Accueil

Formation ACAFC : Formation théorique à Gonsans le Dimanche 23 Avril 2023
Formation ACAFC : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 14 Mai 2023
Formation ACAFC : Epreuves de fin de formation + Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 11 Juin 2023
FDC25 : JFO le samedi 22 avril et samedi 19 août 2023 à Gonsans 

Photos des Trophées ACAFC depuis juin 2022 >

mardi 3 octobre 2017

Une jolie bête rousse pour l'ami William

 
Il est 9h10 lorsque j'arrive à mon poste. A cet instant, je ne me doute absolument pas que dans une dizaine de minutes je vais flécher mon second sanglier, le 1er en 2009.

Dimanche 17 septembre 2017, nous sommes 4 dans l'ancienne bergerie rénovée, meublée et décorée avec goût par notre pote Jean Marie "absent ce jour" et son épouse Francette. C'est là que nous nous retrouvons les jours de battue et également là que nous dépeçons et partageons le gibier. Cheminée, four à pizzas, cafetière, frigidaire, grande table et enfilade agrémentent ce bel abri. 

Jacky notre responsable, annonce les consignes de sécurité et ce que nous pouvons prélever... un jeune sanglier et brocards uniquement jusqu'au 15 octobre. Le jeune Louis a relevé quelques traces très fraiches d'une compagnie de sangliers dans le secteur nous concernant. Nous décidons de sortir nos 5 chiens pour cette battue. 
Je suis donc le seul posté et 3 traqueurs "rien que pour moi" prospecteront 3 couverts différents. Gaby prend ma munsterländer avec sa toute jeune fox qui effectue aujourd'hui sa 2ème sortie. Je décide de me placer en limite communale au dessus d'un captage d'eau où un périmètre grillagé de protection a été installé il y a quelques années. Il me reste 15 mn de montée importante et dois passer dans une coulée sur une barre rocheuse de 5 à 7 m de haut. La pluie tombée la veille rendant le sol glissant ne me facilite pas cette grimpette. 

Enfin arrivé ! 25 m me séparent du dessus des rochers. Je retire mon catquiver "sac à dos avec carquois incorporé", enfile ma cagoule et mes gants camo, lorsque 2 coups de feux résonnent sourdement à plusieurs centaines de mètres derrière moi sur la commune voisine. 
N'y prêtant guère attention, je m'assieds sur une petite souche, dissimulé entre les  branches mortes d'un arbre tombé à terre, j'encoche une flèche et pose mon Bowtech sur les genoux.
Un vacarme impressionnant de grognements et de branches cassées me font sursauter, je me lève et me retourne vivement...je n'en crois pas mes esgourdes de Tryphon Tournesol !!!

Une laie suivie de 6 ou 7 bêtes rousses dévalent la pente en biais sur ma gauche et foncent dans ma direction, elles sont maintenant à 30 ou 40 mètres, j'arme mon arc vise un jeune juste derrière la bête meneuse. A cette vitesse, je ne pourrai jamais tirer, elles filent toujours dans ma direction, c'est incroyable ! je suis là, debout, pratiquement à découvert et la laie ne me remarque toujours pas. 

Elle se trouve à une dizaine de pas quand celle-ci lève haut la tête et me découvre. Elle le stoppe net pour bifurquer dans le sens le plus rapide de la descente, les jeunes font la même chose et je profite de cette seconde où elles se bloquent pour appuyer sur mon décocheur. Elles ont sauté en bas des rochers sans ralentir, avec une aisance à couper le souffle.

La flèche équipée d'une trilame Thunderhead  125 grs s'est plantée bruyamment dans la colonne vertébrale, derrière l'épaule d'un jeune mâle qui couine et roule sur la pente, tente de se relever sans y parvenir, le tube alu de 22-19 ne résiste pas, se tord et se brise en 2, puis il butte contre un gros hêtre au bord des rochers, remue pour fuir encore mais tombe 5 mètres en contrebas pour disparaitre hors ma vue. S'en suit alors un grand silence !

Je préviens mes amis de ne plus tirer de sanglier. Quelques instants plus tard, je me rends au dessus des rochers vers ce gros fayard, mais la bête rousse n'est pas en bas... elle n'a pu se relever, c'est impossible ! Je descends encore et trouve le sang sur les feuilles et cailloux. Il n'est pas difficile de suivre cette trace et retrouve mon gibier 50 m plus bas, appuyé sur le grillage du captage. Je dois vite le servir pour abréger ses souffrances.
J'ai appris le lendemain que les 2 coups de feu que j'avais entendus en arrivant, étaient le tir réussi d'un jeune sanglier de cette compagnie.   

Tir à moins de 10 m, distance de fuite environ 80 m, poids 35 kg non vidé, bracelet n° 2992.

William Baron

9 commentaires:

  1. Félicitations pour ce magnifique petit goret

    RépondreSupprimer
  2. Félicitations William !!!
    C'est marrant, j'ai toujours crû que c'était un Mathews, que tu avais, et pas un Bowtech...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à tous, il faut croire que les conseils des moniteurs de l'assoc' sont efficaces et nécessaires, merci à eux pour leur dévouement. Effectivement Momo c'est un justice de chez Bowtech, il doit bientôt avoir 10 ans et j'en suis très satisfait.

      Supprimer
  3. Merci pour ce recit félicitations pour ce prélèvement BRAVO

    RépondreSupprimer
  4. Le sourire sur la photo en dit long sur l'émotion ressentie; Le texte nous l'a fait partager . Félicitations William

    RépondreSupprimer
  5. Weidmannsheil William toujours efficace vieux briscard !!!

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL