Accueil


Formation ACAFC 2021 : Formation Théorique à Gonsans le Dimanche 25 avril 2021.

Formation ACAFC 2021 : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 9 mai 2021.

Formation ACAFC 2021 : Epreuves Fin de Formation des Stagiaires + Journée des adhérents et Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 6 juin 2021

JFO FDC25 : Journées Formation Obligatoire 2021 : le Samedi 24 avril et 21 août 2021 à Gonsans



Lien Album Photo des Trophées ACAFC depuis 2016

Lien Album Photo des Trophées ACAFC avant 2016


lundi 19 octobre 2020

Une éterle au tradi par Olivier

 

Lundi 12 octobre, 16h30 il fait frais mais sec, assez lumineux après un weekend météo très mitigé et je décide de retenter, pour la douzième fois cette saison, une sortie "chamois".

 Notre territoire de chasse, à Saint-Georges-Armont, est divisé par le passage de l'autoroute. Chaque partie est fréquentée par des populations de chamois, à priori séparées par un pont mais nous sommes certains que quelques mâles vagabonds vont et viennent de chaque côté.

Cette année deux bracelets nous sont attribués : un éterlou/éterle vers le village et les monts auxquels il s'adosse et un mâle plus bas, vers le Doubs. Avec Xavier, mon compagnon de chasse à l'arc, nous avons équipé ces deux zones de tree-stands et échelles (bien sûr après moult observations, débats et cogitations comme tous chasseurs à l'arc qui essaient d'établir des stratégies gagnantes).

 

Mais jusqu'à ce jour les chamois sont remarquablement absents. Je fais néanmoins une sortie "mémorable" début octobre, en bas, sur une échelle. Ce soir-là, à cause du vent d'ouest qui m'est défavorable, et que je n'ai pas assez pris en compte, une compagnie entière me donne une bonne leçon d'humilité en m'éventant. Une vieille femelle vient à quelques mètres, repère mon odeur, fait demi-tour et pendant une demi-heure, la troupe piétine derrière moi, indécise, avant de se forcer un passage dans des épines noires afin de rejoindre un pâturage. Quand la lumière sera trop basse, je verrai enfin un mâle, quelques éterles et une femelle mais c'est trop tard pour flécher à bon escient et je les regarde passer, "blasé" mais presque soulagé de pouvoir remuer après une attente aussi "tendue".

 

Ce soir, je "tente" le mont derrière le village, au point le plus haut de notre territoire, au lieu-dit des carrières. Deux tree-stands sont installés de part et d'autre du chemin forestier et je choisi le plus ancien. II est prêt d'une petite falaise et je suis mon intuition bien que je n'ai vu aucun indice de fréquentation en parcourant le chemin de montée... Waterloo morne plaine.. pas d'empreintes, de crottes, nada. 

17h je suis "perché" dans mon orme. Il y a quelques hêtres autour et plus près du sol des noisetiers. Je profite du spectacle d'oiseaux affairés à la recherche de leur pitance, grimpereaux, mésanges et troglodytes et j'écoute le cri tellement typique d'un pic noir tout proche. Je ne me fais pas d'illusion. Peut-être verrais-je un renard ? Même eux sont devenus rares. On parle d'un lynx vu sur les communes limitrophes de Clerval et d'Anteuil. Cela explique-t-il ce silence et l'absence d'allers et venues de chamois dans ce secteur ? bref, je reste assis et je m'apprête à contempler le spectacle de ce morceau de forêt qui va s'enfoncer doucement dans le crépuscule.

45 mn sont passées ; d'habitude, je me lève régulièrement en douceur, histoire de ne pas figer mais là non, je rêvasse…

 

Soudain un fruit de feuilles foulées devant moi, un peu à ma gauche et un jeune chamois sort des noisetiers. Petites cornes en dessous à peine des oreilles. Incroyable ! D'autant plus qu'il est seul. Il a surgi comme ça, comme dans un rêve, et mon coeur s'emballe. Je respire doucement pour reprendre le contrôle et je me concentre à l'observer, peut-être une éterle.

Tout de suite, elle me regarde. Aie !!! j'ai ma shaggie Camoléon, la cagoule, les gants etc.. mais elle connaît son secteur et cette "chose" n'était pas là avant. D'autant plus bizarre comme forme car je suis assis.

Et la torture commence. Pendant à peu près une demi-heure, elle reste là, avançant de quelques petits pas, se grattant, se léchant, regardant ailleurs et vers moi... toujours de trois-quart avant ; Je me dis que c'est fichu. Au moindre début d'armement, elle me captera.... Enfin elle avance pour me passer à droite. Enfin son flanc droit s'offre en entier. J'attends un peu, commence à armer et là, Misère !!! elle me regarde en plein, démarre et bifurque à angle droit, fait trois mètres et ...s'arrête. Rien ne l'a poursuivie alors elle écoute. J'ai fini d'armer dans l'intervalle. Elle est de trois-quart arrière, à 10 m environ. Je regarde la zone de la fin des côtes, près des lombaires ; Ma flèche est partie et rentre juste à ce niveau, s'enfonce en biais dans la cage thoracique (la lame ressortira un peu à la base du cou).

 

Elle détale et fonce vers la pente. Le dernier quart de la flèche sort encore. Elle disparaît à ma vue. J'écoute et compte. Quelques pierres qui roulent. Une fois, deux fois puis plus rien. Je repense aux conseils de mes amis de l'ACAFC, bien mémoriser tous les détails. 

 

Je range mon matériel, descends mon arc et mon sac à la corde, fais de même et puis c'est 40mn d'attente à faire les cent pas sur le chemin forestier et à imaginer.

J'ai préparé ma lampe de poche, une frontale (bien qu'il fasse encore clair mais bon...) et je descends enfin voir.

A l'anchuss rien. C'est normal, elle part avec la flèche et je ne suis pas sûr d'avoir traversé. Je contourne un groupe d'arbres, vois les feuilles retournées par sa galopade et des gouttes de sang... 

Je suis la piste facilement : feuilles retournées et flaques de sang et puis à 50 m maximum, dans la pente, elle est là. Tombée sur le dos et retenue par un tronc d'arbre mort.

OUF!!!   je savais la flèche bonne mais tant qu'on ne voit pas son gibier... tous les archers connaissent ça!

La vie l'a quittée en fait presque immédiatement et au dépouillage je constaterai le travail efficace de la bilame !

Je lui rends les honneurs et me sens dubitatif quant aux circonstances de cette chasse. Ça a tenu à si peu de choses. Il y a bien des mystères autour de nos destinées, proies comme chasseurs.

Je mets le bracelet, la redescend à l'épaule vers le parking de chasse et vers mon ami Xavier qui est venu aux nouvelles et pour m'offrir son aide, comme à chaque fois.

C'est ma deuxième éterle, je suis très heureux et peut-être un jour, à force d'acharnement, je croiserai la route et le destin d'un beau mâle ? qui sait ?

Bonnes flèches à tous !

 

Arc tradi "turek" à siyahs, de Rozebow, 50 livres. Flèche carbone de 34gr, bilame affûtée.