètres, repère mon odeur, fait demi-tour et pendant une demi-heure, la troupe piétine derrière moi, indécise, avant de se forcer un passage dans des épines noires afin de rejoindre un pâturage. Quand la lumière sera trop basse, je verrai enfin un mâle, quelques éterles et une femelle mais c'est trop tard pour flécher à bon escient et je les regarde passer, "blasé" mais presque soulagé de pouvoir remuer après une attente aussi "tendue".

 

Ce soir, je "tente" le mont derrière le village, au point le plus haut de notre territoire, au lieu-dit des carrières. Deux tree-stands sont installés de part et d'autre du chemin forestier et je choisi le plus ancien. II est prêt d'une petite falaise et je suis mon intuition bien que je n'ai vu aucun indice de fréquentation en parcourant le chemin de montée... Waterloo morne plaine.. pas d'empreintes, de crottes, nada. 

17h je suis "perché" dans mon orme. Il y a quelques hêtres autour et plus près du sol des noisetiers. Je profite du spectacle d'oiseaux affairés à la recherche de leur pitance, grimpereaux, mésanges et troglodytes et j'écoute le cri tellement typique d'un pic noir tout proche. Je ne me fais pas d'illusion. Peut-être verrais-je un renard ? Même eux sont devenus rares. On parle d'un lynx vu sur les communes limitrophes de Clerval et d'Anteuil. Cela explique-t-il ce silence et l'absence d'allers et venues de chamois dans ce secteur ? bref, je reste assis et je m'apprête à contempler le spectacle de ce morceau de forêt qui va s'enfoncer doucement dans le crépuscule.

45 mn sont passées ; d'habitude, je me lève régulièrement en douceur, histoire de ne pas figer mais là non, je rêvasse…

 

Soudain un fruit de feuilles foulées devant moi, un peu à ma gauche et un jeune chamois sort des noisetiers. Petites cornes en dessous à peine des oreilles. Incroyable ! D'autant plus qu'il est seul. Il a surgi comme ça, comme dans un rêve, et mon coeur s'emballe. Je respire doucement pour reprendre le contrôle et je me concentre à l'observer, peut-être une éterle.

Tout de suite, elle me regarde. Aie !!! j'ai ma shaggie Camoléon, la cagoule, les gants etc.. mais elle connaît son secteur et cette "chose" n'était pas là avant. D'autant plus bizarre comme forme car je suis assis.

Et la torture commence. Pendant à peu près une demi-heure, elle reste là, avançant de quelques petits pas, se grattant, se léchant, regardant ailleurs et vers moi... toujours de trois-quart avant ; Je me dis que c'est fichu. Au moindre début d'armement, elle me captera.... Enfin elle avance pour me passer à droite. Enfin son flanc droit s'offre en entier. J'attends un peu, commence à armer et là, Misère !!! elle me regarde en plein, démarre et bifurque à angle droit, fait trois mètres et ...s'arrête. Rien ne l'a poursuivie alors elle écoute. J'ai fini d'armer dans l'intervalle. Elle est de trois-quart arrière, à 10 m environ. Je regarde la zone de la fin des côtes, près des lombaires ; Ma flèche est partie et rentre juste à ce niveau, s'enfonce en biais dans la cage thoracique (la lame ressortira un peu à la base du cou).

 

Elle détale et fonce vers la pente. Le dernier quart de la flèche sort encore. Elle disparaît à ma vue. J'écoute et compte. Quelques pierres qui roulent. Une fois, deux fois puis plus rien. Je repense aux conseils de mes amis de l'ACAFC, bien mémoriser tous les détails. 

 

Je range mon matériel, descends mon arc et mon sac à la corde, fais de même et puis c'est 40mn d'attente à faire les cent pas sur le chemin forestier et à imaginer.

J'ai préparé ma lampe de poche, une frontale (bien qu'il fasse encore clair mais bon...) et je descends enfin voir.

A l'anchuss rien. C'est normal, elle part avec la flèche et je ne suis pas sûr d'avoir traversé. Je contourne un groupe d'arbres, vois les feuilles retournées par sa galopade et des gouttes de sang... 

Je suis la piste facilement : feuilles retournées et flaques de sang et puis à 50 m maximum, dans la pente, elle est là. Tombée sur le dos et retenue par un tronc d'arbre mort.

OUF!!!   je savais la flèche bonne mais tant qu'on ne voit pas son gibier... tous les archers connaissent ça!

La vie l'a quittée en fait presque immédiatement et au dépouillage je constaterai le travail efficace de la bilame !

Je lui rends les honneurs et me sens dubitatif quant aux circonstances de cette chasse. Ça a tenu à si peu de choses. Il y a bien des mystères autour de nos destinées, proies comme chasseurs.

Je mets le bracelet, la redescend à l'épaule vers le parking de chasse et vers mon ami Xavier qui est venu aux nouvelles et pour m'offrir son aide, comme à chaque fois.

C'est ma deuxième éterle, je suis très heureux et peut-être un jour, à force d'acharnement, je croiserai la route et le destin d'un beau mâle ? qui sait ?

Bonnes flèches à tous !

 

Arc tradi "turek" à siyahs, de Rozebow, 50 livres. Flèche carbone de 34gr, bilame affûtée.