Accueil

Formation ACAFC : Formation théorique à Gonsans le Dimanche 1er Mai 2022
Formation ACAFC : Formation Pratique à Mandeure le Dimanche 22 Mai 2022
Formation ACAFC : Epreuves de fin de formation + Assemblée Générale à Gonsans le Dimanche 26 Juin 2022
FDC25 : JFO le samedi 20 août 2022 à Gonsans 

Photos des Trophées ACAFC depuis juin 2022 >

samedi 29 juillet 2017

37,2 le matin




37,2 le matin

Pour ceux qui connaissent le film, cela peut paraître un peu racoleur comme titre et il ne s’agit pas non plus de la température matinale ressentie sous abri forestier, à moins de placer la commune d'Issans sous les tropiques.

Ce matin du 12 juillet après une nuit à chercher le sommeil en vain, je décide de faire un tour à l’affût et de profiter du lever du jour perché dans mon arbre..
Sur le chemin j’hésite entre les deux places que j’ai aménagées pour cet été et me décide pour cette petite haie boisée qui borde une coupe épaisse et qui m’a déjà réussi  par deux fois dans le passé. Il est 05h 10, je rejoins le tree-stand et m’y installe dans le plus grand silence. A peine assis, dans la pénombre j’assiste à la poursuite de deux chevreuils qui traversent  la haie à vive allure pour disparaître dans la coupe épaisse et là, je me retrouve béat, triste, en pensant que je verrai que dalle et que le poste est grillé.

05h45 dans le doux silence de la forêt en éveil, il me semble entendre comme des aboiements ou des couinements assez loin. Cela ressemble à des bruits de jeunes sangliers qui se chamaillent : l’envie est là et l’imagination fait le reste …

06h00, je tente un coup de buttolo , histoire de réveiller mes deux chevreuils s'ils sont restés dans les parages. 2, 3 petits coups appuyés et instantanément cela bouge dans mon dos dans la coupe épaisse. Le bruit de mouvement se fait plus présent et est accompagné de grognements : sangliers !

Je vois arriver dans le talus d'herbe qui sépare la haie de la remise une compagnie qui grogne souffle et navigue dans tous les sens. Je distingue au moins 3 laies et des portées de poids différents à travers le feuillage. Ils occupent le talus, bougent en permanence et je n’ai aucune fenêtre de tir.
J’observe le manège quand dans mon dos, je perçois un individu qui se décale des autres et déboule dans la haie par la gauche. Je suis debout, j’arme et me décale doucement pour apercevoir une bête rousse à 6 mètres de la plate-forme et qui remonte tranquillement,  me présentant son plus beau travers. Il fait le poids à n’en pas douter, le viseur est calé sur le milieu du flan derrière l’épaule, le doigt appuie sur la détente du décocheur !
Un petit couinement, suivi d’une course en arc de cercle qui l’éloigne pour revenir en boucle à 15 m dans le talus et j’entends déjà le bruissement des feuilles agitées par les petites pattes arrières.

Instantanément les autres se mettent en mouvement dans un concert de souffles et de grognements. Ils s’agitent dans le talus, en allant et venant vers le congénère qui rend l’âme. La plus grosse des laies viendra sous le tree-stand en soufflant et grognant pour renifler presque le sang à l’anschuss .
C’est impressionnant et cela dure au moins 20 mn : ce n’est pas le moment de descendre ! Puis tout le monde se dissipe et je les entends s’éloigner dans la coupe épaisse. Encore 10mn à attendre et être bien sûr que je n’entende plus rien et je me décide à descendre. La flèche git en terre devant moi, une rapide observation confirme la présence de sang sur la longueur du tube. Je me dirige en coupant au droit dans le talus et retrouve la bête rousse qui gît flanc à terre.
Rousse certes, mais un petit doute m’habite sur le poids imaginé. Je la retourne pour voir l’impact et effectivement ça va être juste. La vision en hauteur de l’animal a un peu écrasé la forme et il semble plus en forme que prévu ! (la législation du tir d'été du sanglier dans le Doubs ne nous autorise que le tir des moins de 40kg)
Je reprends mes esprits, un ou deux sms échangés pour partager l’instant.

Retour voiture, à la recherche d’un peson et du bracelet. Je saute sur Louis, le fils du Président  qui vient de se réveiller et je retourne en forêt avec mes instruments de mesure. Une corde passée au-dessus d’une branche haute, le peson est accroché des deux côtés et quelques tractions plus tard, j’aurai la confirmation : 37,2 ! Yes ! le bracelet est accroché.

La flèche rentre bien au milieu de la cage thoracique  pour ressortir avec l’angle de tir à l’opposé au niveau du coude, en perforant les deux poumons.
Je ne saurai pas dire si le buttolo a eu une incidence sur l’arrivée de la compagnie de sangliers ou si c’était  le fruit du hasard.
Les hommages sont  rendus à ce superbe  animal, mes pensées s’éloignent par-delà la frontière,  la chasse est belle …
et Béatrice Dalle aussi (enfin un peu moins maintenant) !

Yop (Lionel Cordier)








10 commentaires:

  1. bravo yop
    j'avais entendu parler d'un sanglier fléché a issans voila confirmation

    RépondreSupprimer
  2. Félicitations pour cette belle bête rousse et aussi pour le récit. Bravo

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce récit et félicitations pour ce prélèvement bravo

    RépondreSupprimer
  4. Bravo encore Yop et puis flécher un animal avec des épis dans la gueule si c'est pas lutter contre les dégâts...T'es pas loin d'être décoré par la FNSEA...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Vieux sage à qui on ne fait plus la grimace3 août 2017 à 23:58

      Etre décoré d'un organisme aussi magnanime et aussi despote pour la nature que peut être la FNSEA, et accepter cette distinction: c'est faire acte de collaboration avec l'ennemi juré, c'est le peloton d’exécution.
      C'est comme ceux qui tirent les renards et se plaignent de subir des traitement à la bromadiolone, c'est symptomatique d'une forme de schizophrénie.
      Néanmoins, il est vrai que ces deux là: le chasseur et sa proie ont chacun une tête bien sympathique.

      Supprimer
  5. Grand bad inguet29 juillet 2017 à 23:38

    Encore félicitations pour ce fameux 37.2 qui je t'avoue au réveil m'avais légèrement supris pour un chevreuil hihi.
    Mais qui dit sanglier a issans dit cerfffff a GAP

    RépondreSupprimer
  6. C'est pas mal ce camo neige autour du visage...

    RépondreSupprimer
  7. Je te réitère mes sincères félicitations, Yop!
    C'est vrai qu'elle a bien changé Béatrice DALLE... C'est elle avec toi sur la photo??

    RépondreSupprimer

Quand vous publiez un commentaire, voici la marche à suivre :
- Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
- Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL